Migrations de la satisfaction de vie

Correction importante (01-03-2019) : une erreur dans la construction de notre base avait introduit du bruit dans les identifiants des individus, conduisant à des résultats initiaux incorrects. Pour le bénéfice de la clarté et de la transparence, nous laissons ici ces résultats, et indiquons en gras les corrections.

Comme dans de nombreux domaines, l’idéal dans l’étude du bien-être subjectif est de disposer de données de panel, dans lesquelles ont suit un même individu sur plusieurs années, en lui posant les mêmes questions à chaque fois. Ici, la question qui nous intéresse est celle relative à la satisfaction de vie :

Dans l’ensemble, sur une échelle allant de 0 à 10, dans quelle mesure êtes-vous satisfait de la vie que vous menez actuellement ?

De tels panels sont nombreux au niveau mondial : British Household Panel Survey, The Household, Income and Labour Dynamics in Australia,
German Socio-Economic Panel, etc. En France, nous disposons du dispositif SRCV, qui concerne 16 000 ménages chaque année. Avec les entrées et les sorties, il est possible de suivre un échantillon de 5 000 personnes entre 2010 et 2016 (dernière vague disponible au moment de la rédaction de ce billet).

Quand on met bout à bout les observations de ce panel, on constate que a moyenne de la satisfaction de vie évolue relativement peu. Dans le graphique 1, on voit cette moyenne évoluer entre 7,1 et 7,5, sur une échelle qui va de 0 à 101.

Moyenne des réponses à la question sur les satisfactions de vie, enquête SRCV

Est-ce que les gens évoluent peu dans l’appréciation de leur satisfaction de vie ? Après tout, il s’agit d’une question qui demande une évaluation d’assez long terme, plusieurs articles (exemple) ont démontré qu’en-dehors de changements radicaux dans les conditions de vie des personnes, celles-ci avaient tendance à revenir à un niveau de bien-être fondamental, déterminé par un mélange de génétique et d’éducation. A. Clark et ses co-auteurs ont par exemple mis en évidence sur les données britanniques un phénomène très fort d’adaptation à des événements comme la naissance d’un enfant, le divorce, la perte d’un emploi (à condition d’en retrouver un autre) et même de faible niveaux de handicap suite à un accident.

Les données de l’enquête SRCV peignent toutefois une image assez dynamique de ces trajets. Dans le graphique 2, chaque ligne est un individu du panel. Nous avons donc beaucoup de dispersion des lignes au début, puisque chacune correspond à une trajectoire sur 7 ans, et peu à la fin : entre 2015 et 2016, il n’y a plus que 11 transitions possibles.

Transitions entre classes de satisfaction de vie, SRCV

Si on se restreint aux trois dernières années, afin d’avoir un panel plus nombreux et moins de chemins, le résultat est le diagramme suivant :

Transitions entre classes de satisfaction de vie, SRCV, 2013 – 2016

On constate plus clairement que la stabilité constitue le mode dominant pour chaque classe, même s’il y a un un nombre significatif de transitions à l’horizon de trois ans

On peut également regarder les transition au niveau de chacune des modalités de réponse (0 à 10), représentées ci-dessous sur deux ans.

Transitions entre modalités détaillées, SRCV, 2015 – 2016

À l’horizon d’un an, les transitions se font essentiellement vers les modalités voisines. À un horizon de trois ans (ci-dessous), on retrouve le niveau de diffusion assez élevé observé entre classes de réponses.

Transitions entre modalités détaillées, SRCV, 2013 – 2016

L’étape suivante d’un tel travail serait d’établir de manière plus robuste des matrices de transition entre classes de risque, et d’évaluer leur degré de stabilité dans le temps.

Ci-dessous, l’image initiale. L’erreur dans nos identifiants introduisait beaucoup plus de transitions que dans celles effectivement observées, et conduisait à un échantillon artificiellement trop nombreux.

Transitions dans les satisfactions de vie, SRCV

Pour les curieux : le graphique des flux a été généré à l’aide du package ggalluvial du logiciel R.

  1. On constate sur ce graphique une chute importante de la moyenne entre 2012 et 2013. Nous pensons qu’une partie de cette chute est liée à un déplacement de la question au sein du questionnaire. Une série de questions sur les revenus et le niveau de vie est venue précéder la question sur la satisfaction de vie, colorant les réponses. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.