Notes sur le World Happiness Report 2019 (3)

Je poursuis dans ce billet ma lecture duWorld Happiness Report 2019. Comme dans les deux billets précédents, il ne s’agit pas d’une recension exhaustive, mais de simples notes de lecture.

Chapitre 4 : Bien-être et comportements prosociaux

Le propos de ce chapitre est d’examiner quels sont les bénéfices de comportements prosociaux en termes de bien-être subjectif. Il considère particulièrement comme comportement prosocial le fait de donner du temps ou de l’argent dans des actions caritatives.

La difficulté centrale est évidemment celle de la causalité inverse : est-ce que donner rend plus heureux, ou est-ce que les gens heureux sont plus généreux (on peut facilement imaginer une propension individuelle à la fois à être heureux et généreux). Un autre est que neutraliser la capacité à donner du temps ou de l’argent est un exercice difficile (il faut connaître l’intégralité des ressources, la structure familiale, l’existence d’enfants, parents, amis à charge, etc.).

Dans les enquêtes larges (en coupe transversale ou en panel), on observe une forte corrélation entre bénévolat et ben-être subjectif. Une partie du lien provient du fait que les personnes qui s’engagent dans le bénévolat tendent à être plus diplômées, riches et âgées que la moyenne, toutes choses qui sont également associées à un bien-être subjectif plus élevé. Cependant, le bénévolat contribue à expliquer le bien-être au-delà des facteurs habituels, ce qui indique qu’il ne s’agit pas uniquement d’un effet de composition de la population des bénévoles.

Il existe assez peu d’expériences contrôlées su ce thème, en encore moins avec des populations suffisamment importantes pour identifier de manière fiable des effets. Quelques études portant sur des populations spéficiques (personnes âgées, personnes dépressives) indiquent un effet causal positif du bénévolat sur le bien-être. Elles ne peuvent toutefois pas être généralisées au-delà de leurs populations de base.

Par contraste, un nombre respectable d’expériences mettent en évidence un bénéfice en bien-être du fait de donner de l’argent ou des ressources à autrui, effet qui semble assez indépendant du contexte culturel ou de l’âge.

Au-delà du volontariat et des dons, plusieurs expériences mettent en évidence les bénéfices en termes de bien-être d’actes désintéressés au quotidien (tenir la porte à une personne chargée, absorber sans compensation spécifique la charge de travail d’un.e collègue traversant une passe difficile, etc.).

Quel que soit le mode d’action, ces bénéficent semblent se manifester d’autant plus clairement que trois conditions sont remplies :

  1. L’action est volontaire, en non forcée (don plutôt qu’imposition). Cet effet peut probablement expliquer pourquoi les bénéfices du bénévolats sont forts chez les personnes âgées, et faibles chez les plus jeunes – qui y voient souvent une forme d’obligation pour enrichir leur CV. C’est une difficulté pour les formes d’aide les plus institutionnalisées, à commencer par la redistribution par l’impôt, les taxes et les services publics.
  2. Les personnes engagées dans l’action prosociale ont un sentiment de connexion avec les personnes qu’ils aident.
  3. Ces personnes perçoivent que leur action a des effets clairs et mesurables. Ainsi, plusieurs expériences mettent en évidence un plus faible propension à donner pour des organismes à l’action diversifiée mais de ce fait plus abstraite (UNICEF par exemple) plutôt que pour des organismes dont l’action est unique et identifiée (distribution de moutisquaires pour berceaux dans des zones touchées par le paludisme).

Le rapport donne comme exemple d’action mobilisant les trois leviers un programme canadien où un groupe de familles réunit initialement une somme destinée à aider une famille de réfugiés au cours de leur année d’arrivée. Une fois la somme réunie, les familles donatrices rencontrent la famille aidée à sona arrivée sur le sol canadien, et peut l’aider par la suite dans ses démarches (choix d’école, rendez-vous médicaux, etc.). L’obligation de se regrouper à plusieurs familles limite en outre le risque d’une emprise des donateurs sur les personnes aidées.

Un point intéressant, la propension à donner est fortement influencée par les effets de cadrage. On l’a vu au moment d’événements spectaculaires, l’incendie de Notre-Dame de Paris étant le dernier en date, mais cet effet se manifeste aussi dès lors qu’on expose les personnes à des stimuli qui les projetent au-delà d’eux-mêmes : paysages spectaculaires, par exemple. S’il était établi plus fortement, ce lien aurait probablement des conséquences sur la manière d’envisager l’urbanisme.


Notes sur le World Happiness Report 2019 (2)

À la suite du précédent billet, je vous propose ici de poursuivre mes notes de lecture sur la version 2019 duWorld Happiness Report.Ce billet se concentre sur le Chapitre 3, qui examine les liens entre bien-être et comportements politiques.

Chapitre 3 : Bien-être et vote

Les relations entre les dimensions du bien-être subjectif, en particulier la satisfaction de vie et la confiance, et les comportements électoraux ont été au centre de tout un volet de notre programme de recherches, avec en particulier :

Ce chapitre explore plus largement les liens allant du bien-être vers les comportements politiques, non seulement le vote, mais aussi la participation poltique au travers du vote et des autres formes de participation à la vie politique.

