Un temps que les moins de vingt ans…

Lorsqu’on leur demande à quelle autre époque elles voudraient vivre si elles le pouvaient, les générations les plus anciennes retiennent les décennies de leur vingt ou trente ans. Les plus jeunes, eux, se portent souvent sur les années 1980, même chez ceux qui n’ont pas vécu cette époque.

Lorsque nous avons mis en place notre enquête trimestrielle sur le bien-être des Français, nous y avons inclus une question un peu particulière : nous demandons aux enquêtés à quelle époque de l’histoire ils voudraient vivre, s’ils avaient le choix. Nous cadrons cette réponse en proposant les modalités suivantes :

  • les années 50
  • les années 60
  • les années 70
  • les années 80
  • les années 90
  • Une autre décennie, un autre siècle dans le passé
  • Je suis content de vivre à l’époque actuelle
  • Une autre période dans l’avenir, le futur

Dans notre note Quatre points sur le bien-être des Français, nous avions relevé sur les deux premières vagues de l’enquête que le choix Aujourd’hui recevait le plus de réponses, mais que la distribution des réponses sur les autres modalités dépendait beaucoup de l’âge des répondants. Plus précisément, plus les personnes sont âgées, plus leur réponse moyenne se décale vers le passé.

Réponses à la question sur les deux premières vagues de la plate-forme “Bien-être” CAMME/OBE.

En fait, les réponses dans le passé les plus fréquemment retenues correspondent à peu près à la décennie où les répondants avaient vingt ans. C’est donc peut-être moins le climat économique et social de l’époque en question qui détermine les réponses que le souvenir d’une époque où la personne était jeune.

En juin, l’institut de sondage YouGov a mis en évidence un phénomène similaire en demandant à un panel britannique pour une sélection de périodes si la vie y était meilleure.

Et de fait, ils observent que la majorité des trentenaires (donc nés entre 1979 et 1988) pensent que la vie était meilleure dans les années 1990 (correspondant à leur enfance et adolescence), et pour les plus de 60 ans, il s’agit des années 1960.

Nous avons donc eu envie de revenir sur cette question, en marge d’une note que nous préparons sur le passage à la retraite (d’où la mise en contraste des cinquantenaires et soixantenaires dans le graphique qui suit).

La préférence pour le présent demeure, quelles que soient les générations : pour chaque classe d’âge, autour de 30 % des répondants déclarent que s’ils avaient le choix, ils vivraient l’époque actuelle. De même, l’avenir attire peu, moins de 10 % des répondants même chez les plus jeunes.

Sur les époques passées, les personnes âgées de 81 à 90 ans choisissent largement (autour de 20 % des réponses de cette classe d’âge) les années 1950 et 1960. Ils avaient à cette époque environ trente ans – il s’agit de personnes dont l’enfance et l’entrée dans l’âge adulte ont été marquées par la Deuxième guerre mondiale et les années difficiles qui ont suivi. Les personnes dans la cinquantaine sont nées autour de 1960, et elles avaient donc la vingtaine dans les années 1980. La relation semble s’amoindrir avec les générations plus récentes, sans doute parce que les années 1990 ont été pour beaucoup des années de crise. Les générations les plus récentes se reporteraient volontiers aux années 1980, que certains n’ont pourtant pas connues, ou à peine (les personnes nées en 1980 ont aujourd’hui 39 ans). Cette image positive des années 1980 était déjà présente sur les deux premières vagues de l’enquête, et se confirme.

Les années 1980 étaient-elles une période dorée ? La situation économique n’était pas florissante : la décennie a commencé par cinq années très moroses, que n’ont que partiellement rattrapées les deux dernières années. L’inflation a certes été enrayée (elle était de 14 % en 1980), mais dans le même temps, le chômage passait de 5,5 % en 1980 à 8,7 % en 1987.

Croissance du PIB France, graphique interactif à https://db.nomics.world/OECD/MEI/FRA.NAEXKP01.GPSA.A

D’où vient alors cette perception des années 1980 ? L’impression, subjective et rétrospective, de l’auteur de ces lignes (âgé de 39 ans) est que le bicentenaire de la Révolution de 1789 a pu colorer la vision de cette décennie, avec deux années de croissance très favorable, et un positionnement technologique particulier : le TGV, Airbus et le Minitel constituaient des prouesses techniques admirées, à défaut d’être aussi exceptionnelles qu’on le pensait alors. Mais nous serons intéressés si vous pouviez, lectrice ou lecteur, nous indiquer des travaux sur la question.

P.S. Plusieurs personnes1 sur Twitter nous ont demandé su le genre influait sur le choix de l’époque préférée. Question pertinente, puisque les droits des femmes étaient dans les années 1950 et 1960 bien plus réduits qu’ils ne le sont aujourd’hui. Il apparaît que dans notre enquête, le genre est assez peu discriminant, avec des différences assez faibles entre hommes et femmes.

  1. Merci à Abie et Camille Tête-David pour la question ! []

Une réflexion sur « Un temps que les moins de vingt ans… »

  1. J’ai mentionné ce billet le 2 décembre 2021 sur Twitter dans le but de fournir un modeste éclairage sur l’utilisation de la nostalgie dans la campagne présidentielle.
    Le Twitto Nija Acéré [1] a et la gentillesse d’indiquer un article de Vulture [2] sur le cas américain, qui relève deux phénomènes intéressants sur le sujet :

    – La périodicité des modes culturelles américaines, qui remettent au goût du jour les productions d’une décennie vingt ans après celle-ci. Cela serait cohérent avec des quarantenaires à fort pouvoir d’achat et atteints par la crise de la quarantaine [3] qui regardent avec envie vers leur jeunesse (et arrivent aux postes de responsabilité qui leur permettent de favoriser ces références).

    – Une inscription plus durable dans les productions des contenus des années 80, qui semblent échapper en partie à ce pur effet de périodicité.

    L’article souligne par ailleurs comme hypothèse une envie d’affirmation de la part de la génération qui a été jeune dans les années 1980. Démographiquement plus faible que les générations précédente et suivante, aurait vécu d’abord dans l’ombre de la contre-culture des années 1970, puis vite évincée en termes de supports par une numérisation à laquelle elle n’était pas bien préparée.

    [1] https://twitter.com/NinjaAcere/status/1466342807703011343
    [2] https://www.vulture.com/2016/10/2016-why-are-we-obsessed-with-the-80s.html
    [3] http://www.cepremap.fr/en/2018/02/note-de-lobservatoire-du-bien-etre-n2018-01-le-tournant-de-la-quarantaine/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.