Conférence « Détermination sociale du comportement et applications au développement » par Joseph E. Stiglitz

Le 27 septembre dernier, le professeur Joseph E. Stiglitz (University of Columbia) est venu à l’École d’Économie de Paris (PSE) donner une conférence intitulée « Détermination sociale du comportement et applications au développement », introduite par le professeur François Bourguignon et suivie d’une discussion par le professeur Thierry Verdier.  L’amphithéâtre de PSE était comble pour assister à la présentation du lauréat du Prix Nobel d’Économie de 2001, qu’il avait reçu pour ses travaux sur les asymétries d’information mettant en lumière l’existence de mécanismes tels que la sélection adverse ou encore l’aléa moral.

En évoquant ses souvenirs du temps où il était étudiant en économie, J. Stiglitz explique que le monde théorique qui lui était présenté lui semblait alors bien éloigné du monde dans lequel il vivait. Deux hypothèses notamment lui semblaient extrêmement fortes : l’information parfaite (en termes de diffusion et de traitement de l’information par les individus) ainsi que les préférence fixes. Ainsi, après avoir levé l’hypothèse d’information parfaite, J. Stiglitz présente aujourd’hui des travaux lui permettant d’exercer un retour aux sources en levant cette fois la seconde hypothèse selon laquelle les agents sont parfaitement rationnels et dotés de préférences fixes.

DE L’ÉCONOMIE COMPORTEMENTALE À LA DÉTERMINATION SOCIALE DU COMPORTEMENT

Ainsi, les modèles économiques reposant sur ces hypothèses ne permettent pas d’expliquer des phénomènes effectivement observés, comme les rigidités sociales ou les périodes de grandes transformations sociales. Au contraire, l’étude de la société à travers un prisme rendant les préférences endogènes, et en particulier influençables par la culture de chacun, permet de mieux traduire ces phénomènes. Avant J. Stiglitz, des travaux fondateurs ont largement contribué à la modélisation de tels comportements. Herbert Simon (Prix Nobel d’Économie en 1978) a été l’un des pionniers dans ce questionnement de la rationalité parfaite à travers notamment sa fameuse théorie de la rationalité limitée.  En économie comportementale, l’agent quasi-rationnel (1994) modélisé par Richard Thaler (Prix Nobel d’Économie en 2017) n’est plus supposé parfaitement rationnel et est doté de préférences profondes supposées fixes. Néanmoins, l’expression de ces préférences à travers les prises de décision des individus quasi-rationnels peut être limitée du fait, par exemple, d’une assimilation biaisée de l’ensemble des informations disponibles ou d’une vision trop court-termiste. Les préconisations de politiques publiques qui découlent notamment de ce pan de la littérature suggèrent notamment l’introduction de nudges (coups de pouce), qui permettent d’inciter les individus à se comporter d’une manière telle que leurs actes soient à nouveau en cohérence avec leurs préférences profondes.
Néanmoins, une limite de cette approche est qu’elle ne permet pas de comprendre l’origine même de ces préférences profondes et ces dernières sont considérées comme étant fixes. L’approche de J. Stiglitz peut donc être perçue comme un complément, un approfondissement des modèles jusqu’alors développés en économie comportementale.

LE CONTEXTE SOCIAL ET LA CULTURE INFLUENCENT LES PRÉFÉRENCES

De nombreuses expériences en laboratoire et sur le terrain mettent en évidence le rôle essentiel de la culture et du contexte social dans le façonnement et l’expression des préférences.
Par exemple, P. Clist et A. Verschoor (2017) montrent l’existence de différentes identités exprimées à travers le comportement des individus selon la langue utilisée au cours d’une expérience de contribution à un bien public en Ouganda. Lorsque la langue nationale est utilisée dans l’expérience, la contribution au bien public est 30% plus élevée. Les individus plus proches de la culture Gisu sont à l’origine de cette hausse, et leur contribution est 43 à 74% plus élevée lorsque l’expérience est conduite dans la langue nationale plutôt que dans leur dialecte.  Les auteurs attribuent cet effet à la culture Gisu dont l’histoire a été secouée par une violente concurrence sur la propriété des terres, menant à un fort ancrage de l’autonomie dans les normes et à une faible importance accordée notamment à la coopération. Ainsi, il apparaît que les individus sont dotés de différentes identités et normes et que, au moment de prendre une décision, les normes retenues et appliquées par les individus varient selon la culture qui est associée à la langue de l’expérience.