Tant au niveau agrégé que quand on suit des personnes au long de leur vie, on observe que les personnes ayant des niveau de satisfaction de vie plus élevée sont plus nombreuses à voter, et qu’une augmentation de la satisfaction de vie d’un individu augmente sa probabilité de voter. Les personnes les plus heureuses sont aussi plus nombreuses à participer aux campagnes électorales et à financer les partis politiques (donnés US). En revanche, et assez à rebours de l’intuition, on observe peu de lien entre satisfaction de vie et participation à des formes contestataires de participation politique (manifestations par exemple).

Satisfaction dans la vie et intérêt pour la politique dans la World Values Survey, tiré du World Happiness Report 2019.

Non seulement les personnes plus heureuses votent plus, mais elles ont tendance à voter plus pour les partis au pouvoir. Au niveau agrégé, la trajectoire de la satisfaction de vie moyenne prédit mieux le résultat des élections que les déterminants économiques habituels (croissance, chômage, inflation). Au niveau individuel, on peut montrer que des chocs négatifs exogènes sur le bien-être (décès d’un.e conjoint.e) réduisent le soutien exprimé au parti au pouvoir.

Nos travaux sur le lien entre faible satisfaction de vie et vote pour les partis populistes occupent une place importante dans ce chapitre. Cette relation entre faible satisfaction de vie et vote populiste (pour Donald Trump ou pour le Brexit) est confirmé aux États-Unis et au Royaume-Uni. Il faut cependant noter que cette relation n’explique pas l’essor dans le temps des partis populistes, dans la mesure où la satisfaction de vie moyenne a peu varié. Le chapitre avance plusieurs hypothèses, par exemple qu’il s’agit d’un effet d’offre (l’insatisfaction ne trouvait pas auparavant d’expression politique constituée), ou que la dynamique provient d’un creusement des inégalités de bien-être, la stabilité de la moyenne cachant une augmentation simultanée des très insatisfaits et des très satisfaits. Cette dernière idée est étayée par des données britanniques, qui montrent que de le degré d’inégalité de bien-être prédisent mieux le vote Leave que le niveau absolu de bien-être.

Notes sur le World Happiness Report 2019 (1)

Parue le 20 mars dernier, l’édition 2019 du World Happiness Report s’intéresse particulièrement cette année aux relations entre le bien-être subjectif et l’environnement politique, ainsi qu’aux impacts des technologies de communication sur le bien-être et sa compréhension. Nous en recommandons la lecture, d’autant plus que des travaux de l’Observatoire sur le lien entre bien-être et vote1 sont cités dans le Chapitre 3, et qu’un de nos membres, Clément Bellet, est co-auteur du Chapitre 5 sur le bien-être et les approches Big Data. Ce billet rassemble quelques remarques faites ça et là lors de la lecture du rapport.

Chapitre 1 : Vue d’ensemble

Bien-être des migrants et bien-être des natifs

Pour motiver la focalisation sur la dimension communautaire du bien-être, le chapitre 1 rappelle que le rapport de l’an dernier, dédié à l’effet des migrations, avait mis en avant le fait que le bien-être déclaré des migrants converge rapidement vers celui des natifs du pays d’accueil, au point que le classement des pays en fonction du bien-être des immigrants est pratiquement identique à celui établi en fonction du bien-être des seuls natifs. Sur le cas français, Hillel Rapoport avait analysé cette dynamique dans son Opuscule du CEPREMAP Repenser l’immigration en France2.

Bien-être et élections

Prenant comme exemple le Mexique – mais le chapitre 3 montre qu’il s’agit d’un phénomène plus général – les auteurs relèvent qu’une dégradation du bien-être subjectif est un bon prédicteur d’une défaite du parti politique au pouvoir lors des élections suivantes. Ils interprètent le regain de satisfaction moyenne suite aux élections comme l’expression de l’opinion à l’égard des résultats de l’élection. Nos propres travaux3 montrent que cet effet n’a pas été en France purement post-électoral, puisque nous avons observé un gain en satisfaction pendant la période électorale elle-même, et surtout ce gain a été de courte durée. Sur plus longue période, l’INSEE a également relevé que les élections, en particulier les présidentielles, se traduisent par une amélioration transitoire de l’appréciation des perspectives d’avenir par les Français, au point que dans leurs travaux de long terme sur la conjoncture, ils neutralisent cet effet.

Figure 1.2 du World Happiness Report 2019, montrant l’effet transitoire des chocs.

Le cas mexicain leur permet par ailleurs de mettre en évidence l’effet significatif mais transitoire de mesures de politiques publiques (la gratuité des appels à longue distance) ou de chocs économiques (prix du pétrole), suggérant que la satisfaction de vie comporte une dimension conjoncturelle significative. Cela renforce encore l’intérêt que nous apportons à l’enquête que nous conduisons trimestriellement en France en partenariat avec l’INSEE, et dont nous restituons les résultats dans notre Tableau de bord du bien-être en France.

Chapitre 2 : les évolutions du bien-être dans le monde

Le classement des pays selon la moyenne de leur satisfaction de vie((Rappelons que le World Happiness Report s’appuie sur les données du Gallup World Poll, qui veille à ce que la méthodologie employée soit comparable dans les différents pays.)) constitue un des ressorts médiatiques les plus puissants du rapport (la France est 24e, si vous vous posez la question), mais de manière intéressante, les auteurs l’ont renvoyé à la deuxième partie du chapitre, préférant donner la place d’honneur aux tendances plus longues que leur permettent de mettre en évidence des séries qui commencent en 2006.

