Satisfaction dans la vie pendant et après le confinement

Avec le confinement, de nombreuses études ont été lancées pour connaître les conséquences du confinement sur le bien-être, et d’identifier les groupes les plus en risque de détresse matérielle ou psychologique. Plusieurs de ces initiatives nous apportent une vision inédite sur l’évolution des métriques de bien-être sur des temps très courts, avec évidemment les deux chocs majeurs qu’ont été le confinement et le déconfinement.

Ainsi, l’enquête CoviPrev de Santé Publique France nous montre que le déconfinement a entraîné une augmentation sensible de la satisfaction dans la vie mesurée dans leur échantillon((On peut aussi consulter l’entretien détaillé du le sociologue Patrick Peretti-Watel pour France Culture.)).

Continuer la lecture de « Satisfaction dans la vie pendant et après le confinement »

Notes sur le World Happiness Report 2020 (1)

L’édition 2020 du World Happiness Report a été présentée au public le 20 mars dernier, Journée internationale du bonheur. En ces temps d’épidémie et de confinement, cette publication a pu passer inaperçue. Ce sont pourtant 200 pages fort instructives que le Sustainable Development Solutions Network met à disposition. Comme l’année dernière, nous vous présentons sur ce blog quelques éléments qui ont retenu notre attention – choix évidemment arbitraire et subjectif.

L’édition 2020 du World Happiness Report a été présentée au public le 20 mars dernier, Journée internationale du bonheur. En ces temps d’épidémie et de confinement, cette publication a pu passer inaperçue. Ce sont pourtant 200 pages fort instructives que le Sustainable Development Solutions Network met à disposition. Comme l’année dernière, nous vous présentons sur ce blog quelques éléments qui ont retenu notre attention – choix évidemment arbitraire et subjectif.

Continuer la lecture de « Notes sur le World Happiness Report 2020 (1) »

How’s Life? 2020

Le 09 Mars dernier, l’OCDE présentait l’édition 2020 de son rapport How’s Life?
Quelques remarques prises au vol.

Le 09 Mars dernier, l’OCDE présentait l’édition 2020 de son rapport How’s Life?

Ce rapport constitue une des mises en pratique les plus abouties d’un tableau de bord sous l’angle du développement humain. Ce travail, extrêmement riche, combine indicateurs objectifs et subjectifs pour donner une vision complète des conditions de vie des habitants des pays de l’OCDE, ainsi que du contexte économique, humain et écologique avec une perspective de soutenabilité.

Chacune des dimensions est envisagée à la fois dans son évolution moyenne, mais aussi sous l’angle des inégalités, entre groupes sociaux, entre haut et bas de l’échelle, et en considérant plus particulièrement les personnes les plus vulnérables au regard de chaque indicateur.

Messages-clef

Le rapport met en évidence une amélioration en moyenne sur ne nombreux indicateurs. L’emploi, la satisfaction de vie, les morts de la route ou par homicide, le taux de logement surpeuplés sont autant de dimensions en progression comparativement à 2010. Beaucoup de pays se relevaient alors à peine de la crise financière, tandis que d’autres allaient plonger dans celle des dettes souveraines. Il faut prendre le temps de réfléchir et de souligner ces progrès, qui passent souvent inaperçus dans un cycle médiatique dominé par les mauvaises nouvelles.

La situation est toutefois très hétérogène entre pays de l’OCDE, et plusieurs indicateurs n’ont pas de direction claire. L’égalité entre femmes et hommes ne progresse que très lentement. En termes de capital humain, le rapport enregistre à la fois des gains et des dégradations, la plus inquiétante étant la perte de compétences en sciences mesurée dans l’enquête PISA. La confiance dans les institutions ne progresse pas, et régresse dans les pays où elle était initialement faible.

Le rapport pointe particulièrement trois points négatifs. D’abord, un grand nombre de ménages de l’OCDE sont en situation de précarité financière. Avec des patrimoines en baisse depuis 2010 et, quand ils existent, souvent investis dans des actifs peu liquides, de nombreux ménages de la classe moyenne ne pourraient maintenir leur niveau de vie s’ils faisaient face à une perte de salaire pendant trois mois. Ajoutés aux 20 % qui sont proches ou sous le seuil de pauvreté relative, cela fait presque la moitié des ménages de l’OCDE qui sont confrontés à une situation de précarité financière. Ensuite, le rapport documente un délitement des liens sociaux, avec dans de nombreux pays une baisse du temps consacré aux amis ou à la famille, et un poids de l’isolement et de la solitude – thème auquel nous avons consacré une note en début d’année. Enfin, la part de personnes déclarant un très faible bien-être émotionnel (majorité d’affects négatifs, satisfaction de vie inférieure ou égale à 4 sur l’échelle de 0 à 10) est importante. Ce type de situation est directement liée à des comportements à risque et aux morts par désespoir, dont l’épidémie d’overdoses d’opoïdes aux États-Unis constituent un exemple.

Discussion du panel

La discussion sur le rapport a fait apparaître une ligne de force et un clivage.

La ligne de force est que nous savons maintenant qu’il faut faire particulièrement attention dans nos politiques publiques aux effets redistributifs. Cet élément a été assez négligé au sujet de la mondialisation, avec une confiance dans le fait que les gains moyens pour l’économie amélioreraient bon an mal an la situation de pratiquement tout le monde, et que les dispositifs sociaux rattraperaient les quelques grands perdants. Cette perspective a négligé l’impact des réallocations – changements de secteurs, de territoires de l’activité économique – sur le tissu des relations humaines et sociales, conduisant à l’émergence d’une partie de la population précarisée à la fois par une dépréciation de ses compétences, une dégradation de ses perspectives économiques et un délitement de ses réseaux de sociabilité. Nous en avons eu une illustration avec les Gilets jaunes.

Il est probable que des phénomènes similaires accompagnent l’automatisation d’un grand nombre de tâches routinières, que ce soit dans l’industrie ou, de plus en plus, dans les services. Le maintien du lien social doit ainsi, pour les panélistes, devenir un objet propre de politique publique, ce qu’il n’a pas été jusqu’ici. Au-delà de ce constat, les avis divergeaient sur la méthode. Un panéliste (Dennis Snower) affichait une forte préférence pour les dispositifs centrés sur l’individu et le renforcement de son autonomie, de sa capacité à changer sa propre situation (agency) tandis que les autres panélistes semblaient plutôt favoriser des dispositifs d’accompagnement plus collectifs, orientant les mutations elles-mêmes de l’économie plutôt que de faire porter sur les individus l’intégralité des coûts d’ajustement.

La fracture, là encore entre D. Snower et le reste du panel, tenait essentiellement sur une question de communication. Pour D. Snower, la difficulté à faire progresser cette perspective de bien-être dans la sphère publique est liée au format même du tableau de bord. Pour lui, il faut proposer une métrique unique, alternative au PIB, afin de prendre pied dans une réflexion politique conduite sur des indicateurs simples, et où les tableaux de bord sont l’occasion de ne mettre en avant que ce qui fonctionne. Nancy Hey, qui dirige le What Works Wellbeing, a suggéré la satisfaction dans la vie, mais plutôt comme un pis-aller face à une bande passante trop limitée du monde politique. Elle rejoignait toutefois les autres panélistes dans l’idée que la focalisation sur un seul indicateur faisait partie du problème et non de la solution. L’indicateur unique, qui plus est considéré en moyenne, occulte les poches de vulnérabilité, les inégalités, et fondamentalement les arbitrages entre les différentes dimensions qui doivent être le cœur de la discussion et de l’action politique.

Discrimination et algorithmes

Après les grandes études expérimentales sur les discrimination viennent celles sur les biais des algorithmes. Un article de S. Mullainathan est l’occasion de souligner à quel point les biais algorithmiques peuvent être plus aisés à détecter et à corriger.

Quinze ans après l’étude sur la discrimination à l’embauche “Are Emily and Greg more employable than Lakisha and Jamal?”, Sendhil Mullainathan vient de participer à une étude qui a déjà fait beaucoup parler d’elle aux États-Unis : avec ses co-auteurs, il a mis en évidence qu’un algorithme utilisé pour déterminer le niveau de traitement des patients (et déjà employé sur plus d’une centaine de millions de personnes) présentait un biais racial marqué. À symptômes identiques, les Africains-Américains étaient alloués à un niveau de traitement moins intensif. La cause ? Pour mesurer l’état général de santé, l’algorithme utilisait comme proxy le niveau de dépenses de santé – qui du fait des inégalités aux États-Unis est plus faible chez les Africains-Américains, qui se trouvaient donc réputés en meilleure santé pour l’algorithme.

