Notes sur le World Happiness Report 2019 (3)

Je poursuis dans ce billet ma lecture du World Happiness Report 2019. Comme dans les deux billets précédents, il ne s’agit pas d’une recension exhaustive, mais de simples notes de lecture.

Chapitre 4 : Bien-être et comportements prosociaux

Le propos de ce chapitre est d’examiner quels sont les bénéfices de comportements prosociaux en termes de bien-être subjectif. Il considère particulièrement comme comportement prosocial le fait de donner du temps ou de l’argent dans des actions caritatives.

La difficulté centrale est évidemment celle de la causalité inverse : est-ce que donner rend plus heureux, ou est-ce que les gens heureux sont plus généreux (on peut facilement imaginer une propension individuelle à la fois à être heureux et généreux). Un autre est que neutraliser la capacité à donner du temps ou de l’argent est un exercice difficile (il faut connaître l’intégralité des ressources, la structure familiale, l’existence d’enfants, parents, amis à charge, etc.).

Dans les enquêtes larges (en coupe transversale ou en panel), on observe une forte corrélation entre bénévolat et ben-être subjectif. Une partie du lien provient du fait que les personnes qui s’engagent dans le bénévolat tendent à être plus diplômées, riches et âgées que la moyenne, toutes choses qui sont également associées à un bien-être subjectif plus élevé. Cependant, le bénévolat contribue à expliquer le bien-être au-delà des facteurs habituels, ce qui indique qu’il ne s’agit pas uniquement d’un effet de composition de la population des bénévoles.

Il existe assez peu d’expériences contrôlées su ce thème, en encore moins avec des populations suffisamment importantes pour identifier de manière fiable des effets. Quelques études portant sur des populations spéficiques (personnes âgées, personnes dépressives) indiquent un effet causal positif du bénévolat sur le bien-être. Elles ne peuvent toutefois pas être généralisées au-delà de leurs populations de base.

Par contraste, un nombre respectable d’expériences mettent en évidence un bénéfice en bien-être du fait de donner de l’argent ou des ressources à autrui, effet qui semble assez indépendant du contexte culturel ou de l’âge.

Au-delà du volontariat et des dons, plusieurs expériences mettent en évidence les bénéfices en termes de bien-être d’actes désintéressés au quotidien (tenir la porte à une personne chargée, absorber sans compensation spécifique la charge de travail d’un.e collègue traversant une passe difficile, etc.).

Quel que soit le mode d’action, ces bénéficent semblent se manifester d’autant plus clairement que trois conditions sont remplies :

  1. L’action est volontaire, en non forcée (don plutôt qu’imposition). Cet effet peut probablement expliquer pourquoi les bénéfices du bénévolats sont forts chez les personnes âgées, et faibles chez les plus jeunes – qui y voient souvent une forme d’obligation pour enrichir leur CV. C’est une difficulté pour les formes d’aide les plus institutionnalisées, à commencer par la redistribution par l’impôt, les taxes et les services publics.
  2. Les personnes engagées dans l’action prosociale ont un sentiment de connexion avec les personnes qu’ils aident.
  3. Ces personnes perçoivent que leur action a des effets clairs et mesurables. Ainsi, plusieurs expériences mettent en évidence un plus faible propension à donner pour des organismes à l’action diversifiée mais de ce fait plus abstraite (UNICEF par exemple) plutôt que pour des organismes dont l’action est unique et identifiée (distribution de moutisquaires pour berceaux dans des zones touchées par le paludisme).

Le rapport donne comme exemple d’action mobilisant les trois leviers un programme canadien où un groupe de familles réunit initialement une somme destinée à aider une famille de réfugiés au cours de leur année d’arrivée. Une fois la somme réunie, les familles donatrices rencontrent la famille aidée à sona arrivée sur le sol canadien, et peut l’aider par la suite dans ses démarches (choix d’école, rendez-vous médicaux, etc.). L’obligation de se regrouper à plusieurs familles limite en outre le risque d’une emprise des donateurs sur les personnes aidées.

Un point intéressant, la propension à donner est fortement influencée par les effets de cadrage. On l’a vu au moment d’événements spectaculaires, l’incendie de Notre-Dame de Paris étant le dernier en date, mais cet effet se manifeste aussi dès lors qu’on expose les personnes à des stimuli qui les projetent au-delà d’eux-mêmes : paysages spectaculaires, par exemple. S’il était établi plus fortement, ce lien aurait probablement des conséquences sur la manière d’envisager l’urbanisme.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.