Parmi ces tendances, je relève particulièrement la progression de la satisfaction de vie dans les pays d’Europe de l’Est, qui semblent rattraper progressivement ceux de l’Ouest, et à l’inverse le ciseau entre les séries Moyen-Orient-Afrique du Nord d’une part, et Afrique sub-saharienne d’autre part.

L’examen des gains pays par pays suggère par ailleurs un traitement médiatique asymétrique qui n’est certes pas une grande surprise. On peut aisément deviner que la Syrie et le Venezuela sont les deux pays dont la satisfaction de vie s’est le plus dégradée au cours de la dernière décennie. Il nous semble plus difficile de deviner que le cinq pays ayant enregistré la plus forte progression (Bénin, Nicaragua, Bulgarie, Lettonie, Togo).

Sur le classement lui-même, le rapport reconduit l’exercice de séparation des moyennes selon six corrélats, pris comme des déterminants (PIB, soutien par les proches, espérance de vie en bonne santé, liberté de choisir ses orientations de vie, perception de la corruption et générosité), qui prédisent les deux tiers des moyennes observées.

Un point important, et à vrai dire un peu dérangeant, est décrit à la fin du chapitre : une amélioration de l’efficacité des gouvernements (application des lois, qualité des règlements, contrôle de la corruption) a un effet très sensible sur l’amélioration du bien-être, quel que soit le niveau de démocratie ou de violence politique, alors que le contraire n’est pas vrai. Ainsi, sans amélioration de l’efficacité des administrations, les progrès vers plus de démocratie ne se traduisent pas par des amélioration sensibles du bien-être.

  1. Voir aussi en français les notes de l’Observatoire 2017-02, Bien-être et vote, et 2017-06, Du Mal-être au vote extrême, ainsi que l’Opuscule Les Français, le bonheur et l’argent. []
  2. Comme tous les Opuscules, celui-ci est en téléchargement gratuit sur le site du CEPREMAP quelques mois après sa publication. []
  3. Voir en particulier les notes 2017-07, Présidentielle : un choc d’optimisme et 2017-12, Optimisme et inquiétudes. []

Migrations de la satisfaction de vie

Correction importante (01-03-2019) : une erreur dans la construction de notre base avait introduit du bruit dans les identifiants des individus, conduisant à des résultats initiaux incorrects. Pour le bénéfice de la clarté et de la transparence, nous laissons ici ces résultats, et indiquons en gras les corrections.

Comme dans de nombreux domaines, l’idéal dans l’étude du bien-être subjectif est de disposer de données de panel, dans lesquelles ont suit un même individu sur plusieurs années, en lui posant les mêmes questions à chaque fois. Ici, la question qui nous intéresse est celle relative à la satisfaction de vie :

Dans l’ensemble, sur une échelle allant de 0 à 10, dans quelle mesure êtes-vous satisfait de la vie que vous menez actuellement ?

De tels panels sont nombreux au niveau mondial : British Household Panel Survey, The Household, Income and Labour Dynamics in Australia,
German Socio-Economic Panel, etc. En France, nous disposons du dispositif SRCV, qui concerne 16 000 ménages chaque année. Avec les entrées et les sorties, il est possible de suivre un échantillon de 5 000 personnes entre 2010 et 2016 (dernière vague disponible au moment de la rédaction de ce billet).

Quand on met bout à bout les observations de ce panel, on constate que a moyenne de la satisfaction de vie évolue relativement peu. Dans le graphique 1, on voit cette moyenne évoluer entre 7,1 et 7,5, sur une échelle qui va de 0 à 101.

Moyenne des réponses à la question sur les satisfactions de vie, enquête SRCV

Est-ce que les gens évoluent peu dans l’appréciation de leur satisfaction de vie ? Après tout, il s’agit d’une question qui demande une évaluation d’assez long terme, plusieurs articles (exemple) ont démontré qu’en-dehors de changements radicaux dans les conditions de vie des personnes, celles-ci avaient tendance à revenir à un niveau de bien-être fondamental, déterminé par un mélange de génétique et d’éducation. A. Clark et ses co-auteurs ont par exemple mis en évidence sur les données britanniques un phénomène très fort d’adaptation à des événements comme la naissance d’un enfant, le divorce, la perte d’un emploi (à condition d’en retrouver un autre) et même de faible niveaux de handicap suite à un accident.

Les données de l’enquête SRCV peignent toutefois une image assez dynamique de ces trajets. Dans le graphique 2, chaque ligne est un individu du panel. Nous avons donc beaucoup de dispersion des lignes au début, puisque chacune correspond à une trajectoire sur 7 ans, et peu à la fin : entre 2015 et 2016, il n’y a plus que 11 transitions possibles.

Transitions entre classes de satisfaction de vie, SRCV

Si on se restreint aux trois dernières années, afin d’avoir un panel plus nombreux et moins de chemins, le résultat est le diagramme suivant :

Transitions entre classes de satisfaction de vie, SRCV, 2013 – 2016

On constate plus clairement que la stabilité constitue le mode dominant pour chaque classe, même s’il y a un un nombre significatif de transitions à l’horizon de trois ans

On peut également regarder les transition au niveau de chacune des modalités de réponse (0 à 10), représentées ci-dessous sur deux ans.

Transitions entre modalités détaillées, SRCV, 2015 – 2016

À l’horizon d’un an, les transitions se font essentiellement vers les modalités voisines. À un horizon de trois ans (ci-dessous), on retrouve le niveau de diffusion assez élevé observé entre classes de réponses.