Ainsi que le souligne S. Mullainathan dans un article pour le New York Times, les deux articles ont des modus operandi et des conséquences très différentes. Pour le premier, il a fallu envoyer des milliers de CV, attendre les réponses, et le constat empirique d’une discrimination au niveau agrégé ne donne que peu d’éléments sur les moyens de lutter contre elle. De fait, l’Opuscule du CEPREMAP décrivant une expérience similaire en France (La discrimination à l’embauche sur le marché du travail français) figure régulièrement parmi les titres les plus téléchargés de la collection.

Pour le scond, les choses ont été opérationnellement beaucoup plus simples, puisqu’il a suffit d’établir une liste de profils fictifs, et de les faire traiter par l’algorithme. Un bon contrôle des variations entre les profils a suffit à mettre en évidence le biais, et la documentation de l’algorithme a permis d’en identifier la cause. Les chercheurs ont offert leur aide pour corriger ce biais, et les producteurs de programmes de ce type se sont empressés d’accepter. La recherche a eu ainsi un impact immédiat dans la réduction d’un biais.

Pour S. Mullainathan, cette espérience indique que si le constat que les données sont biaisées (parce que ceux qui les ont produites sont eux-mêmes biaisés), les biais qui en découlent dans les algorithmes entraînés sur ces données ne sont pas toujours inéluctables, et surtout peuvent être détectés et corrigés de manière beaucoup plus simple et rapide que les biais initiaux. Là où on entend parler de gouvernance des algorithmes comme d’une terra incognita, il fait remarquer qu’une gouvernance de ce type existe déjà dans le système financier, où les modèles employés doivent être intégralement documentés, recalibrés et retestés à fréquence régulière

Sendhil Mullainathan , “Biased Algorithms Are Easier to Fix Than Biased People”, The New York Times, 2019-12-06

Marianne Bertrand, Sendhil Mullainathan, “Are Emily and Greg More Employable than Lakisha and Jamal? A Field Experiment on Labor Market Discrimination”, NBER Working Paper No. 9873, Issued in July 2003

Ziad Obermeyer, Brian Powers, Christine Vogeli, Sendhil Mullainathan; “Dissecting racial bias in an algorithm used to manage the health of populations”, Science, 25 Oct 2019: Vol. 366, Issue 6464, pp. 447-453
DOI: 10.1126/science.aax2342

La discrimination à l’embauche sur le marché du travail français

Nicolas Jacquemet, Anthony Edo, La discrimination à l’embauche sur le marché du travail français, Paris : Ed. ENS Rue d’Ulm et CEPREMAP, Opuscule no 31, Mars 2013, ISBN 978-2-7288-0489-4

Conférence « Détermination sociale du comportement et applications au développement » par Joseph E. Stiglitz

Le 27 septembre dernier, le professeur Joseph E. Stiglitz (University of Columbia) est venu à l’École d’Économie de Paris (PSE) donner une conférence intitulée « Détermination sociale du comportement et applications au développement », introduite par le professeur François Bourguignon et suivie d’une discussion par le professeur Thierry Verdier.  L’amphithéâtre de PSE était comble pour assister à la présentation du lauréat du Prix Nobel d’Économie de 2001, qu’il avait reçu pour ses travaux sur les asymétries d’information mettant en lumière l’existence de mécanismes tels que la sélection adverse ou encore l’aléa moral.

En évoquant ses souvenirs du temps où il était étudiant en économie, J. Stiglitz explique que le monde théorique qui lui était présenté lui semblait alors bien éloigné du monde dans lequel il vivait. Deux hypothèses notamment lui semblaient extrêmement fortes : l’information parfaite (en termes de diffusion et de traitement de l’information par les individus) ainsi que les préférence fixes. Ainsi, après avoir levé l’hypothèse d’information parfaite, J. Stiglitz présente aujourd’hui des travaux lui permettant d’exercer un retour aux sources en levant cette fois la seconde hypothèse selon laquelle les agents sont parfaitement rationnels et dotés de préférences fixes.

DE L’ÉCONOMIE COMPORTEMENTALE À LA DÉTERMINATION SOCIALE DU COMPORTEMENT

Ainsi, les modèles économiques reposant sur ces hypothèses ne permettent pas d’expliquer des phénomènes effectivement observés, comme les rigidités sociales ou les périodes de grandes transformations sociales. Au contraire, l’étude de la société à travers un prisme rendant les préférences endogènes, et en particulier influençables par la culture de chacun, permet de mieux traduire ces phénomènes. Avant J. Stiglitz, des travaux fondateurs ont largement contribué à la modélisation de tels comportements. Herbert Simon (Prix Nobel d’Économie en 1978) a été l’un des pionniers dans ce questionnement de la rationalité parfaite à travers notamment sa fameuse théorie de la rationalité limitée.  En économie comportementale, l’agent quasi-rationnel (1994) modélisé par Richard Thaler (Prix Nobel d’Économie en 2017) n’est plus supposé parfaitement rationnel et est doté de préférences profondes supposées fixes. Néanmoins, l’expression de ces préférences à travers les prises de décision des individus quasi-rationnels peut être limitée du fait, par exemple, d’une assimilation biaisée de l’ensemble des informations disponibles ou d’une vision trop court-termiste. Les préconisations de politiques publiques qui découlent notamment de ce pan de la littérature suggèrent notamment l’introduction de nudges (coups de pouce), qui permettent d’inciter les individus à se comporter d’une manière telle que leurs actes soient à nouveau en cohérence avec leurs préférences profondes.
Néanmoins, une limite de cette approche est qu’elle ne permet pas de comprendre l’origine même de ces préférences profondes et ces dernières sont considérées comme étant fixes. L’approche de J. Stiglitz peut donc être perçue comme un complément, un approfondissement des modèles jusqu’alors développés en économie comportementale.

LE CONTEXTE SOCIAL ET LA CULTURE INFLUENCENT LES PRÉFÉRENCES

De nombreuses expériences en laboratoire et sur le terrain mettent en évidence le rôle essentiel de la culture et du contexte social dans le façonnement et l’expression des préférences.
Par exemple, P. Clist et A. Verschoor (2017) montrent l’existence de différentes identités exprimées à travers le comportement des individus selon la langue utilisée au cours d’une expérience de contribution à un bien public en Ouganda. Lorsque la langue nationale est utilisée dans l’expérience, la contribution au bien public est 30% plus élevée. Les individus plus proches de la culture Gisu sont à l’origine de cette hausse, et leur contribution est 43 à 74% plus élevée lorsque l’expérience est conduite dans la langue nationale plutôt que dans leur dialecte.  Les auteurs attribuent cet effet à la culture Gisu dont l’histoire a été secouée par une violente concurrence sur la propriété des terres, menant à un fort ancrage de l’autonomie dans les normes et à une faible importance accordée notamment à la coopération. Ainsi, il apparaît que les individus sont dotés de différentes identités et normes et que, au moment de prendre une décision, les normes retenues et appliquées par les individus varient selon la culture qui est associée à la langue de l’expérience.

Dans la même veine, A. Cohn E. Fehr et M.A. Maréchal (2014) évaluent le niveau d’honnêteté, essentiel dans la détermination du niveau de confiance, prévalant chez des individus travaillant dans une entreprise bancaire. Par exemple, cela peut être conduit en demandant aux sujets de lancer un dé à l’abri des regards et de reporter le numéro inscrit sur la face du dé. Si par exemple le gain est une fonction croissante jusqu’au 5, et que les sujets sont seulement rémunérés sur la base du numéro qu’ils reportent, alors tout économiste prédirait qu’un agent maximisateur de ses gains purement rationnel devrait reporter un 5, peu importe la face réelle du dé. En montant ce type d’expérience dans l’entreprise bancaire, les auteurs trouvent que les individus sont en moyenne honnêtes, et la distribution des faces de dés reportées est proche de celle effectivement réalisée. Ainsi, les individus n’agissent pas de manière malhonnête alors même que personne ne pourrait s’apercevoir cette déviation à la norme (de l’honnêteté) et que cela leur permettrait de maximiser leurs gains.
En revanche, quand au début de l’expérience, l’identité professionnelle est rappelée aux individus à travers un message du type « Vous êtes banquier », la malhonnêteté devient significativement plus prévalente. Ainsi, il semble que ces sujets soient dotés de différentes identités et que, selon celle qui est invoquée au moment de prendre leur décision, les normes qu’ils mettent en exercice sont différentes.