Dans la même veine, A. Cohn E. Fehr et M.A. Maréchal (2014) évaluent le niveau d’honnêteté, essentiel dans la détermination du niveau de confiance, prévalant chez des individus travaillant dans une entreprise bancaire. Par exemple, cela peut être conduit en demandant aux sujets de lancer un dé à l’abri des regards et de reporter le numéro inscrit sur la face du dé. Si par exemple le gain est une fonction croissante jusqu’au 5, et que les sujets sont seulement rémunérés sur la base du numéro qu’ils reportent, alors tout économiste prédirait qu’un agent maximisateur de ses gains purement rationnel devrait reporter un 5, peu importe la face réelle du dé. En montant ce type d’expérience dans l’entreprise bancaire, les auteurs trouvent que les individus sont en moyenne honnêtes, et la distribution des faces de dés reportées est proche de celle effectivement réalisée. Ainsi, les individus n’agissent pas de manière malhonnête alors même que personne ne pourrait s’apercevoir cette déviation à la norme (de l’honnêteté) et que cela leur permettrait de maximiser leurs gains.
En revanche, quand au début de l’expérience, l’identité professionnelle est rappelée aux individus à travers un message du type « Vous êtes banquier », la malhonnêteté devient significativement plus prévalente. Ainsi, il semble que ces sujets soient dotés de différentes identités et que, selon celle qui est invoquée au moment de prendre leur décision, les normes qu’ils mettent en exercice sont différentes.

LA MODÉLISATION DE TELS PHÉNOMÈNES : de l’agent QR (quasi rational) à l’agent QRE (quasi rational enculturated)

Dans un article publié en 2016, K. Hoff et J. Stiglitz développent un modèle où le contexte social influence les préférences et les prises de décision des individus, considérés désormais comme des agents QRE (quasi-rational enculturated actor) ce qui signifie qu’ils sont quasi-rationnels et ancrés dans leur culture. Ainsi, au cadre de rationalité limitée sont ajoutés la culture et les interactions sociales, qui vont influencer et façonner les préférences profondes des individus et leur manière de traiter l’information. Alors, différentes expériences sociales et culturelles font émerger différents paradigmes. J. Stiglitz et K. Hoff définissent ces paradigmes comme des modèles mentaux (mental models). Dans leur modèle, les individus peuvent être dotés de différents modèles mentaux, et choisissent inconsciemment le paradigme qu’ils appliquent finalement dans leur prise de décision. C’est la culture et le contexte social qui déterminent quel modèle mental est choisi au moment de prendre leur décision.

Dans le modèle à deux périodes présenté par J. Stiglitz, l’action est fonction de l’environnement économique et des perceptions de l’agent. Ces dernières sont elles-mêmes fonctions des actions prises par les autres dans les périodes précédentes. Un tel modèle permet ainsi d’expliquer comment la transmission de certaines croyances et normes dans une société au cours de plusieurs périodes peut mener à leur persistance. De plus, étant donné que l’action prise par un individu dépend de son paradigme, qui dépend lui-même de celui des générations passées, les rigidités sociales peuvent trouver leur origine dans ce modèle. En effet, même si les croyances d’un individu changent (à travers par exemple l’émergence d’un nouveau modèle mental suite à une expérience), il est possible que son action reste la même du fait qu’il considère que le modèle mental des autres est resté le même.

Un point fondamental est que leur modèle présente un nombre d’équilibres différents bien plus important que dans le cadre d’un modèle basé sur des agents purement rationnels. Ainsi dans le pire des scénarios, la société peut être piégée dans un « mauvais équilibre », parfois proche d’un scénario de prophétie autoréalisatrice (R.K. Merton, 1948) où les croyances erronées deviennent effectives. Par exemple, si tout le monde pense que les individus sont égoïstes ou qu’ils n’adopteront pas de comportements coopératifs (alors même que cette croyance peut être erronée), un individu n’aura pas intérêt à coopérer en considérant les actions des autres comme données (concept d’équilibre de Nash, Prix Nobel d’Économie en 1994) lorsqu’il prendra sa décision. Ainsi, le niveau de coopération sera extrêmement faible, basé sur des croyances erronées.  Mais, un nouveau levier d’action voit alors le jour : puisque les modèles mentaux sont façonnés par le contexte social et la culture, il devient possible dans un tel modèle de mettre en place des politiques pour modifier les croyances des individus, pour atteindre un nouvel équilibre, plus coopératif par exemple.