Transitions entre modalités détaillées, SRCV, 2013 – 2016

L’étape suivante d’un tel travail serait d’établir de manière plus robuste des matrices de transition entre classes de risque, et d’évaluer leur degré de stabilité dans le temps.

Ci-dessous, l’image initiale. L’erreur dans nos identifiants introduisait beaucoup plus de transitions que dans celles effectivement observées, et conduisait à un échantillon artificiellement trop nombreux.

Transitions dans les satisfactions de vie, SRCV

Pour les curieux : le graphique des flux a été généré à l’aide du package ggalluvial du logiciel R.

  1. On constate sur ce graphique une chute importante de la moyenne entre 2012 et 2013. Nous pensons qu’une partie de cette chute est liée à un déplacement de la question au sein du questionnaire. Une série de questions sur les revenus et le niveau de vie est venue précéder la question sur la satisfaction de vie, colorant les réponses. []

Des moyennes et des distributions : le sentiment de responsabilité dans le changement climatique

Comme un certain nombre de personnes, j’ai été agréablement surpris par le tweet ci-dessous. Sur la base de l’European Social Survey, il positionne la France comme l’un des pays où les gens se sentent le plus personnellement concernés par le changement climatique

In @ESS_Survey Round 8 (2016) respondents have been asked about their feeling regarding their personal responsibility to reduce climate change. Broken down by different age groups presented by @ESS_Austria at @IHS_Vienna. pic.twitter.com/JgTxbvHmpI— ESS_Austria (@ESS_Austria) November 15, 2018

J’avoue que j’ai été un peu surpris, particulièrement au regard de l’actualité. Cela va aussi à l’encontre de l’image certes caricaturale du Français qui se repose sur l’État plutôt que sur l’action individuelle pour résoudre les problèmes collectifs.

Je suis donc allé voir ce qui se cachait derrière cette moyenne. Quand j’ai vu les distributions, j’ai assez rapidement repéré une particularité française : le poids particulièrement élevé (en fait, le plus élevé dans l’échantillon) des personnes qui ont répondu 10 (ressentent une très forte responsabilité individuelle dans le changement climatique). En d’autres termes, il y a en France une part, notable (14%) de la population qui ressent très fortement de sa responsabilité d’agir contre le changement climatique.

Par comparaison, d’autres pays très éco-sensibles se caractérisent par un cœur de distribution (7-8-9) plus chargé, ici par exemple la Suisse et l’Allemagne.

De manière intéressante, les autres pays où une extrémité a un poids élevé sont plutôt des pays climato-sceptiques (République Tchèque, Hongrie).

Ou bien des pays qui apparaissent très divisés, avec du poids à chaque extrémité. On imagine bien que le sujet doit y être clivant.

Cet exemple illustre bien à mon sens une faiblesse connue de la moyenne comme indicateur de la tendance centrale : un poids à un extrême va faire augmenter considérablement la moyenne sans que cela ne reflète vraiment la position typique des habitants du pays (on préférera dans ce cas la médiane).

Pour en revenir au graphique initial, on peut en retenir que si la France apparaît comme un pays particulièrement attentif au changement climatique et à la responsabilité des individus dans ce domaine, c’est en partie du fait de l’existence d’un groupe de personnes très fortement convaincues et mobilisées à ce sujet, plus que d’une conscience uniformément répartie dans la population

Vers une base des enquêtes de bien-être subjectif

Au fil des ans, les questions sur le bien-être subjectif se sont invitées dans un nombre croissant d’enquêtes, ponctuelles, régulières ou de panel. C’est une aubaine pour les chercheurs, mais qui doivent d’abord savoir que ces sources existent. En effet, les enquêtes en question sont rarement des enquêtes dédiées uniquement au bien-être. Multi-thématiques, elles embarquent des questions sur un éventail de thèmes, le bien-être subjectif constituant le plus souvent un élément mineur.

En pratique, la sérendipité semble être un vecteur central de diffusion des données : on tombe sur un article ou une présentation qui utilise une source de données alors inconnue, qu’on ajoute à son répertoire de sources possibles. Ce système fonctionne tant bien que mal, mais il désavantage les jeunes chercheurs, qui doivent s’appuyer sur le répertoire éventuel de leurs encadrants, et ralentit l’exploitation de nouvelles sources de données.

Ce constat n’est pas neuf : il a été à l’origine de la World Database of Happiness. Face à la dispersion des publications entre journaux de plusieurs champs scientifiques, cette base a entrepris de coder de manière unifiée les publications sur le bien-être subjectif, en fonction des sources de données, des approches et des questions utilisées.

Nous nous proposons maintenant de réaliser une entreprise similaire, mais avec les sources de données elles-mêmes. Il s’agirait pour nous de créer le noyau d’une base collaborative, où les chercheurs du domaines viendraient tout autant ajouter l’information qu’en chercher. Nous imaginons bien que le problème a déjà dû se poser dans d’autre domaines. D’où nos questions : existe-t-il des exemples d’initiatives de ce type ? Quels sont les outils disponibles aujourd’hui pour héberger une telle base de données collaborative, permettant à la fois la consultation et la modifications ? Nous souhaiterions aller plus loin que l’évident Wiki, et de fournir une forme d’API qui permettre une interrogation forte de cette base.