LA MODÉLISATION DE TELS PHÉNOMÈNES : de l’agent QR (quasi rational) à l’agent QRE (quasi rational enculturated)

Dans un article publié en 2016, K. Hoff et J. Stiglitz développent un modèle où le contexte social influence les préférences et les prises de décision des individus, considérés désormais comme des agents QRE (quasi-rational enculturated actor) ce qui signifie qu’ils sont quasi-rationnels et ancrés dans leur culture. Ainsi, au cadre de rationalité limitée sont ajoutés la culture et les interactions sociales, qui vont influencer et façonner les préférences profondes des individus et leur manière de traiter l’information. Alors, différentes expériences sociales et culturelles font émerger différents paradigmes. J. Stiglitz et K. Hoff définissent ces paradigmes comme des modèles mentaux (mental models). Dans leur modèle, les individus peuvent être dotés de différents modèles mentaux, et choisissent inconsciemment le paradigme qu’ils appliquent finalement dans leur prise de décision. C’est la culture et le contexte social qui déterminent quel modèle mental est choisi au moment de prendre leur décision.

Dans le modèle à deux périodes présenté par J. Stiglitz, l’action est fonction de l’environnement économique et des perceptions de l’agent. Ces dernières sont elles-mêmes fonctions des actions prises par les autres dans les périodes précédentes. Un tel modèle permet ainsi d’expliquer comment la transmission de certaines croyances et normes dans une société au cours de plusieurs périodes peut mener à leur persistance. De plus, étant donné que l’action prise par un individu dépend de son paradigme, qui dépend lui-même de celui des générations passées, les rigidités sociales peuvent trouver leur origine dans ce modèle. En effet, même si les croyances d’un individu changent (à travers par exemple l’émergence d’un nouveau modèle mental suite à une expérience), il est possible que son action reste la même du fait qu’il considère que le modèle mental des autres est resté le même.

Un point fondamental est que leur modèle présente un nombre d’équilibres différents bien plus important que dans le cadre d’un modèle basé sur des agents purement rationnels. Ainsi dans le pire des scénarios, la société peut être piégée dans un « mauvais équilibre », parfois proche d’un scénario de prophétie autoréalisatrice (R.K. Merton, 1948) où les croyances erronées deviennent effectives. Par exemple, si tout le monde pense que les individus sont égoïstes ou qu’ils n’adopteront pas de comportements coopératifs (alors même que cette croyance peut être erronée), un individu n’aura pas intérêt à coopérer en considérant les actions des autres comme données (concept d’équilibre de Nash, Prix Nobel d’Économie en 1994) lorsqu’il prendra sa décision. Ainsi, le niveau de coopération sera extrêmement faible, basé sur des croyances erronées.  Mais, un nouveau levier d’action voit alors le jour : puisque les modèles mentaux sont façonnés par le contexte social et la culture, il devient possible dans un tel modèle de mettre en place des politiques pour modifier les croyances des individus, pour atteindre un nouvel équilibre, plus coopératif par exemple.

RECOMMANDATIONS DE POLITIQUES PUBLIQUES

L’argument de J. Stiglitz est donc en substance qu’il est possible de modifier voire de supprimer un modèle mental erroné en influençant les normes dans une société et/ou le paradigme (modèle mental) dans lequel se situent les individus au moment de prendre leur décision. Ainsi, cela met en perspective un nouveau levier potentiellement puissant en termes de politiques publiques : en modifiant le contexte social et la culture, des comportements jugés plus bénéfiques peuvent être favorisés. J. Stiglitz cite par exemple une expérience conduite en Inde (G. Rao, 2019) où des enfants issus des classes plus défavorisées étaient admis dans des écoles d’élite privées. Les interactions sociales entre ces enfants ont conduit à une hausse des comportements prosociaux et égalitaires de la part des élèves des classes plus favorisées. De plus, cela a été suivi d’une baisse des comportements discriminatoires envers les enfants issus de milieux plus pauvres.

Dans un autre domaine, celui de la lutte contre les violences conjugales, le changement de paradigmes et de normes peut avoir d’importants effets. Ainsi, dans certains villages en Inde, des pièces de théâtre sont montées à travers un projet nommé A Theater for Development (un théâtre pour le développement) pour mettre en scène les dangers auxquels sont exposées les populations, notamment les violences domestiques. Les travaux conduits par Hoff, Jalan et Santra (en cours) montrent que, dans les villages où les pièces ont été jouées, la proportion de femmes considérant que les violences conjugales sont légitimes diminue à 4% contre 14% dans les villages où les pièces ne sont pas jouées. De plus, la part des ménages dans lesquels de la violence domestique a été observée peu de temps avant l’enquête y est de 32% contre 26% dans les villages où les pièces sont jouées. Un point important est que les individus enquêtés ont été aléatoirement tirés au sort et n’ont donc pas nécessairement vu les pièces jouées. Ainsi, un multiplicateur social au-delà des individus directement exposés peut avoir émergé. Grâce à un tel projet, le paradigme à travers lequel les individus perçoivent les violences domestiques rend ces dernières illégitimes et les normes collectives du village s’en trouvent modifiées.

Ainsi, des projets et des politiques publiques modifiant le contexte social et culturel, notamment à travers une modification des normes, peuvent avoir un impact très important sur les modèles mentaux à partir desquels les individus prennent leurs décisions, et peuvent même influencer le modèle mental qui sera retenu in fine au moment de prendre cette décision.

L’applicabilité de cette analyse est extrêmement vaste et laisse apparaître un champ important de leviers sur lesquels pourraient jouer les politiques publiques. L’apport d’une telle analyse réside aussi dans la pluridisciplinarité qu’elle suggère et met en avant. Une modélisation correcte des préférences, dans la construction et l’évaluation des politiques publiques, nécessite alors d’associer aux contributions de l’économie celles d’un champ large de sciences sociales, telles que la sociologie, l’ethnologie, la linguistique…  Enfin, de tels travaux apportent un cadre intéressant pour appréhender les leviers dont disposent les policy makers pour lutter contre des maux urgents tels que la protection de l’environnement, la lutte contre les inégalités, les discriminations…  De tels enjeux nécessitent une prise de conscience et un changement des normes sociales, qui semblent être des prérequis à tout progrès mais deviennent, eux-mêmes, selon cette analyse, des vecteurs de changement voire de progrès social.

Références

  • Clist, P., & Verschoor, A. (2017). Multilingualism and public goods provision: An experiment in two languages in Uganda. Journal of Development Economics, 129, 47-57.
  • Cohn, A., Fehr, E., & Maréchal, M. A. (2014). Business culture and dishonesty in the banking industry. Nature, 516(7529), 86.
  • Hoff, K., & Stiglitz, J. E. (2016). Striving for balance in economics: Towards a theory of the social determination of behavior. The World Bank.
  • Merton, R. K. (1948). Theself-fulfillingprophecy. TheAntioch Review8 (2), 193-210.
  • Simon, H. A. (1972). Theories of bounded rationality. Decision and organization, 1(1), 161-176.
  • Rao, G. (2019). Familiarity does not breed contempt: Generosity, discrimination, and diversity in Delhi schools. American Economic Review, 109(3), 774-809.
  • Thaler, R. H. (1994). Quasi rational economics. Russell Sage Foundation.

« Si à 50 ans on n’a pas une Rolex… » : les produits de luxe et la satisfaction de vie

L’été donne souvent l’occasion d’observer des biens ou services de luxe auxquels nous ne sommes pas exposés dans notre environnement habituel : yatchs amarrés dans les ports ou au large des plages, voitures haut de gamme, etc. Quelle est l’impact de ces produits sur le bien-être ? Le World Wellbeing Panel a interrogé ses membres pour se faire une idée du consensus sur la question. Il se trouve que la réponse fournit de très intéressantes illustrations de la manièr dont se construit l’évaluation de la satisfaction de vie.

