Notes sur le World Happiness Report 2019 (2)

À la suite du précédent billet, je vous propose ici de poursuivre mes notes de lecture sur la version 2019 duWorld Happiness Report.Ce billet se concentre sur le Chapitre 3, qui examine les liens entre bien-être et comportements politiques.

Chapitre 3 : Bien-être et vote

Les relations entre les dimensions du bien-être subjectif, en particulier la satisfaction de vie et la confiance, et les comportements électoraux ont été au centre de tout un volet de notre programme de recherches, avec en particulier :

Ce chapitre explore plus largement les liens allant du bien-être vers les comportements politiques, non seulement le vote, mais aussi la participation poltique au travers du vote et des autres formes de participation à la vie politique.

Tant au niveau agrégé que quand on suit des personnes au long de leur vie, on observe que les personnes ayant des niveau de satisfaction de vie plus élevée sont plus nombreuses à voter, et qu’une augmentation de la satisfaction de vie d’un individu augmente sa probabilité de voter. Les personnes les plus heureuses sont aussi plus nombreuses à participer aux campagnes électorales et à financer les partis politiques (donnés US). En revanche, et assez à rebours de l’intuition, on observe peu de lien entre satisfaction de vie et participation à des formes contestataires de participation politique (manifestations par exemple).

Satisfaction dans la vie et intérêt pour la politique dans la World Values Survey, tiré du World Happiness Report 2019.

Non seulement les personnes plus heureuses votent plus, mais elles ont tendance à voter plus pour les partis au pouvoir. Au niveau agrégé, la trajectoire de la satisfaction de vie moyenne prédit mieux le résultat des élections que les déterminants économiques habituels (croissance, chômage, inflation). Au niveau individuel, on peut montrer que des chocs négatifs exogènes sur le bien-être (décès d’un.e conjoint.e) réduisent le soutien exprimé au parti au pouvoir.

Nos travaux sur le lien entre faible satisfaction de vie et vote pour les partis populistes occupent une place importante dans ce chapitre. Cette relation entre faible satisfaction de vie et vote populiste (pour Donald Trump ou pour le Brexit) est confirmé aux États-Unis et au Royaume-Uni. Il faut cependant noter que cette relation n’explique pas l’essor dans le temps des partis populistes, dans la mesure où la satisfaction de vie moyenne a peu varié. Le chapitre avance plusieurs hypothèses, par exemple qu’il s’agit d’un effet d’offre (l’insatisfaction ne trouvait pas auparavant d’expression politique constituée), ou que la dynamique provient d’un creusement des inégalités de bien-être, la stabilité de la moyenne cachant une augmentation simultanée des très insatisfaits et des très satisfaits. Cette dernière idée est étayée par des données britanniques, qui montrent que de le degré d’inégalité de bien-être prédisent mieux le vote Leave que le niveau absolu de bien-être.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.