Les commentaires sont ouverts à vos remarques et suggestions.

Du choix des indicateurs dans un tableau de bord

L’Observatoire du Bien-être a récemment mis en ligne un tableau de bord du bien-être des Français. Fondé sur l’enquête trimestrielle que nous finançons, ce tableau de bord vise à en extraire les principaux faits stylisés et à donner une vision de la richesse de ces données.

Pourquoi un tableau de bord statique ?

Sur une enquête large et profonde, nous aurions évidemment aimé donner la plus grande liberté possible en consultation. La situation est ici différente. L’enquête n’existe que depuis juin 2016, et c’est la première en France à poser des questions sur le bien-être subjectif à une fréquence aussi élevée (trimestrielle). Nous pensons que le temps révélera des phénomènes de saisonnalité pour certaines questions((À notre connaissance, les autres collecteurs de données à haute fréquence sur le bine-être subjectif, comme l’ONS britannique ou Gallup, ne se sont pas intéressés aux phénomènes de saisonnalités. Ils ont recours à une collecte pratiquement en continu, et lissent les réponses agrégées.)), phénomènes que nous ne sommes évidemment pas encore en mesure de corriger. De même, avec un échantillon de 1800 personnes par trimestre, il est facile de construire des recoupements comportant trop peu d’individus pour être significatifs.

Ainsi, nous avons préféré fixer les représentation à un niveau d’agrégation qui nous a semblé pertinent, les données sources étant de toutes manières accessibles aux chercheurs avec le reste de l’enquête CAMME auprès de l’ADISP.

Le choix des indicateurs

Cet exercice nous a confrontés au choix des indicateurs : comment restituer l’information contenue dans une distribution (la plupart des questions admettent une réponse ordonnées de 0 à 10), mesurée à plusieurs points dans le temps ? Pour nos besoins internes, nous avons conçu un module de visualisation (en fait, une application RShiny) qui permet de visualiser la distribution en sélectionnant les vagues, les séries temporelles des moyennes ainsi que les l’évolution de la part de catégories de réponse dans le temps (exemple ci-dessous).

Graphique parts Prochaine égénération en Euroê
Comment pensez-vous que sera la vie en Europe pour la prochaine génération ?
Note de 0 (‘Bien pire qu’aujourd’hui’) à 10 (‘Bien meilleure qu’aujourd’hui’)

Ces graphiques sont informatifs pour le chercheur, mais peu lisibles pour le grand public. Ils le deviennent encore moins lorsque la variable de segmentation (ici, le genre) comprend un nombre important de modalités. Il fallait donc réduire la distribution à un résumé unique.

Au Royaume-Uni, l’ONS publié également un large tableau de bord du bien-être, comprenant à la fois des éléments subjectifs et des mesures objectives des conditions de vie. En ce qui concerne les mesures subjectives, ils ont choisi de restituer la proportion de réponses supérieures à un seuil donné – par exemple la proportion de répondants très satisfaits de leur vie. Si ce type de mesure est intuitivement simple à comprendre, nous nous sommes vite rendus compte que les résultats étaient extrêmement sensibles au seuil retenu : selon qu’on choisit 7 ou 9 (sur l’échelle de 0 à 10), les évolutions sont significativement différentes pour plusieurs variables – clef. D’un point de vue statistique, cela va de soi : avec un indicateur de ce type, on donne beaucoup de poids aux évolutions locales de la distribution (ce qui se passe de part et d’autre du seuil retenu), ce qui n’est pas un bon indicateur des évolutions globales de la distribution, sauf si celle-ci se décale uniformément.

Nous avons donc décidé de restituer, malgré toutes ses faiblesses bien connues, l’indicateur le plus usuel, celui de la moyenne((Nous avions également pensé à la médiane, mais le peu de volatilité des séries empêche la médiane de saisir des évolutions pourtant significatives.)).

Le choix des représentations

Moyenne des réponses à la question sur la situation de la prochaine génération en Europe

Comment, maintenant, restituer graphiquement cette information, avec un bloc de vingt questions ? Nous avons opté pour une présentation en deux volets. Dans un premier volet, la page d’accueil du tableau de bord, nous restituons les moyennes de la dernière vague, avec comme point de comparaison la valeur un an avant. Dans un deuxième volet, nous représentons les séries temporelles des moyennes, agrégées et décomposée selon des axes qui nous ont paru pertinents, accompagnées de leurs intervalles de confiance à 95%.

Nous avons bien conscience des limites de ces représentations. C’est pourquoi dans les commentaires de notre tableau de bord, ainsi que dans nos notes, nous nous attachons à expliquer quelles évolutions dans la distribution des réponses génèrent les mouvements observés de la moyenne.

Il s’agit d’un work in progress, et nous serons heureux d’entendre vos commentaires, questions et suggestions en commentaires de ce billet.

World Happiness Report 2018

Couverture du WHR 2018
Couverture du WHR 2018

L’édition 2018 du World Happiness Report vient de paraître. Ce rapport est publié annuellement sous l’égide du Sustainable Development Solutions Network (SDSN) (ONU) et mobilise largement le Gallup World Poll, sans équivalent en termes de couverture sur les questions de bien-être subjectif.

Géographie de la satisfaction de vie

C’est l’occasion de constituer un classement des pays selon leur niveau de bonheur, même si on connaît les limites des comparaisons d’un pays à l’autre. Sans surprise, la satisfaction de vie est fortement liée au niveau de vie du pays, et parmi les pays à fort niveau de vie, les pays nordiques se distinguent par des niveaux de vie particulièrement élevés.