Le luxe, c’est ce qui vient en plus

Montre Patek Philippe Perpetual Calendar 5270R, prix aux alentours de 120 000 €
Photo par Luxurywatches
[CC BY-SA 4.0]

Il faut prendre comme point de départ que toute personne en mesure de s’offrir des biens identifiés comme de luxe dispose de revenus suffisants pour couvrir tous ses besoins et une bonne part de ses envies. À ce niveau de consommation, un supplément de consommation contribue très peu à augmenter la satisfaction de vie. Pour cette classe de biens, l’effet d’adaptation joue à plein : on s’habitue très vite à une voiture plus confortable, une télévision plus grande ou une pièce en plus dans un logement déjà grand.

S’ils apportent si peu de bien-être supplémentaire, comment expliquer les prix de ces biens de luxe, et le large attrait qu’ils inspirent ?

Que disent les biens de luxe ?

S’ils n’ont pas une valeur d’usage très différente de celle des biens conventionnels (la montre ci-dessus fournit à peu près le même service qu’une montre deux mille fois moins chère), les biens de luxe sont porteurs d’un message : celui que leur propriétaire est capable de se les payer, en d’autres termes ils signalent sa position sociale. Depuis Fred Hirsh1, on parle ainsi que biens positionnels pour désigner ces biens qui indiquent l’appartenance à un groupe social2.

Or, l’idée que nous avons de notre position sociale joue un rôle très important dans la construction de la satisfaction de vie. À conditions matérielles inchangées, notre satisfaction de vie augmente si nous estimons que notre position s’améliore vis-à-vis du reste de la société, et inversement. Les biens de luxe viennent ainsi nourrir chez leurs propriétaire cette satisfaction liée à la sensation d’être au sommet de l’échelle sociale, de faire partie de l’élite — et ce au détriment de la satisfaction de vie des autres personnes qui y sont exposées et font face au fait qu’elles ne font pas partie de cette classe supérieure.

Cette dynamique se répétant au sein de chaque groupe social, il n’est pas étonnant que l’on assiste souvent à une course à l’échalotte dans la possession des biens de luxe relativement à ce qui est accessible dans l’environnement donnée. On en voudra pour exemple le cas néerlandais : chaque semaine, une lotterie choisit au hasard un code postal, et offre une voiture (BMW) à un participant à la lotterie dans ce code postal. Si la plupart des gagnant revendent la voiture, l’équipe de Paul Frijters à la LSE a mis en évidence que les achats de voitures neuves étaient plus fréquents chez les voisins des gagnants.

Valeurs personnelles et contexte social

Tout un champ de recherches travaille à étudier les relations entre les déterminants de la satisfaction de vie et les valeurs que professent les individus. Il n’est ainsi pas étonnant que l’effet sur la satisfaction de vie de biens positionnel soit plus forte chez les personnes qui professent un niveau de matérialisme élevé, c’est-à-dire qui accordent une grande importance à la réussite matérielle. Les effets ci-dessus vont donc jouer à plein chez eux, en positif comme en négatif. D’autant plus que l’attachement à ces valeurs s’accompagne souvent de la recherche par ces mêmes personnes d’une validation externe. Cette recheche est associée à des niveaux de bien-être, dans une vaste gamme de domaine (relations avec les autres, sens de la vie, etc.) plus faibles que les niveaux observées par les personnes qui ont des valeurs intrinsèques, i.e. qui ne dépendent pas d’une validation extérieure. En d’autres termes, les personnes les plus attirées vers le luxe sont aussi celles qui vont bénéficier du plus fort gain de court terme, mais dont la satisfaction sera aussi le plus vite érodée par le fait que d’autres personnes consomment les mêmes biens ou des biens vus comme supérieurs.

Le contexte social joue également dans l’importance des effets. Ainsi, certaines cultures — les chercheurs citent en exemple celles d’Asie du Sud-Est, valorisent très fortement la position sociale, dans une perspective de société très hiérarchique. Le gain à afficher sa position y est donc particulièrement fort, en particulier dans un contexte économique où les positions en question évoluent rapidement.

La querelle du luxe, encore et toujours

La combinaison de l’effet d’adaptation et de l’effet de comparaison conduit la plupart des économistes interrogés à estimer que l’effet des biens de luxe sur la satisfaction de vie est au mieux nulle à long terme : les nouveaux acheteurs ne bénéficient que d’une augmentation transitoire de leur satisfaction de vie, et ce en partie au détriment des autres. La querelle du lux se pose donc dans ses termes habituels : d’un côté le coût en ressources pour produire des biens qui n’apportent pas de gain significatifs en eux-mêmes, et de l’autre côté l’activité et les innovations que la production de ces biens génèrent.

Quelques références

  1. Hirsch, Fred (1977). The Social Limits to Growth. London: Routledge & Kegan Paul. ISBN0-674-81365-0. []
  2. Il pourrait être intéressant à cet égard de voir comment a évolué l’image de la grosse berline depuis que les VTC ont massivement adopté ce type de voiture. []

Un temps que les moins de vingt ans…

Lorsqu’on leur demande à quelle autre époque elles voudraient vivre si elles le pouvaient, les générations les plus anciennes retiennent les décennies de leur vingt ou trente ans. Les plus jeunes, eux, se portent souvent sur les années 1980, même chez ceux qui n’ont pas vécu cette époque.

Lorsque nous avons mis en place notre enquête trimestrielle sur le bien-être des Français, nous y avons inclus une question un peu particulière : nous demandons aux enquêtés à quelle époque de l’histoire ils voudraient vivre, s’ils avaient le choix. Nous cadrons cette réponse en proposant les modalités suivantes :

  • les années 50
  • les années 60
  • les années 70
  • les années 80
  • les années 90
  • Une autre décennie, un autre siècle dans le passé
  • Je suis content de vivre à l’époque actuelle
  • Une autre période dans l’avenir, le futur

Dans notre note Quatre points sur le bien-être des Français, nous avions relevé sur les deux premières vagues de l’enquête que le choix Aujourd’hui recevait le plus de réponses, mais que la distribution des réponses sur les autres modalités dépendait beaucoup de l’âge des répondants. Plus précisément, plus les personnes sont âgées, plus leur réponse moyenne se décale vers le passé.

Réponses à la question sur les deux premières vagues de la plate-forme « Bien-être » CAMME/OBE.

En fait, les réponses dans le passé les plus fréquemment retenues correspondent à peu près à la décennie où les répondants avaient vingt ans. C’est donc peut-être moins le climat économique et social de l’époque en question qui détermine les réponses que le souvenir d’une époque où la personne était jeune.

En juin, l’institut de sondage YouGov a mis en évidence un phénomène similaire en demandant à un panel britannique pour une sélection de périodes si la vie y était meilleure.

Et de fait, ils observent que la majorité des trentenaires (donc nés entre 1979 et 1988) pensent que la vie était meilleure dans les années 1990 (correspondant à leur enfance et adolescence), et pour les plus de 60 ans, il s’agit des années 1960.

Nous avons donc eu envie de revenir sur cette question, en marge d’une note que nous préparons sur le passage à la retraite (d’où la mise en contraste des cinquantenaires et soixantenaires dans le graphique qui suit).

La préférence pour le présent demeure, quelles que soient les générations : pour chaque classe d’âge, autour de 30 % des répondants déclarent que s’ils avaient le choix, ils vivraient l’époque actuelle. De même, l’avenir attire peu, moins de 10 % des répondants même chez les plus jeunes.

Sur les époques passées, les personnes âgées de 81 à 90 ans choisissent largement (autour de 20 % des réponses de cette classe d’âge) les années 1950 et 1960. Ils avaient à cette époque environ trente ans – il s’agit de personnes dont l’enfance et l’entrée dans l’âge adulte ont été marquées par la Deuxième guerre mondiale et les années difficiles qui ont suivi. Les personnes dans la cinquantaine sont nées autour de 1960, et elles avaient donc la vingtaine dans les années 1980. La relation semble s’amoindrir avec les générations plus récentes, sans doute parce que les années 1990 ont été pour beaucoup des années de crise. Les générations les plus récentes se reporteraient volontiers aux années 1980, que certains n’ont pourtant pas connues, ou à peine (les personnes nées en 1980 ont aujourd’hui 39 ans). Cette image positive des années 1980 était déjà présente sur les deux premières vagues de l’enquête, et se confirme.

