Des moyennes et des distributions : le sentiment de responsabilité dans le changement climatique

Comme un certain nombre de personnes, j’ai été agréablement surpris par le tweet ci-dessous. Sur la base de l’European Social Survey, il positionne la France comme l’un des pays où les gens se sentent le plus personnellement concernés par le changement climatique

In @ESS_Survey Round 8 (2016) respondents have been asked about their feeling regarding their personal responsibility to reduce climate change. Broken down by different age groups presented by @ESS_Austria at @IHS_Vienna. pic.twitter.com/JgTxbvHmpI— ESS_Austria (@ESS_Austria) November 15, 2018

J’avoue que j’ai été un peu surpris, particulièrement au regard de l’actualité. Cela va aussi à l’encontre de l’image certes caricaturale du Français qui se repose sur l’État plutôt que sur l’action individuelle pour résoudre les problèmes collectifs.

Je suis donc allé voir ce qui se cachait derrière cette moyenne. Quand j’ai vu les distributions, j’ai assez rapidement repéré une particularité française : le poids particulièrement élevé (en fait, le plus élevé dans l’échantillon) des personnes qui ont répondu 10 (ressentent une très forte responsabilité individuelle dans le changement climatique). En d’autres termes, il y a en France une part, notable (14%) de la population qui ressent très fortement de sa responsabilité d’agir contre le changement climatique.

Par comparaison, d’autres pays très éco-sensibles se caractérisent par un cœur de distribution (7-8-9) plus chargé, ici par exemple la Suisse et l’Allemagne.

De manière intéressante, les autres pays où une extrémité a un poids élevé sont plutôt des pays climato-sceptiques (République Tchèque, Hongrie).

Ou bien des pays qui apparaissent très divisés, avec du poids à chaque extrémité. On imagine bien que le sujet doit y être clivant.

Cet exemple illustre bien à mon sens une faiblesse connue de la moyenne comme indicateur de la tendance centrale : un poids à un extrême va faire augmenter considérablement la moyenne sans que cela ne reflète vraiment la position typique des habitants du pays (on préférera dans ce cas la médiane).

Pour en revenir au graphique initial, on peut en retenir que si la France apparaît comme un pays particulièrement attentif au changement climatique et à la responsabilité des individus dans ce domaine, c’est en partie du fait de l’existence d’un groupe de personnes très fortement convaincues et mobilisées à ce sujet, plus que d’une conscience uniformément répartie dans la population


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.