RECOMMANDATIONS DE POLITIQUES PUBLIQUES

L’argument de J. Stiglitz est donc en substance qu’il est possible de modifier voire de supprimer un modèle mental erroné en influençant les normes dans une société et/ou le paradigme (modèle mental) dans lequel se situent les individus au moment de prendre leur décision. Ainsi, cela met en perspective un nouveau levier potentiellement puissant en termes de politiques publiques : en modifiant le contexte social et la culture, des comportements jugés plus bénéfiques peuvent être favorisés. J. Stiglitz cite par exemple une expérience conduite en Inde (G. Rao, 2019) où des enfants issus des classes plus défavorisées étaient admis dans des écoles d’élite privées. Les interactions sociales entre ces enfants ont conduit à une hausse des comportements prosociaux et égalitaires de la part des élèves des classes plus favorisées. De plus, cela a été suivi d’une baisse des comportements discriminatoires envers les enfants issus de milieux plus pauvres.

Dans un autre domaine, celui de la lutte contre les violences conjugales, le changement de paradigmes et de normes peut avoir d’importants effets. Ainsi, dans certains villages en Inde, des pièces de théâtre sont montées à travers un projet nommé A Theater for Development (un théâtre pour le développement) pour mettre en scène les dangers auxquels sont exposées les populations, notamment les violences domestiques. Les travaux conduits par Hoff, Jalan et Santra (en cours) montrent que, dans les villages où les pièces ont été jouées, la proportion de femmes considérant que les violences conjugales sont légitimes diminue à 4% contre 14% dans les villages où les pièces ne sont pas jouées. De plus, la part des ménages dans lesquels de la violence domestique a été observée peu de temps avant l’enquête y est de 32% contre 26% dans les villages où les pièces sont jouées. Un point important est que les individus enquêtés ont été aléatoirement tirés au sort et n’ont donc pas nécessairement vu les pièces jouées. Ainsi, un multiplicateur social au-delà des individus directement exposés peut avoir émergé. Grâce à un tel projet, le paradigme à travers lequel les individus perçoivent les violences domestiques rend ces dernières illégitimes et les normes collectives du village s’en trouvent modifiées.

Ainsi, des projets et des politiques publiques modifiant le contexte social et culturel, notamment à travers une modification des normes, peuvent avoir un impact très important sur les modèles mentaux à partir desquels les individus prennent leurs décisions, et peuvent même influencer le modèle mental qui sera retenu in fine au moment de prendre cette décision.

L’applicabilité de cette analyse est extrêmement vaste et laisse apparaître un champ important de leviers sur lesquels pourraient jouer les politiques publiques. L’apport d’une telle analyse réside aussi dans la pluridisciplinarité qu’elle suggère et met en avant. Une modélisation correcte des préférences, dans la construction et l’évaluation des politiques publiques, nécessite alors d’associer aux contributions de l’économie celles d’un champ large de sciences sociales, telles que la sociologie, l’ethnologie, la linguistique…  Enfin, de tels travaux apportent un cadre intéressant pour appréhender les leviers dont disposent les policy makers pour lutter contre des maux urgents tels que la protection de l’environnement, la lutte contre les inégalités, les discriminations…  De tels enjeux nécessitent une prise de conscience et un changement des normes sociales, qui semblent être des prérequis à tout progrès mais deviennent, eux-mêmes, selon cette analyse, des vecteurs de changement voire de progrès social.

Références

  • Clist, P., & Verschoor, A. (2017). Multilingualism and public goods provision: An experiment in two languages in Uganda. Journal of Development Economics, 129, 47-57.
  • Cohn, A., Fehr, E., & Maréchal, M. A. (2014). Business culture and dishonesty in the banking industry. Nature, 516(7529), 86.
  • Hoff, K., & Stiglitz, J. E. (2016). Striving for balance in economics: Towards a theory of the social determination of behavior. The World Bank.
  • Merton, R. K. (1948). Theself-fulfillingprophecy. TheAntioch Review8 (2), 193-210.
  • Simon, H. A. (1972). Theories of bounded rationality. Decision and organization, 1(1), 161-176.
  • Rao, G. (2019). Familiarity does not breed contempt: Generosity, discrimination, and diversity in Delhi schools. American Economic Review, 109(3), 774-809.
  • Thaler, R. H. (1994). Quasi rational economics. Russell Sage Foundation.

Auteur : Iris Laugier

Diplômée du Master APE de l'Ecole d'Economie de Paris depuis septembre 2019 je suis actuellement Assistante de recherche au sein de l'Observatoire du bien-être du CEPREMAP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.