Les années 1980 étaient-elles une période dorée ? La situation économique n’était pas florissante : la décennie a commencé par cinq années très moroses, que n’ont que partiellement rattrapées les deux dernières années. L’inflation a certes été enrayée (elle était de 14 % en 1980), mais dans le même temps, le chômage passait de 5,5 % en 1980 à 8,7 % en 1987.

Croissance du PIB France, graphique interactif à https://db.nomics.world/OECD/MEI/FRA.NAEXKP01.GPSA.A

D’où vient alors cette perception des années 1980 ? L’impression, subjective et rétrospective, de l’auteur de ces lignes (âgé de 39 ans) est que le bicentenaire de la Révolution de 1789 a pu colorer la vision de cette décennie, avec deux années de croissance très favorable, et un positionnement technologique particulier : le TGV, Airbus et le Minitel constituaient des prouesses techniques admirées, à défaut d’être aussi exceptionnelles qu’on le pensait alors. Mais nous serons intéressés si vous pouviez, lectrice ou lecteur, nous indiquer des travaux sur la question.

P.S. Plusieurs personnes1 sur Twitter nous ont demandé su le genre influait sur le choix de l’époque préférée. Question pertinente, puisque les droits des femmes étaient dans les années 1950 et 1960 bien plus réduits qu’ils ne le sont aujourd’hui. Il apparaît que dans notre enquête, le genre est assez peu discriminant, avec des différences assez faibles entre hommes et femmes.

  1. Merci à Abie et Camille Tête-David pour la question ! []

Notes sur le World Happiness Report 2019 (4)

Je poursuis dans ce billet ma lecture du World Happiness Report 2019. Comme dans les trois billets précédents, il ne s’agit pas d’une recension exhaustive, mais de simples notes de lecture.

Chapitre 5 : Mal-être et médias sociaux aux États-Unis

Ce chapitre part d’un constat fondamental : depuis près de vingt ans maintenant, la satisfaction de vie moyenne diminue aux États-Unis. Le graphique ci-dessous l’illustre. Pour comprendre ce graphique, il faut remarquer que l’enquête utilisée (General Social Survey) utilise une question à seulement trois position : 1, 2 et 3. La plupart des enquêtes européennes (y compris celle que nous menons) utilise une échelle à onze positions (0 à 10). Par une règle de trois approximative, la baisse de 0,12 points dans le graphique ci-dessous correspond à une diminution d’environ 0,45 points sur notre échelle, soit un échar significatif. L’effet sur une échelle de 0 à 10 pourrait être plus élevé, car permettant un positionnement plus expressif aux extrémités. Ainsi, entre 2006 et 2018 seulement, la satisfaction de vie moyenne aux États-Unis a diminué de 0,3 points dans le Gallup World Poll, qui utilise une telle échelle.

Satisfaction dans la vie moyenne aux États-Unis, tiré du World Happiness Report 2019.

Cette trajectoire de la moyenne se retrouve chez les adolescents, avec un point d’inflexion assez clair en 2011. La thèse du chapitre est que cette diminution du bien-être est en large part liée aux médias sociaux et au temps passé en ligne, en particulier sur les smartphones.

Le chapitre documente bien, chez les adolescents, des tendances inquiétantes et de nature à nuire au bien-être : l’augmentation du temps passé à des activités en ligne a été concommitante d’une réduction du temps de sommeil ou d’exercice physique. Parallèlement, plusieurs expériences controllées montrent qu’une réduction volontaire de l’accès aux médias sociaux (par exemple, en déposant son smartphone à l’entrée de la pièce lors d’un dîner) augmentent notre capacité à profiter du présent. Plusieurs résultats peuvent expliquer ce phénonème : la diffusion de l’attention, et surtout, pour les réseaux sociaux, l’effet de comparaison. Les réseaux sociaux augmentent notre exposition moyenne à des personnes ayant un meilleur statut social, ce qui pèse sur l’évaluation de notre propre situation. Le paradoxe des amis exacerbe cet effet, en nous faisant sur-estimer la proportion des personnes mieux situées que nous.

Pour autant, ce chapitre me convainc au final peu. Dans nos propres travaux, une diminution de la satisfaction de vie moyenne résulte plus souvent d’une chute assez marquée dans un segment particulier de la population. Je suis donc circonspect dans la pertinence de traiter les adolescents américains comme un groupe homogène. Les évolutions contemporaines de l’émergence des smartphones ne manquent en effet pas : crise des opioïdes, déclin des grandes régions industrielles malgré une économie en reprise, un taux de participation au travail qui reste faible malgré un taux de chômage faible.

Les jeunes américains issus des classes populaires et d’une partie de la classe moyenne peuvent avoir eu de plus en plus la perception d’un horizon bouché, la perspective des études s’accompagnant de celle d’une dette (student debt) qui obère pour longtemps leur niveau de vie. On peut probablement ajouter pour une partie de la population une conscience plus affirmée de la crise climatique, qui n’est pas de nature à rassurer.

Chapitre 7 : Addictions et mal-être au États-Unis

Je passe directement du chapitre 5 au chapitre 7. Plus conséquent, le Chapitre 6 fera l’objet d’une note séparée, et les chapitres 5 et 7 m’ont paru mériter d’être mis en regard.

De fait, le chapitre commence par la même motivation que le chapitre précédent, et en subsume l’analyse : pour l’auteur, le phénomène des smartphones relève d’une addiction — les utilisateurs de smartphones eux-mêmes étant une majorité à dire passer trop de temps sur leurs écrans.

En plus de faire une utile liste des principales addictions identifiées aux États-Unis, de la cocaïnes à l’excès de travail, l’auteur rappelle que les addictions sont rarement isolés : les phénomènes de co-addiction sont nombreux, ce qui limite l’efficacité des actions ciblées sur un type précis d’addiction.
L’auteur du chapitre établit ensuite une liste des explications possibles de cette augmentation des addictions :

  • Le décalage entre l’accessibilité des ressources dans des sociétés d’abondance, et les réflexes issus de l’évolution qui nous incitent à consommer dès que l’occasion s’en présente ;
  • L’augmentation du stress liée à une société de plus en plus inégalitaire ;
  • La sur-stimulation des processus mentaux de consommation embarquée par la publicité et la conception même des produits et services ;
  • Les effets de contagion sociale (quand 25% de la population et une bonne partie de nos connaissances sont morbidement obèses, on s’inquiète moins de son poids) ;
  • L’installation de désordres dans le métabolisme suite à l’expositions à certaines substances et stimuli ;
  • L’échec de la régulation publique.

L’auteur revient en détail sur ce dernier point. L’épidémie d’opoïdes ne peut en effet pas être séparée de l’action marketing très agressive de Purdue Pharma, tandis que celle d’obésité a partie liée à la fois avec les secteurs des boissons sucrée et des grandes compagnies alimentaires, mais aussi du secteur agricole — une des raisons originelles pour laquelle les produits alimentaires sont très sucrés est que la subvention à la production de sirop de sucre à partir du maïs a longtemps été utilisé par les politiques américains comme un moyen d’acheter la loyauté électorale des fermiers des Grandes Plaines. Aujourd’hui, la question se pose aussi du côté des grandes firmes technologiques, qui sont connues pour utiliser des leviers comportementaux afin d’augmenter le temps d’utilisation de leurs services.

Notes sur le World Happiness Report 2019 (3)

Je poursuis dans ce billet ma lecture duWorld Happiness Report 2019. Comme dans les deux billets précédents, il ne s’agit pas d’une recension exhaustive, mais de simples notes de lecture.

Chapitre 4 : Bien-être et comportements prosociaux

Le propos de ce chapitre est d’examiner quels sont les bénéfices de comportements prosociaux en termes de bien-être subjectif. Il considère particulièrement comme comportement prosocial le fait de donner du temps ou de l’argent dans des actions caritatives.

La difficulté centrale est évidemment celle de la causalité inverse : est-ce que donner rend plus heureux, ou est-ce que les gens heureux sont plus généreux (on peut facilement imaginer une propension individuelle à la fois à être heureux et généreux). Un autre est que neutraliser la capacité à donner du temps ou de l’argent est un exercice difficile (il faut connaître l’intégralité des ressources, la structure familiale, l’existence d’enfants, parents, amis à charge, etc.).