Carte du mon de la satisfaction de vie
Source : World Happiness Report 2018, dernière observation disponible pour chaque pays

Carte de l'Europe de la satisfaction de vie
Source : World Happiness Report 2018, dernière observation disponible pour chaque pays

Migrations, migrants et hôtes

En lien fort avec l’actualité internationale, ce rapport consacre cinq de ses sept chapitres aux questions relatives aux migrations, qu’elles soient internationales ou internes (dans le sens campagnes → villes).

Pays d’accueil, pays d’origine

Le premier constat essentiel est que les immigrants sont en moyenne aussi heureux que les natifs de leur pays d’accueil.

Le bien-être des immigrants est ainsi essentiellement (à 75% en moyenne) corrélé avec le bien-être du pays d’accueil : plus le pays d’accueil est heureux en moyenne, plus les immigrants le sont. Les 25% restants de l’écart sont eux essentiellement expliqués par le pays d’origine du migrant : plus le pays d’origine est heureux, plus le migrant est heureux, quel que soit son pays d’accueil.

L’influence du niveau moyen de bonheur dans le pays d’accueil est renforcé lorsque celui-ci a une culture d’ouverture aux migrants, culture mesurée par les réponses à des questions du type « pensez-vous que l’immigration soit une bonne chose ». Inversement, les scores à ces questions sont d’excellents prédicteurs du bien-être d’un pays : les pays heureux sont des pays ouverts à l’immigration, et inversement.

Le gain de bien-être à la migration est donc substantiel (0.47 points en moyenne, correspondant à l’écart entre la France et l’Allemagne ou le Royaume-Uni), quand on le rapporte au bien-être de personnes comparables restées dans le pays d’origine.

Et à plus long terme ? Le bonheur des immigrés tend à se stabiliser au niveau moyen de leur pays d’accueil. Progressivement, leur situation matérielle s’améliore (ce qui les rend plus heureux), mais leur point de comparaison est de plus en plus la population locale, en moyenne plus riche (ce qui a un effet négatif). Cette dynamique s’étend à la deuxième génération.

Derrière ces effets moyens se cachent cependant de fortes disparités individuelles : si certains migrants voient leur bien-être augmenter considérablement, d’autres subissent une forte diminution, en particulier lorsqu’ils font face à de fortes discriminations dans le pays d’accueil.

Des campagnes vers les villes

Le mouvement de migration des campagnes vers les villes est à l’œuvre depuis l’introduction de l’agriculture mais s’est considérablement accéléré au niveau mondial dans le dernier demi-siècle. Contrairement aux migrants internationaux, les migrants internes sont moins heureux que ceux restés à la campagne, en dépit de revenus nettement plus élevés. Le phénomène en jeu ici semble être un changement de groupe de référence : les néo-urbains se comparent au reste de la population urbaine, nettement plus aisée. Ces néo-urbains affirment d’ailleurs qu’ils seraient très malheureux de devoir retourner à la campagne.

Les conclusions sont toutefois limitées ici, dans la mesure où l’essentiel de ces migrations ont lieu dans des pays à faible revenus, où la couverture par les enquêtes est faible.

Le cas de l’Amérique Latine

Dans ce paysage, l’Amérique Latine est un peu une exception. Les migrants venant de ces pays gagnent moins en bien-être que les autres migrants. D’une part, et contrairement au cas général, les migrants venant de ces pays sont en moyenne moins heureux que les personnes comparables restées dans leur pays, même s’ils sont en moyenne plus riches. Il s’agit donc de personnes en ascension sociale, mais qui ne peuvent plus progresser dans leur pays d’origine.

D’autre part, les pays d’Amérique Latine sont en moyenne plutôt heureux (pour leur niveau de revenu), ce qui diminue le gain à la migration. Le chapitre 6 du rapport tente de trouver dans la solidité et l’importance des rapports familiaux l’explication de cette spécificité latino-américaine.

La richesse et la santé

Le dernier chapitre du rapport revient sur le paradoxe d’Easterlin appliqué aux États-Unis : alors que les américains se sont pour la plupart enrichis, leur bien-être subjectif a diminué depuis les années 1970.

Les explications connues de ce paradoxe apparent reposent sur la très forte montée des inégalités (nous évaluons notre bien-être largement en comparaison avec les autres, et la présence d’ultra-riches très visibles dégrade la sensation que nous avons de notre situations) et une dégradation des institutions sociales (famille, confiance dans la vie politique, etc.). À ces explications, l’auteur du chapitre ajoute l’effet de la triple crise sanitaire que traversent les États-Unis : obésité, abus d’opioïdes et dépression. Or, comme le montre le récent ouvrage The Origins of Happiness, la santé, physique mais surtout mentale, constitue un déterminant essentiel du bien-être, déterminant que l’envolée du coût des soins médicaux aux États-Unis a rendu hors de portée d’une part croissante de la population.

 

 

Est-ce le bon moment pour épargner ?

En travaillant sur la relation que les Français entretiennent avec l’argent comme déterminant de leur bien-être, nous nous sommes demandés si des Français avaient une représentation de l’épargne différente de celles des autres Européens. Voici ce que nous avons trouvé.

Quand épargner ?

