Notes sur le World Happiness Report 2019 (1)

Parue le 20 mars dernier, l’édition 2019 du World Happiness Report s’intéresse particulièrement cette année aux relations entre le bien-être subjectif et l’environnement politique, ainsi qu’aux impacts des technologies de communication sur le bien-être et sa compréhension. Nous en recommandons la lecture, d’autant plus que des travaux de l’Observatoire sur le lien entre bien-être et vote1 sont cités dans le Chapitre 3, et qu’un de nos membres, Clément Bellet, est co-auteur du Chapitre 5 sur le bien-être et les approches Big Data. Ce billet rassemble quelques remarques faites ça et là lors de la lecture du rapport.

Chapitre 1 : Vue d’ensemble

Bien-être des migrants et bien-être des natifs

Pour motiver la focalisation sur la dimension communautaire du bien-être, le chapitre 1 rappelle que le rapport de l’an dernier, dédié à l’effet des migrations, avait mis en avant le fait que le bien-être déclaré des migrants converge rapidement vers celui des natifs du pays d’accueil, au point que le classement des pays en fonction du bien-être des immigrants est pratiquement identique à celui établi en fonction du bien-être des seuls natifs. Sur le cas français, Hillel Rapoport avait analysé cette dynamique dans son Opuscule du CEPREMAP Repenser l’immigration en France2.

Bien-être et élections

Prenant comme exemple le Mexique – mais le chapitre 3 montre qu’il s’agit d’un phénomène plus général – les auteurs relèvent qu’une dégradation du bien-être subjectif est un bon prédicteur d’une défaite du parti politique au pouvoir lors des élections suivantes. Ils interprètent le regain de satisfaction moyenne suite aux élections comme l’expression de l’opinion à l’égard des résultats de l’élection. Nos propres travaux3 montrent que cet effet n’a pas été en France purement post-électoral, puisque nous avons observé un gain en satisfaction pendant la période électorale elle-même, et surtout ce gain a été de courte durée. Sur plus longue période, l’INSEE a également relevé que les élections, en particulier les présidentielles, se traduisent par une amélioration transitoire de l’appréciation des perspectives d’avenir par les Français, au point que dans leurs travaux de long terme sur la conjoncture, ils neutralisent cet effet.

Figure 1.2 du World Happiness Report 2019, montrant l’effet transitoire des chocs.

Le cas mexicain leur permet par ailleurs de mettre en évidence l’effet significatif mais transitoire de mesures de politiques publiques (la gratuité des appels à longue distance) ou de chocs économiques (prix du pétrole), suggérant que la satisfaction de vie comporte une dimension conjoncturelle significative. Cela renforce encore l’intérêt que nous apportons à l’enquête que nous conduisons trimestriellement en France en partenariat avec l’INSEE, et dont nous restituons les résultats dans notre Tableau de bord du bien-être en France.

Chapitre 2 : les évolutions du bien-être dans le monde

Le classement des pays selon la moyenne de leur satisfaction de vie((Rappelons que le World Happiness Report s’appuie sur les données du Gallup World Poll, qui veille à ce que la méthodologie employée soit comparable dans les différents pays.)) constitue un des ressorts médiatiques les plus puissants du rapport (la France est 24e, si vous vous posez la question), mais de manière intéressante, les auteurs l’ont renvoyé à la deuxième partie du chapitre, préférant donner la place d’honneur aux tendances plus longues que leur permettent de mettre en évidence des séries qui commencent en 2006.

Parmi ces tendances, je relève particulièrement la progression de la satisfaction de vie dans les pays d’Europe de l’Est, qui semblent rattraper progressivement ceux de l’Ouest, et à l’inverse le ciseau entre les séries Moyen-Orient-Afrique du Nord d’une part, et Afrique sub-saharienne d’autre part.

L’examen des gains pays par pays suggère par ailleurs un traitement médiatique asymétrique qui n’est certes pas une grande surprise. On peut aisément deviner que la Syrie et le Venezuela sont les deux pays dont la satisfaction de vie s’est le plus dégradée au cours de la dernière décennie. Il nous semble plus difficile de deviner que le cinq pays ayant enregistré la plus forte progression (Bénin, Nicaragua, Bulgarie, Lettonie, Togo).

Sur le classement lui-même, le rapport reconduit l’exercice de séparation des moyennes selon six corrélats, pris comme des déterminants (PIB, soutien par les proches, espérance de vie en bonne santé, liberté de choisir ses orientations de vie, perception de la corruption et générosité), qui prédisent les deux tiers des moyennes observées.

Un point important, et à vrai dire un peu dérangeant, est décrit à la fin du chapitre : une amélioration de l’efficacité des gouvernements (application des lois, qualité des règlements, contrôle de la corruption) a un effet très sensible sur l’amélioration du bien-être, quel que soit le niveau de démocratie ou de violence politique, alors que le contraire n’est pas vrai. Ainsi, sans amélioration de l’efficacité des administrations, les progrès vers plus de démocratie ne se traduisent pas par des amélioration sensibles du bien-être.

  1. Voir aussi en français les notes de l’Observatoire 2017-02, Bien-être et vote, et 2017-06, Du Mal-être au vote extrême, ainsi que l’Opuscule Les Français, le bonheur et l’argent. []
  2. Comme tous les Opuscules, celui-ci est en téléchargement gratuit sur le site du CEPREMAP quelques mois après sa publication. []
  3. Voir en particulier les notes 2017-07, Présidentielle : un choc d’optimisme et 2017-12, Optimisme et inquiétudes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.