Dans les enquêtes larges (en coupe transversale ou en panel), on observe une forte corrélation entre bénévolat et ben-être subjectif. Une partie du lien provient du fait que les personnes qui s’engagent dans le bénévolat tendent à être plus diplômées, riches et âgées que la moyenne, toutes choses qui sont également associées à un bien-être subjectif plus élevé. Cependant, le bénévolat contribue à expliquer le bien-être au-delà des facteurs habituels, ce qui indique qu’il ne s’agit pas uniquement d’un effet de composition de la population des bénévoles.

Il existe assez peu d’expériences contrôlées su ce thème, en encore moins avec des populations suffisamment importantes pour identifier de manière fiable des effets. Quelques études portant sur des populations spéficiques (personnes âgées, personnes dépressives) indiquent un effet causal positif du bénévolat sur le bien-être. Elles ne peuvent toutefois pas être généralisées au-delà de leurs populations de base.

Par contraste, un nombre respectable d’expériences mettent en évidence un bénéfice en bien-être du fait de donner de l’argent ou des ressources à autrui, effet qui semble assez indépendant du contexte culturel ou de l’âge.

Au-delà du volontariat et des dons, plusieurs expériences mettent en évidence les bénéfices en termes de bien-être d’actes désintéressés au quotidien (tenir la porte à une personne chargée, absorber sans compensation spécifique la charge de travail d’un.e collègue traversant une passe difficile, etc.).

Quel que soit le mode d’action, ces bénéficent semblent se manifester d’autant plus clairement que trois conditions sont remplies :

  1. L’action est volontaire, en non forcée (don plutôt qu’imposition). Cet effet peut probablement expliquer pourquoi les bénéfices du bénévolats sont forts chez les personnes âgées, et faibles chez les plus jeunes – qui y voient souvent une forme d’obligation pour enrichir leur CV. C’est une difficulté pour les formes d’aide les plus institutionnalisées, à commencer par la redistribution par l’impôt, les taxes et les services publics.
  2. Les personnes engagées dans l’action prosociale ont un sentiment de connexion avec les personnes qu’ils aident.
  3. Ces personnes perçoivent que leur action a des effets clairs et mesurables. Ainsi, plusieurs expériences mettent en évidence un plus faible propension à donner pour des organismes à l’action diversifiée mais de ce fait plus abstraite (UNICEF par exemple) plutôt que pour des organismes dont l’action est unique et identifiée (distribution de moutisquaires pour berceaux dans des zones touchées par le paludisme).

Le rapport donne comme exemple d’action mobilisant les trois leviers un programme canadien où un groupe de familles réunit initialement une somme destinée à aider une famille de réfugiés au cours de leur année d’arrivée. Une fois la somme réunie, les familles donatrices rencontrent la famille aidée à sona arrivée sur le sol canadien, et peut l’aider par la suite dans ses démarches (choix d’école, rendez-vous médicaux, etc.). L’obligation de se regrouper à plusieurs familles limite en outre le risque d’une emprise des donateurs sur les personnes aidées.

Un point intéressant, la propension à donner est fortement influencée par les effets de cadrage. On l’a vu au moment d’événements spectaculaires, l’incendie de Notre-Dame de Paris étant le dernier en date, mais cet effet se manifeste aussi dès lors qu’on expose les personnes à des stimuli qui les projetent au-delà d’eux-mêmes : paysages spectaculaires, par exemple. S’il était établi plus fortement, ce lien aurait probablement des conséquences sur la manière d’envisager l’urbanisme.


Notes sur le World Happiness Report 2019 (2)

À la suite du précédent billet, je vous propose ici de poursuivre mes notes de lecture sur la version 2019 duWorld Happiness Report.Ce billet se concentre sur le Chapitre 3, qui examine les liens entre bien-être et comportements politiques.

Chapitre 3 : Bien-être et vote

Les relations entre les dimensions du bien-être subjectif, en particulier la satisfaction de vie et la confiance, et les comportements électoraux ont été au centre de tout un volet de notre programme de recherches, avec en particulier :

Ce chapitre explore plus largement les liens allant du bien-être vers les comportements politiques, non seulement le vote, mais aussi la participation poltique au travers du vote et des autres formes de participation à la vie politique.

Tant au niveau agrégé que quand on suit des personnes au long de leur vie, on observe que les personnes ayant des niveau de satisfaction de vie plus élevée sont plus nombreuses à voter, et qu’une augmentation de la satisfaction de vie d’un individu augmente sa probabilité de voter. Les personnes les plus heureuses sont aussi plus nombreuses à participer aux campagnes électorales et à financer les partis politiques (donnés US). En revanche, et assez à rebours de l’intuition, on observe peu de lien entre satisfaction de vie et participation à des formes contestataires de participation politique (manifestations par exemple).

Satisfaction dans la vie et intérêt pour la politique dans la World Values Survey, tiré du World Happiness Report 2019.

Non seulement les personnes plus heureuses votent plus, mais elles ont tendance à voter plus pour les partis au pouvoir. Au niveau agrégé, la trajectoire de la satisfaction de vie moyenne prédit mieux le résultat des élections que les déterminants économiques habituels (croissance, chômage, inflation). Au niveau individuel, on peut montrer que des chocs négatifs exogènes sur le bien-être (décès d’un.e conjoint.e) réduisent le soutien exprimé au parti au pouvoir.

Nos travaux sur le lien entre faible satisfaction de vie et vote pour les partis populistes occupent une place importante dans ce chapitre. Cette relation entre faible satisfaction de vie et vote populiste (pour Donald Trump ou pour le Brexit) est confirmé aux États-Unis et au Royaume-Uni. Il faut cependant noter que cette relation n’explique pas l’essor dans le temps des partis populistes, dans la mesure où la satisfaction de vie moyenne a peu varié. Le chapitre avance plusieurs hypothèses, par exemple qu’il s’agit d’un effet d’offre (l’insatisfaction ne trouvait pas auparavant d’expression politique constituée), ou que la dynamique provient d’un creusement des inégalités de bien-être, la stabilité de la moyenne cachant une augmentation simultanée des très insatisfaits et des très satisfaits. Cette dernière idée est étayée par des données britanniques, qui montrent que de le degré d’inégalité de bien-être prédisent mieux le vote Leave que le niveau absolu de bien-être.

Notes sur le World Happiness Report 2019 (1)

Parue le 20 mars dernier, l’édition 2019 du World Happiness Report s’intéresse particulièrement cette année aux relations entre le bien-être subjectif et l’environnement politique, ainsi qu’aux impacts des technologies de communication sur le bien-être et sa compréhension. Nous en recommandons la lecture, d’autant plus que des travaux de l’Observatoire sur le lien entre bien-être et vote1 sont cités dans le Chapitre 3, et qu’un de nos membres, Clément Bellet, est co-auteur du Chapitre 5 sur le bien-être et les approches Big Data. Ce billet rassemble quelques remarques faites ça et là lors de la lecture du rapport.

Chapitre 1 : Vue d’ensemble

Bien-être des migrants et bien-être des natifs

Pour motiver la focalisation sur la dimension communautaire du bien-être, le chapitre 1 rappelle que le rapport de l’an dernier, dédié à l’effet des migrations, avait mis en avant le fait que le bien-être déclaré des migrants converge rapidement vers celui des natifs du pays d’accueil, au point que le classement des pays en fonction du bien-être des immigrants est pratiquement identique à celui établi en fonction du bien-être des seuls natifs. Sur le cas français, Hillel Rapoport avait analysé cette dynamique dans son Opuscule du CEPREMAP Repenser l’immigration en France2.

Bien-être et élections

Prenant comme exemple le Mexique – mais le chapitre 3 montre qu’il s’agit d’un phénomène plus général – les auteurs relèvent qu’une dégradation du bien-être subjectif est un bon prédicteur d’une défaite du parti politique au pouvoir lors des élections suivantes. Ils interprètent le regain de satisfaction moyenne suite aux élections comme l’expression de l’opinion à l’égard des résultats de l’élection. Nos propres travaux3 montrent que cet effet n’a pas été en France purement post-électoral, puisque nous avons observé un gain en satisfaction pendant la période électorale elle-même, et surtout ce gain a été de courte durée. Sur plus longue période, l’INSEE a également relevé que les élections, en particulier les présidentielles, se traduisent par une amélioration transitoire de l’appréciation des perspectives d’avenir par les Français, au point que dans leurs travaux de long terme sur la conjoncture, ils neutralisent cet effet.