Dans la théorie économique du consommateur sous sa forme la plus simple, l’épargne a pour fonction de lisser la consommation dans le temps : on épargne quand les revenus sont importants, et on désépargne quand ils le sont moins. Cette description stylisée implique que les périodes d’embellie économique sont le bon moment pour épargner, et les périodes de crises celles où désépargner.

Si on part de la croissance du PIB en France pour identifier les périodes correspondantes, les bonne périodes pour épargner depuis 1985 étaient la première moitié des années 1980, la deuxième moitié des années 1990 et la période 2003 – 2005. Invsersement, les désépargnes devraient correspondre à aux épisodes de récession (croissance négative du PIB) : 1993, 2003 et 2008 – 2009.

En pratique, de nombreuses contraintes peuvent faire que nous n’épargons pas au moment où nous le souhaiterions. Pour nous abstraire en partie de ces contraintes, nous pouvons nous appuyer sur l’enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages (voir la sections Données) harmonisée au niveau européen. Celle-ci comprend une question : “Dans la situation économique actuelle, pensez-vous que ce soit le bon moment pour épargner ?”. La réponse des enquêté est déterminé par un solde. Plus celui-ci est positif, plus la proportion de personnes qui pensent que c’est le bon moment pour épargner est important.

Dans le cas de la France, cela donne le graphique ci-dessous. Deux remarques :

  • à des fins d’harmonisation, le calcul du solde a été modifié en janvier 2004, induisant la rupture dans la série matérialisée par une barre verticale noire.
  • Les zones grisées correspondent aux trimestres de récession (croissance négative du PIB). Si l’appréciation des enquêtés vis-à-vis de l’épargne correspondait au motif décrit ci-dessus, le solde devrait augmenter particulièrement dans les zones grises.

Au vu de ce graphique, deux constats s’imposent :

  • Le solde est pratiquement toujours positif, sur une période de plus de trente ans : les Français ont à l’idée qu’il est bon d’épargner en tout temps.
  • Le solde d’opinion sur cette question répond à la conjoncture de court terme, mais de manière assez limitée. On voit comment la plupart des récessions, crise de 2008 en tête, induisent des pics à la baisse du solde ou à tout le moinds une interruption de la tendance (crise de 1993). En revanche, les orientations à moyen terme procèdent d’autres facteurs, puisqu’elles s’écartent significativement des variations du PIB.

Comment cela se compare-t-il aux autres Européens ?

2 Les Français à l’image des autres Européens

L’évolution des soldes d’opinion au sein de l’Union Europénne sur cette question est assez dispersée, reflétant probablement l’influence de conditions économiques et sociales nationales. En première approximation, le comportement des Français semble assez homogène à celui des autres Européens, quoique plus volatil, même en tenant compte de la rupture de série (barre verticale).

Rentrons dans le détail : dans quelle mesure le solde d’opinion français évolue-t-il dans le même sens que celui des autres Européens ? Pour ce faire, nous calculons la corrélation du solde français avec celui de chaque pays. Une valeur de -1 signifie que lorsque le solde en France augmente de 1, celui du pays concerné diminue d’autant, et un solde de 1 signifie que les évolutions sont identiques à celles de la France.

Le groupe de pays présentant une corrélation négative avec la France est majoritairement composée de pays de l’Est de l’Europe (Irlande, Italie et Finlande exceptés). Si on se concentre sur les pays les plus proches, pour lesquels un historique long est disponible, on constate une corrélation négative avec l’Italie, faible avec le Royaume-Uni, et assez forte avec les autres voisins directs.

En allant plus loin, on peut remarquer que la corrélation forte avec l’Allemagne n’est pas particulièrement stable dans le temps (ainsi que le voudrait un couplage des opinions), mais qu’elle est une moyenne entre une période récente d’assez forte corrélation (bleu foncé ci-dessous), succédant à plusieurs décennies où le lien était beaucoup plus ténu. Dans le graphique ci-dessous, chaque point est une année, avec le solde d’opinion en France sur l’axe horizontal et en Allemagne sur l’axe vertical.

3 Et en niveaux ?

Comparés en niveaux, les soldes révèlent également la dispersion des opinions nationales, et l’importance des facteurs nationaux : Allemands et Italiens ont un solde assez élevé sur la période, et la crise a un un impact complètement différent sur cette question en Espagne qu’en Italie. Le solde aux Pays-Bas est remarquablement stable, tandis que celui des Britanniques est probablement celui qui correspond le mieux au comportement théorique.

4 Bilan

À la lumière de ces éléments, il ne semble pas y avoir de spécificité française qui nous distingue de tous les autres pays européens. Il apparaît plutôt que la réponse à cette question est largement guidée par des déterminants relatifs à chaque situation nationale

5 Données

Les enquêtes de conjoncture sont harmonisées au niveau européen. Pour chaque question, Eurostat met à disposition un solde d’opinion, corrigé des variations saisonnières. Les dates de disponibilité varient selon les pays. Pour les plus anciennement dans l’Union, les séries remonent à 1985, ce qui permet d’examiner la corrélation sur une trentaine d’années d’observations mensuelles.

Adresse de récupération des données, Adresse de la page. Date de récupération : 2017-11-23.

Attention, la question sur la France a été harmonisée en 2004, induisant une rupture dans les données à cette date.

Pour le PIB, nous avons utilisé la série de l’INSEE en base 2010.

