Notes sur le World Happiness Report 2019 (4)

Je poursuis dans ce billet ma lecture du World Happiness Report 2019. Comme dans les trois billets précédents, il ne s’agit pas d’une recension exhaustive, mais de simples notes de lecture.

Chapitre 5 : Mal-être et médias sociaux aux États-Unis

Ce chapitre part d’un constat fondamental : depuis près de vingt ans maintenant, la satisfaction de vie moyenne diminue aux États-Unis. Le graphique ci-dessous l’illustre. Pour comprendre ce graphique, il faut remarquer que l’enquête utilisée (General Social Survey) utilise une question à seulement trois position : 1, 2 et 3. La plupart des enquêtes européennes (y compris celle que nous menons) utilise une échelle à onze positions (0 à 10). Par une règle de trois approximative, la baisse de 0,12 points dans le graphique ci-dessous correspond à une diminution d’environ 0,45 points sur notre échelle, soit un échar significatif. L’effet sur une échelle de 0 à 10 pourrait être plus élevé, car permettant un positionnement plus expressif aux extrémités. Ainsi, entre 2006 et 2018 seulement, la satisfaction de vie moyenne aux États-Unis a diminué de 0,3 points dans le Gallup World Poll, qui utilise une telle échelle.

Satisfaction dans la vie moyenne aux États-Unis, tiré du World Happiness Report 2019.

Cette trajectoire de la moyenne se retrouve chez les adolescents, avec un point d’inflexion assez clair en 2011. La thèse du chapitre est que cette diminution du bien-être est en large part liée aux médias sociaux et au temps passé en ligne, en particulier sur les smartphones.

Le chapitre documente bien, chez les adolescents, des tendances inquiétantes et de nature à nuire au bien-être : l’augmentation du temps passé à des activités en ligne a été concommitante d’une réduction du temps de sommeil ou d’exercice physique. Parallèlement, plusieurs expériences controllées montrent qu’une réduction volontaire de l’accès aux médias sociaux (par exemple, en déposant son smartphone à l’entrée de la pièce lors d’un dîner) augmentent notre capacité à profiter du présent. Plusieurs résultats peuvent expliquer ce phénonème : la diffusion de l’attention, et surtout, pour les réseaux sociaux, l’effet de comparaison. Les réseaux sociaux augmentent notre exposition moyenne à des personnes ayant un meilleur statut social, ce qui pèse sur l’évaluation de notre propre situation. Le paradoxe des amis exacerbe cet effet, en nous faisant sur-estimer la proportion des personnes mieux situées que nous.

Pour autant, ce chapitre me convainc au final peu. Dans nos propres travaux, une diminution de la satisfaction de vie moyenne résulte plus souvent d’une chute assez marquée dans un segment particulier de la population. Je suis donc circonspect dans la pertinence de traiter les adolescents américains comme un groupe homogène. Les évolutions contemporaines de l’émergence des smartphones ne manquent en effet pas : crise des opioïdes, déclin des grandes régions industrielles malgré une économie en reprise, un taux de participation au travail qui reste faible malgré un taux de chômage faible.

Les jeunes américains issus des classes populaires et d’une partie de la classe moyenne peuvent avoir eu de plus en plus la perception d’un horizon bouché, la perspective des études s’accompagnant de celle d’une dette (student debt) qui obère pour longtemps leur niveau de vie. On peut probablement ajouter pour une partie de la population une conscience plus affirmée de la crise climatique, qui n’est pas de nature à rassurer.

Chapitre 7 : Addictions et mal-être au États-Unis

Je passe directement du chapitre 5 au chapitre 7. Plus conséquent, le Chapitre 6 fera l’objet d’une note séparée, et les chapitres 5 et 7 m’ont paru mériter d’être mis en regard.

De fait, le chapitre commence par la même motivation que le chapitre précédent, et en subsume l’analyse : pour l’auteur, le phénomène des smartphones relève d’une addiction — les utilisateurs de smartphones eux-mêmes étant une majorité à dire passer trop de temps sur leurs écrans.

En plus de faire une utile liste des principales addictions identifiées aux États-Unis, de la cocaïnes à l’excès de travail, l’auteur rappelle que les addictions sont rarement isolés : les phénomènes de co-addiction sont nombreux, ce qui limite l’efficacité des actions ciblées sur un type précis d’addiction.
L’auteur du chapitre établit ensuite une liste des explications possibles de cette augmentation des addictions :

  • Le décalage entre l’accessibilité des ressources dans des sociétés d’abondance, et les réflexes issus de l’évolution qui nous incitent à consommer dès que l’occasion s’en présente ;
  • L’augmentation du stress liée à une société de plus en plus inégalitaire ;
  • La sur-stimulation des processus mentaux de consommation embarquée par la publicité et la conception même des produits et services ;
  • Les effets de contagion sociale (quand 25% de la population et une bonne partie de nos connaissances sont morbidement obèses, on s’inquiète moins de son poids) ;
  • L’installation de désordres dans le métabolisme suite à l’expositions à certaines substances et stimuli ;
  • L’échec de la régulation publique.

L’auteur revient en détail sur ce dernier point. L’épidémie d’opoïdes ne peut en effet pas être séparée de l’action marketing très agressive de Purdue Pharma, tandis que celle d’obésité a partie liée à la fois avec les secteurs des boissons sucrée et des grandes compagnies alimentaires, mais aussi du secteur agricole — une des raisons originelles pour laquelle les produits alimentaires sont très sucrés est que la subvention à la production de sirop de sucre à partir du maïs a longtemps été utilisé par les politiques américains comme un moyen d’acheter la loyauté électorale des fermiers des Grandes Plaines. Aujourd’hui, la question se pose aussi du côté des grandes firmes technologiques, qui sont connues pour utiliser des leviers comportementaux afin d’augmenter le temps d’utilisation de leurs services.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.