Figure 1.2 du World Happiness Report 2019, montrant l’effet transitoire des chocs.

Le cas mexicain leur permet par ailleurs de mettre en évidence l’effet significatif mais transitoire de mesures de politiques publiques (la gratuité des appels à longue distance) ou de chocs économiques (prix du pétrole), suggérant que la satisfaction de vie comporte une dimension conjoncturelle significative. Cela renforce encore l’intérêt que nous apportons à l’enquête que nous conduisons trimestriellement en France en partenariat avec l’INSEE, et dont nous restituons les résultats dans notre Tableau de bord du bien-être en France.

Chapitre 2 : les évolutions du bien-être dans le monde

Le classement des pays selon la moyenne de leur satisfaction de vie((Rappelons que le World Happiness Report s’appuie sur les données du Gallup World Poll, qui veille à ce que la méthodologie employée soit comparable dans les différents pays.)) constitue un des ressorts médiatiques les plus puissants du rapport (la France est 24e, si vous vous posez la question), mais de manière intéressante, les auteurs l’ont renvoyé à la deuxième partie du chapitre, préférant donner la place d’honneur aux tendances plus longues que leur permettent de mettre en évidence des séries qui commencent en 2006.

Parmi ces tendances, je relève particulièrement la progression de la satisfaction de vie dans les pays d’Europe de l’Est, qui semblent rattraper progressivement ceux de l’Ouest, et à l’inverse le ciseau entre les séries Moyen-Orient-Afrique du Nord d’une part, et Afrique sub-saharienne d’autre part.

L’examen des gains pays par pays suggère par ailleurs un traitement médiatique asymétrique qui n’est certes pas une grande surprise. On peut aisément deviner que la Syrie et le Venezuela sont les deux pays dont la satisfaction de vie s’est le plus dégradée au cours de la dernière décennie. Il nous semble plus difficile de deviner que le cinq pays ayant enregistré la plus forte progression (Bénin, Nicaragua, Bulgarie, Lettonie, Togo).

Sur le classement lui-même, le rapport reconduit l’exercice de séparation des moyennes selon six corrélats, pris comme des déterminants (PIB, soutien par les proches, espérance de vie en bonne santé, liberté de choisir ses orientations de vie, perception de la corruption et générosité), qui prédisent les deux tiers des moyennes observées.

Un point important, et à vrai dire un peu dérangeant, est décrit à la fin du chapitre : une amélioration de l’efficacité des gouvernements (application des lois, qualité des règlements, contrôle de la corruption) a un effet très sensible sur l’amélioration du bien-être, quel que soit le niveau de démocratie ou de violence politique, alors que le contraire n’est pas vrai. Ainsi, sans amélioration de l’efficacité des administrations, les progrès vers plus de démocratie ne se traduisent pas par des amélioration sensibles du bien-être.

  1. Voir aussi en français les notes de l’Observatoire 2017-02, Bien-être et vote, et 2017-06, Du Mal-être au vote extrême, ainsi que l’Opuscule Les Français, le bonheur et l’argent. []
  2. Comme tous les Opuscules, celui-ci est en téléchargement gratuit sur le site du CEPREMAP quelques mois après sa publication. []
  3. Voir en particulier les notes 2017-07, Présidentielle : un choc d’optimisme et 2017-12, Optimisme et inquiétudes. []

Migrations de la satisfaction de vie

Correction importante (01-03-2019) : une erreur dans la construction de notre base avait introduit du bruit dans les identifiants des individus, conduisant à des résultats initiaux incorrects. Pour le bénéfice de la clarté et de la transparence, nous laissons ici ces résultats, et indiquons en gras les corrections.

Comme dans de nombreux domaines, l’idéal dans l’étude du bien-être subjectif est de disposer de données de panel, dans lesquelles ont suit un même individu sur plusieurs années, en lui posant les mêmes questions à chaque fois. Ici, la question qui nous intéresse est celle relative à la satisfaction de vie :

Dans l’ensemble, sur une échelle allant de 0 à 10, dans quelle mesure êtes-vous satisfait de la vie que vous menez actuellement ?

De tels panels sont nombreux au niveau mondial : British Household Panel Survey, The Household, Income and Labour Dynamics in Australia,
German Socio-Economic Panel, etc. En France, nous disposons du dispositif SRCV, qui concerne 16 000 ménages chaque année. Avec les entrées et les sorties, il est possible de suivre un échantillon de 5 000 personnes entre 2010 et 2016 (dernière vague disponible au moment de la rédaction de ce billet).

Quand on met bout à bout les observations de ce panel, on constate que a moyenne de la satisfaction de vie évolue relativement peu. Dans le graphique 1, on voit cette moyenne évoluer entre 7,1 et 7,5, sur une échelle qui va de 0 à 101.

Moyenne des réponses à la question sur les satisfactions de vie, enquête SRCV

Est-ce que les gens évoluent peu dans l’appréciation de leur satisfaction de vie ? Après tout, il s’agit d’une question qui demande une évaluation d’assez long terme, plusieurs articles (exemple) ont démontré qu’en-dehors de changements radicaux dans les conditions de vie des personnes, celles-ci avaient tendance à revenir à un niveau de bien-être fondamental, déterminé par un mélange de génétique et d’éducation. A. Clark et ses co-auteurs ont par exemple mis en évidence sur les données britanniques un phénomène très fort d’adaptation à des événements comme la naissance d’un enfant, le divorce, la perte d’un emploi (à condition d’en retrouver un autre) et même de faible niveaux de handicap suite à un accident.

Les données de l’enquête SRCV peignent toutefois une image assez dynamique de ces trajets. Dans le graphique 2, chaque ligne est un individu du panel. Nous avons donc beaucoup de dispersion des lignes au début, puisque chacune correspond à une trajectoire sur 7 ans, et peu à la fin : entre 2015 et 2016, il n’y a plus que 11 transitions possibles.

Transitions entre classes de satisfaction de vie, SRCV

Si on se restreint aux trois dernières années, afin d’avoir un panel plus nombreux et moins de chemins, le résultat est le diagramme suivant :

Transitions entre classes de satisfaction de vie, SRCV, 2013 – 2016

On constate plus clairement que la stabilité constitue le mode dominant pour chaque classe, même s’il y a un un nombre significatif de transitions à l’horizon de trois ans

On peut également regarder les transition au niveau de chacune des modalités de réponse (0 à 10), représentées ci-dessous sur deux ans.

Transitions entre modalités détaillées, SRCV, 2015 – 2016

À l’horizon d’un an, les transitions se font essentiellement vers les modalités voisines. À un horizon de trois ans (ci-dessous), on retrouve le niveau de diffusion assez élevé observé entre classes de réponses.

Transitions entre modalités détaillées, SRCV, 2013 – 2016

L’étape suivante d’un tel travail serait d’établir de manière plus robuste des matrices de transition entre classes de risque, et d’évaluer leur degré de stabilité dans le temps.

Ci-dessous, l’image initiale. L’erreur dans nos identifiants introduisait beaucoup plus de transitions que dans celles effectivement observées, et conduisait à un échantillon artificiellement trop nombreux.

Transitions dans les satisfactions de vie, SRCV

Pour les curieux : le graphique des flux a été généré à l’aide du package ggalluvial du logiciel R.

  1. On constate sur ce graphique une chute importante de la moyenne entre 2012 et 2013. Nous pensons qu’une partie de cette chute est liée à un déplacement de la question au sein du questionnaire. Une série de questions sur les revenus et le niveau de vie est venue précéder la question sur la satisfaction de vie, colorant les réponses. []

Des moyennes et des distributions : le sentiment de responsabilité dans le changement climatique

Comme un certain nombre de personnes, j’ai été agréablement surpris par le tweet ci-dessous. Sur la base de l’European Social Survey, il positionne la France comme l’un des pays où les gens se sentent le plus personnellement concernés par le changement climatique

In @ESS_Survey Round 8 (2016) respondents have been asked about their feeling regarding their personal responsibility to reduce climate change. Broken down by different age groups presented by @ESS_Austria at @IHS_Vienna. pic.twitter.com/JgTxbvHmpI— ESS_Austria (@ESS_Austria) November 15, 2018

J’avoue que j’ai été un peu surpris, particulièrement au regard de l’actualité. Cela va aussi à l’encontre de l’image certes caricaturale du Français qui se repose sur l’État plutôt que sur l’action individuelle pour résoudre les problèmes collectifs.

