« Si à 50 ans on n’a pas une Rolex… » : les produits de luxe et la satisfaction de vie

L’été donne souvent l’occasion d’observer des biens ou services de luxe auxquels nous ne sommes pas exposés dans notre environnement habituel : yatchs amarrés dans les ports ou au large des plages, voitures haut de gamme, etc. Quelle est l’impact de ces produits sur le bien-être ? Le World Wellbeing Panel a interrogé ses membres pour se faire une idée du consensus sur la question. Il se trouve que la réponse fournit de très intéressantes illustrations de la manièr dont se construit l’évaluation de la satisfaction de vie.

Le luxe, c’est ce qui vient en plus

Montre Patek Philippe Perpetual Calendar 5270R, prix aux alentours de 120 000 €
Photo par Luxurywatches
[CC BY-SA 4.0]

Il faut prendre comme point de départ que toute personne en mesure de s’offrir des biens identifiés comme de luxe dispose de revenus suffisants pour couvrir tous ses besoins et une bonne part de ses envies. À ce niveau de consommation, un supplément de consommation contribue très peu à augmenter la satisfaction de vie. Pour cette classe de biens, l’effet d’adaptation joue à plein : on s’habitue très vite à une voiture plus confortable, une télévision plus grande ou une pièce en plus dans un logement déjà grand.

S’ils apportent si peu de bien-être supplémentaire, comment expliquer les prix de ces biens de luxe, et le large attrait qu’ils inspirent ?

Que disent les biens de luxe ?

S’ils n’ont pas une valeur d’usage très différente de celle des biens conventionnels (la montre ci-dessus fournit à peu près le même service qu’une montre deux mille fois moins chère), les biens de luxe sont porteurs d’un message : celui que leur propriétaire est capable de se les payer, en d’autres termes ils signalent sa position sociale. Depuis Fred Hirsh1, on parle ainsi que biens positionnels pour désigner ces biens qui indiquent l’appartenance à un groupe social2.

Or, l’idée que nous avons de notre position sociale joue un rôle très important dans la construction de la satisfaction de vie. À conditions matérielles inchangées, notre satisfaction de vie augmente si nous estimons que notre position s’améliore vis-à-vis du reste de la société, et inversement. Les biens de luxe viennent ainsi nourrir chez leurs propriétaire cette satisfaction liée à la sensation d’être au sommet de l’échelle sociale, de faire partie de l’élite — et ce au détriment de la satisfaction de vie des autres personnes qui y sont exposées et font face au fait qu’elles ne font pas partie de cette classe supérieure.

Cette dynamique se répétant au sein de chaque groupe social, il n’est pas étonnant que l’on assiste souvent à une course à l’échalotte dans la possession des biens de luxe relativement à ce qui est accessible dans l’environnement donnée. On en voudra pour exemple le cas néerlandais : chaque semaine, une lotterie choisit au hasard un code postal, et offre une voiture (BMW) à un participant à la lotterie dans ce code postal. Si la plupart des gagnant revendent la voiture, l’équipe de Paul Frijters à la LSE a mis en évidence que les achats de voitures neuves étaient plus fréquents chez les voisins des gagnants.

Valeurs personnelles et contexte social

Tout un champ de recherches travaille à étudier les relations entre les déterminants de la satisfaction de vie et les valeurs que professent les individus. Il n’est ainsi pas étonnant que l’effet sur la satisfaction de vie de biens positionnel soit plus forte chez les personnes qui professent un niveau de matérialisme élevé, c’est-à-dire qui accordent une grande importance à la réussite matérielle. Les effets ci-dessus vont donc jouer à plein chez eux, en positif comme en négatif. D’autant plus que l’attachement à ces valeurs s’accompagne souvent de la recherche par ces mêmes personnes d’une validation externe. Cette recheche est associée à des niveaux de bien-être, dans une vaste gamme de domaine (relations avec les autres, sens de la vie, etc.) plus faibles que les niveaux observées par les personnes qui ont des valeurs intrinsèques, i.e. qui ne dépendent pas d’une validation extérieure. En d’autres termes, les personnes les plus attirées vers le luxe sont aussi celles qui vont bénéficier du plus fort gain de court terme, mais dont la satisfaction sera aussi le plus vite érodée par le fait que d’autres personnes consomment les mêmes biens ou des biens vus comme supérieurs.

Le contexte social joue également dans l’importance des effets. Ainsi, certaines cultures — les chercheurs citent en exemple celles d’Asie du Sud-Est, valorisent très fortement la position sociale, dans une perspective de société très hiérarchique. Le gain à afficher sa position y est donc particulièrement fort, en particulier dans un contexte économique où les positions en question évoluent rapidement.

La querelle du luxe, encore et toujours

La combinaison de l’effet d’adaptation et de l’effet de comparaison conduit la plupart des économistes interrogés à estimer que l’effet des biens de luxe sur la satisfaction de vie est au mieux nulle à long terme : les nouveaux acheteurs ne bénéficient que d’une augmentation transitoire de leur satisfaction de vie, et ce en partie au détriment des autres. La querelle du lux se pose donc dans ses termes habituels : d’un côté le coût en ressources pour produire des biens qui n’apportent pas de gain significatifs en eux-mêmes, et de l’autre côté l’activité et les innovations que la production de ces biens génèrent.

Quelques références

  1. Hirsch, Fred (1977). The Social Limits to Growth. London: Routledge & Kegan Paul. ISBN0-674-81365-0. []
  2. Il pourrait être intéressant à cet égard de voir comment a évolué l’image de la grosse berline depuis que les VTC ont massivement adopté ce type de voiture. []

Une réflexion sur « « Si à 50 ans on n’a pas une Rolex… » : les produits de luxe et la satisfaction de vie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.