How’s Life? 2020

Le 09 Mars dernier, l’OCDE présentait l’édition 2020 de son rapport How’s Life?
Quelques remarques prises au vol.

Le 09 Mars dernier, l’OCDE présentait l’édition 2020 de son rapport How’s Life?

Ce rapport constitue une des mises en pratique les plus abouties d’un tableau de bord sous l’angle du développement humain. Ce travail, extrêmement riche, combine indicateurs objectifs et subjectifs pour donner une vision complète des conditions de vie des habitants des pays de l’OCDE, ainsi que du contexte économique, humain et écologique avec une perspective de soutenabilité.

Chacune des dimensions est envisagée à la fois dans son évolution moyenne, mais aussi sous l’angle des inégalités, entre groupes sociaux, entre haut et bas de l’échelle, et en considérant plus particulièrement les personnes les plus vulnérables au regard de chaque indicateur.

Messages-clef

Le rapport met en évidence une amélioration en moyenne sur ne nombreux indicateurs. L’emploi, la satisfaction de vie, les morts de la route ou par homicide, le taux de logement surpeuplés sont autant de dimensions en progression comparativement à 2010. Beaucoup de pays se relevaient alors à peine de la crise financière, tandis que d’autres allaient plonger dans celle des dettes souveraines. Il faut prendre le temps de réfléchir et de souligner ces progrès, qui passent souvent inaperçus dans un cycle médiatique dominé par les mauvaises nouvelles.

La situation est toutefois très hétérogène entre pays de l’OCDE, et plusieurs indicateurs n’ont pas de direction claire. L’égalité entre femmes et hommes ne progresse que très lentement. En termes de capital humain, le rapport enregistre à la fois des gains et des dégradations, la plus inquiétante étant la perte de compétences en sciences mesurée dans l’enquête PISA. La confiance dans les institutions ne progresse pas, et régresse dans les pays où elle était initialement faible.

Le rapport pointe particulièrement trois points négatifs. D’abord, un grand nombre de ménages de l’OCDE sont en situation de précarité financière. Avec des patrimoines en baisse depuis 2010 et, quand ils existent, souvent investis dans des actifs peu liquides, de nombreux ménages de la classe moyenne ne pourraient maintenir leur niveau de vie s’ils faisaient face à une perte de salaire pendant trois mois. Ajoutés aux 20 % qui sont proches ou sous le seuil de pauvreté relative, cela fait presque la moitié des ménages de l’OCDE qui sont confrontés à une situation de précarité financière. Ensuite, le rapport documente un délitement des liens sociaux, avec dans de nombreux pays une baisse du temps consacré aux amis ou à la famille, et un poids de l’isolement et de la solitude – thème auquel nous avons consacré une note en début d’année. Enfin, la part de personnes déclarant un très faible bien-être émotionnel (majorité d’affects négatifs, satisfaction de vie inférieure ou égale à 4 sur l’échelle de 0 à 10) est importante. Ce type de situation est directement liée à des comportements à risque et aux morts par désespoir, dont l’épidémie d’overdoses d’opoïdes aux États-Unis constituent un exemple.

Discussion du panel

La discussion sur le rapport a fait apparaître une ligne de force et un clivage.

La ligne de force est que nous savons maintenant qu’il faut faire particulièrement attention dans nos politiques publiques aux effets redistributifs. Cet élément a été assez négligé au sujet de la mondialisation, avec une confiance dans le fait que les gains moyens pour l’économie amélioreraient bon an mal an la situation de pratiquement tout le monde, et que les dispositifs sociaux rattraperaient les quelques grands perdants. Cette perspective a négligé l’impact des réallocations – changements de secteurs, de territoires de l’activité économique – sur le tissu des relations humaines et sociales, conduisant à l’émergence d’une partie de la population précarisée à la fois par une dépréciation de ses compétences, une dégradation de ses perspectives économiques et un délitement de ses réseaux de sociabilité. Nous en avons eu une illustration avec les Gilets jaunes.

Il est probable que des phénomènes similaires accompagnent l’automatisation d’un grand nombre de tâches routinières, que ce soit dans l’industrie ou, de plus en plus, dans les services. Le maintien du lien social doit ainsi, pour les panélistes, devenir un objet propre de politique publique, ce qu’il n’a pas été jusqu’ici. Au-delà de ce constat, les avis divergeaient sur la méthode. Un panéliste (Dennis Snower) affichait une forte préférence pour les dispositifs centrés sur l’individu et le renforcement de son autonomie, de sa capacité à changer sa propre situation (agency) tandis que les autres panélistes semblaient plutôt favoriser des dispositifs d’accompagnement plus collectifs, orientant les mutations elles-mêmes de l’économie plutôt que de faire porter sur les individus l’intégralité des coûts d’ajustement.

La fracture, là encore entre D. Snower et le reste du panel, tenait essentiellement sur une question de communication. Pour D. Snower, la difficulté à faire progresser cette perspective de bien-être dans la sphère publique est liée au format même du tableau de bord. Pour lui, il faut proposer une métrique unique, alternative au PIB, afin de prendre pied dans une réflexion politique conduite sur des indicateurs simples, et où les tableaux de bord sont l’occasion de ne mettre en avant que ce qui fonctionne. Nancy Hey, qui dirige le What Works Wellbeing, a suggéré la satisfaction dans la vie, mais plutôt comme un pis-aller face à une bande passante trop limitée du monde politique. Elle rejoignait toutefois les autres panélistes dans l’idée que la focalisation sur un seul indicateur faisait partie du problème et non de la solution. L’indicateur unique, qui plus est considéré en moyenne, occulte les poches de vulnérabilité, les inégalités, et fondamentalement les arbitrages entre les différentes dimensions qui doivent être le cœur de la discussion et de l’action politique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.