Je suis donc allé voir ce qui se cachait derrière cette moyenne. Quand j’ai vu les distributions, j’ai assez rapidement repéré une particularité française : le poids particulièrement élevé (en fait, le plus élevé dans l’échantillon) des personnes qui ont répondu 10 (ressentent une très forte responsabilité individuelle dans le changement climatique). En d’autres termes, il y a en France une part, notable (14%) de la population qui ressent très fortement de sa responsabilité d’agir contre le changement climatique.

Par comparaison, d’autres pays très éco-sensibles se caractérisent par un cœur de distribution (7-8-9) plus chargé, ici par exemple la Suisse et l’Allemagne.

De manière intéressante, les autres pays où une extrémité a un poids élevé sont plutôt des pays climato-sceptiques (République Tchèque, Hongrie).

Ou bien des pays qui apparaissent très divisés, avec du poids à chaque extrémité. On imagine bien que le sujet doit y être clivant.

Cet exemple illustre bien à mon sens une faiblesse connue de la moyenne comme indicateur de la tendance centrale : un poids à un extrême va faire augmenter considérablement la moyenne sans que cela ne reflète vraiment la position typique des habitants du pays (on préférera dans ce cas la médiane).

Pour en revenir au graphique initial, on peut en retenir que si la France apparaît comme un pays particulièrement attentif au changement climatique et à la responsabilité des individus dans ce domaine, c’est en partie du fait de l’existence d’un groupe de personnes très fortement convaincues et mobilisées à ce sujet, plus que d’une conscience uniformément répartie dans la population

Vers une base des enquêtes de bien-être subjectif

Au fil des ans, les questions sur le bien-être subjectif se sont invitées dans un nombre croissant d’enquêtes, ponctuelles, régulières ou de panel. C’est une aubaine pour les chercheurs, mais qui doivent d’abord savoir que ces sources existent. En effet, les enquêtes en question sont rarement des enquêtes dédiées uniquement au bien-être. Multi-thématiques, elles embarquent des questions sur un éventail de thèmes, le bien-être subjectif constituant le plus souvent un élément mineur.

En pratique, la sérendipité semble être un vecteur central de diffusion des données : on tombe sur un article ou une présentation qui utilise une source de données alors inconnue, qu’on ajoute à son répertoire de sources possibles. Ce système fonctionne tant bien que mal, mais il désavantage les jeunes chercheurs, qui doivent s’appuyer sur le répertoire éventuel de leurs encadrants, et ralentit l’exploitation de nouvelles sources de données.

Ce constat n’est pas neuf : il a été à l’origine de la World Database of Happiness. Face à la dispersion des publications entre journaux de plusieurs champs scientifiques, cette base a entrepris de coder de manière unifiée les publications sur le bien-être subjectif, en fonction des sources de données, des approches et des questions utilisées.

Nous nous proposons maintenant de réaliser une entreprise similaire, mais avec les sources de données elles-mêmes. Il s’agirait pour nous de créer le noyau d’une base collaborative, où les chercheurs du domaines viendraient tout autant ajouter l’information qu’en chercher. Nous imaginons bien que le problème a déjà dû se poser dans d’autre domaines. D’où nos questions : existe-t-il des exemples d’initiatives de ce type ? Quels sont les outils disponibles aujourd’hui pour héberger une telle base de données collaborative, permettant à la fois la consultation et la modifications ? Nous souhaiterions aller plus loin que l’évident Wiki, et de fournir une forme d’API qui permettre une interrogation forte de cette base.

Les commentaires sont ouverts à vos remarques et suggestions.

Du choix des indicateurs dans un tableau de bord

L’Observatoire du Bien-être a récemment mis en ligne un tableau de bord du bien-être des Français. Fondé sur l’enquête trimestrielle que nous finançons, ce tableau de bord vise à en extraire les principaux faits stylisés et à donner une vision de la richesse de ces données.

Pourquoi un tableau de bord statique ?

Sur une enquête large et profonde, nous aurions évidemment aimé donner la plus grande liberté possible en consultation. La situation est ici différente. L’enquête n’existe que depuis juin 2016, et c’est la première en France à poser des questions sur le bien-être subjectif à une fréquence aussi élevée (trimestrielle). Nous pensons que le temps révélera des phénomènes de saisonnalité pour certaines questions((À notre connaissance, les autres collecteurs de données à haute fréquence sur le bine-être subjectif, comme l’ONS britannique ou Gallup, ne se sont pas intéressés aux phénomènes de saisonnalités. Ils ont recours à une collecte pratiquement en continu, et lissent les réponses agrégées.)), phénomènes que nous ne sommes évidemment pas encore en mesure de corriger. De même, avec un échantillon de 1800 personnes par trimestre, il est facile de construire des recoupements comportant trop peu d’individus pour être significatifs.

Ainsi, nous avons préféré fixer les représentation à un niveau d’agrégation qui nous a semblé pertinent, les données sources étant de toutes manières accessibles aux chercheurs avec le reste de l’enquête CAMME auprès de l’ADISP.

Le choix des indicateurs

Cet exercice nous a confrontés au choix des indicateurs : comment restituer l’information contenue dans une distribution (la plupart des questions admettent une réponse ordonnées de 0 à 10), mesurée à plusieurs points dans le temps ? Pour nos besoins internes, nous avons conçu un module de visualisation (en fait, une application RShiny) qui permet de visualiser la distribution en sélectionnant les vagues, les séries temporelles des moyennes ainsi que les l’évolution de la part de catégories de réponse dans le temps (exemple ci-dessous).

Graphique parts Prochaine égénération en Euroê
Comment pensez-vous que sera la vie en Europe pour la prochaine génération ?
Note de 0 (‘Bien pire qu’aujourd’hui’) à 10 (‘Bien meilleure qu’aujourd’hui’)

Ces graphiques sont informatifs pour le chercheur, mais peu lisibles pour le grand public. Ils le deviennent encore moins lorsque la variable de segmentation (ici, le genre) comprend un nombre important de modalités. Il fallait donc réduire la distribution à un résumé unique.

Au Royaume-Uni, l’ONS publié également un large tableau de bord du bien-être, comprenant à la fois des éléments subjectifs et des mesures objectives des conditions de vie. En ce qui concerne les mesures subjectives, ils ont choisi de restituer la proportion de réponses supérieures à un seuil donné – par exemple la proportion de répondants très satisfaits de leur vie. Si ce type de mesure est intuitivement simple à comprendre, nous nous sommes vite rendus compte que les résultats étaient extrêmement sensibles au seuil retenu : selon qu’on choisit 7 ou 9 (sur l’échelle de 0 à 10), les évolutions sont significativement différentes pour plusieurs variables – clef. D’un point de vue statistique, cela va de soi : avec un indicateur de ce type, on donne beaucoup de poids aux évolutions locales de la distribution (ce qui se passe de part et d’autre du seuil retenu), ce qui n’est pas un bon indicateur des évolutions globales de la distribution, sauf si celle-ci se décale uniformément.

Nous avons donc décidé de restituer, malgré toutes ses faiblesses bien connues, l’indicateur le plus usuel, celui de la moyenne((Nous avions également pensé à la médiane, mais le peu de volatilité des séries empêche la médiane de saisir des évolutions pourtant significatives.)).

Le choix des représentations

Moyenne des réponses à la question sur la situation de la prochaine génération en Europe

Comment, maintenant, restituer graphiquement cette information, avec un bloc de vingt questions ? Nous avons opté pour une présentation en deux volets. Dans un premier volet, la page d’accueil du tableau de bord, nous restituons les moyennes de la dernière vague, avec comme point de comparaison la valeur un an avant. Dans un deuxième volet, nous représentons les séries temporelles des moyennes, agrégées et décomposée selon des axes qui nous ont paru pertinents, accompagnées de leurs intervalles de confiance à 95%.

Nous avons bien conscience des limites de ces représentations. C’est pourquoi dans les commentaires de notre tableau de bord, ainsi que dans nos notes, nous nous attachons à expliquer quelles évolutions dans la distribution des réponses génèrent les mouvements observés de la moyenne.

Il s’agit d’un work in progress, et nous serons heureux d’entendre vos commentaires, questions et suggestions en commentaires de ce billet.