Cite this article as: Mathieu Perona, "Est-ce le bon moment pour épargner ?," in Carnet de l'Observatoire du Bien-être du CEPREMAP, 04/12/2017, https://obe.hypotheses.org/48.

Un Insaisissable effet Macron

Dans notre Note de juillet 2017 (PDF), nous avons observé une forte progression des indicateurs de bien-être relatifs à l’avenir. Ces indicateurs ont, en septembre, effacé une large part de cette progression. Cette dynamique ressemble à ce qu’a documenté l’INSEE : la tenue d’élections présidentielles est législatives a un impact visible sur les anticipations des ménages.

Cette élection comportait toutefois un élément particulier : certains des thèmes centraux de la campagne d’Emmanuel Macron concernaient explicitement la confiance dans l’avenir. De ce fait, nous nous sommes demandés si l’effet de cette élection sur les anticipations de conjoncture des ménages avait été différent ce celui des élections précédentes.

1 Nos données

Nous utilisons pour ce qui suit les résultats de l’enquête mensuelle de conjoncture de l’INSEE, dont les données sont disponibles sur le site de l’INSEE. Nous avons utilisé les trois indicateurs suivants :

  1. Le solde d’opinion de la question : “Pensez-vous que le chômage en France va augmenterou baisser au cours de 12 prochains mois ?”. Ce solde est positif quand les enquêtés pensenten majorité que le chômage va augmenter.
  2. L’indicateur synthétique de confiance des ménages (méthodologie de construction), qui synthétise les réponses à un ensemble de questions. Il est normé à 100, signifiant qu’une valeur supérieure à 100 indique une amélioration de la confiance des ménages enquêtés.
  3. Le solde d’opinion de la question : “Pensez-vous que le niveau de vie en France va s’améliorer ou se dégrader au cours des 12 prochains mois ?”. Ce solde est positif si la majorité des enquêtés pensent que le niveau de vie va augmenter.

2 Effet des élections sur les anticipations de conjoncture

Nous avons indiqué ici les élections présendentielles en bleu, les législatives en rouge. En raison de la synchronisation du calendrier électoral à partir de 2002, on distingue moins bien présidentielles et législatives. Commençons par l’indice synthétique (CSV, Corrigé des variations saisonnières).

Cet effet élections est également visible sur les deux autres indicateurs. Remarquez que le solde d’opinion sur le chômage est positif quand les anticipations d’augmentation du chômage sont majoritaires. Il évolue donc dans le sens opposé aux deux autres indicateurs.

Cet effet des élections pourrait être un simple effet de l’événement démocratique en lui-même, indépendamment des enjeux et des thèmes de campagne. Le fait d’aller voter pourrait redonner confiance dans l’action collective et la capacité à améliorer l’avenir du pays. Toutefois, cette hypothèse semble rejetés par le fait que les referendums, qui portent sur des questions de plus long terme, affectent peu les anticipations de conjoncture :

3 Identifier un effet Macron

Si on se focalise sur les trois derniers scrutins présidentiels et législatifs, les situations des élections de 2007 (Nicolas Sarkozy) et de 2017 (Emmanuel Macron) apparaissent assez similaires en termes de soldes d’opinion, alors que l’environnement macro-économique est assez significativement différent. La seule différence semble résider dans le profil temporel de l’amélioration des anticipations : alors que pour les deux élections précédentes, l’amélioration commance avant le premier tour de la présidentielle, il a fallu attendre les législative pour que l’effet se fasse sentir. Ce phénomène est probablement lié à l’incertitude quant à la capacité de La République En Marche, parti récent, à réunir les électeurs.

Pour neutraliser les effets de position dans le cycle, nous allons comparer l’évolution de ces trois courbes en les ramenant à une valeur de référence. Pour chacune des courbes, nous fixons à zéro la valeur quatre mois avant les élections (soit décembre de l’année précédent l’élection pour la plupart d’entre elles), et regardons l’évolution sur les neuf mois suivants.

La trajectoire de l’opinion autour de l’élection d’Emmanuel Macron ne se distingue pas particulièrement de celle autour des autres élections. L’effet de dacalage dans le temps apparaît, mais cette trajectoire reste très comparable à celle des autres présidents.

Nous en concluons donc que, sur la base de ces données, nous ne sommes pas en mesure de mettre en évidence un effet spécifique des thèmes de campagnes d’E. Macron sur les anticipations de conjoncture des ménages.

Cite this article as: Mathieu Perona, "Un Insaisissable effet Macron," in Carnet de l'Observatoire du Bien-être du CEPREMAP, 01/12/2017, https://obe.hypotheses.org/18.

À propos de ce carnet

Le Carnet de l’Observatoire du Bien-être du CEPREMAP décrit les recherches en cours, hypothèses et interrogations des chercheurs de l’Observatoire.

Il complète le site propre de l’Observatoire, qui présente des résultats finalisés, en fournissant un espace où les chercheurs discutent leurs pistes de travail ainsi que des résultats qui ne trouveront pas tout de suite à s’inscrire dans une publication classique.

Les thèmes sont ceux de l’Observatoire, centrés autour de l’étude pluridisciplinaire du bien-être subjectif, avec une grande ouverture aux thèmes connexes, comme l’économie de l’éducation, de la santé ainsi que les sciences comportementales appliquées aux politiques publiques.

Tous les chercheurs de l’Observatoire seront invités à participer à ce carnet.