Notes sur le World Happiness Report 2020 (1)

L’édition 2020 du World Happiness Report a été présentée au public le 20 mars dernier, Journée internationale du bonheur. En ces temps d’épidémie et de confinement, cette publication a pu passer inaperçue. Ce sont pourtant 200 pages fort instructives que le Sustainable Development Solutions Network met à disposition. Comme l’année dernière, nous vous présentons sur ce blog quelques éléments qui ont retenu notre attention – choix évidemment arbitraire et subjectif.

L’édition 2020 du World Happiness Report a été présentée au public le 20 mars dernier, Journée internationale du bonheur. En ces temps d’épidémie et de confinement, cette publication a pu passer inaperçue. Ce sont pourtant 200 pages fort instructives que le Sustainable Development Solutions Network met à disposition. Comme l’année dernière, nous vous présentons sur ce blog quelques éléments qui ont retenu notre attention – choix évidemment arbitraire et subjectif.

L’édition 2020 du rapport a pour thème central la contribution au bien-être de l’environnement – entendu dans de multiples sens, puisqu’il peut s’agir de l’environnement naturel (chapitre 5), des contrastes entre villes et campagnes (chapitres 3 et 4), ou de l’environnement social dans son ensemble (chapitres 6 et 7).

Le rapport met particulièrement en relief la contribution de la confiance, interpersonnelle comme dans les institutions, comme facteur fondamental du bien-être des populations. Plus spécifiquement, les sociétés présentant un haut niveau de confiance connaissent des écarts de bien-être plus faibles entre personnes disposant d’une situation confortable (santé, revenus, sécurité) et ceux qui sont fragilisés dans l’une ou l’autre de ces dimensions. En d’autres termes, un haut degré de confiance dans une société est associé à une moindre perte de bien-être pour ceux qui traversent des épreuves – et ils sont nombreux, le Credoc nous rappelant récemment que les deux tiers de la population française sont confrontés à au moins un facteur de fragilité. Bien évidemment, ce lien n’est pas direct, mais passe pour partie dans la capacité des sociétés de confiance à mettre en place et entretenir des dispositifs sociaux d’aide à celles et ceux qui traversent de telles périodes de fragilité.

Classement international

Le classement international constitue un des points récurrents du rapport. Le classement lui-même est établi sur la moyenne des réponses à la question sur la satisfaction de vie du Gallup World Poll, décomposée économétriquement en six facteurs : le PIB/habitant, le niveau de cohésion sociale (avoir quelqu’un sur qui compter), l’espérance de vie en bonne santé, la liberté de faire ses propres choix, la générosité et la perception de la corruption.

La France arrive en 23e place de ce classement. À nos yeux, il n’est pas très utile de le commenter en détail. Si la Finlande reste solidement en tête, les pays suivants ont des niveaux de bien-être moyens très comparables si on les prend 5 par 5. Ainsi, le niveau de la France (23e) est peu différent de celui de la République Tchèque (19e). On peut toutefois relever que la France est plus bas dans ce classement que plusieurs pays moins riches, comme la République Tchèque, le Costa Rica ou la Nouvelle-Zélande. Même si la décomposition est essentiellement illustrative, elle suggère qu’une partie de l’écart s’explique par un relatif déficit en termes de générosité, de sentiment de liberté dans ses choix et de la perception d’un niveau de corruption plus élevé. On peut également remarquer que la part inexpliquée par la décomposition est dans le cas de la France à peu près égale au niveau de base (« Dystopia », niveau moyen d’un pays où chaque indicateur serait égal à sa pire valeur observée). On n’a donc pas d’effet positif inexpliqué en France, contrairement à ce qu’on observe dans la plupart des pays en haut du classement.

Figure 2.1 du World Happiness Report 2020.

Parmi les tendances de plus long terme par groupe de pays, nous relevons particulièrement l’amélioration de la satisfaction dans les pays d’Europe centrale et orientale. Jusqu’à récemment encore, on observait pour ces pays un décalage entre leur niveau de richesse et leur niveau de satisfaction. Cet écart semble en passe de se résorber. Dans le sens inverse, la dégradation de la situation en Inde, qui résonne avec l’actualité de ce pays au cours des dernières années, pèse lourd tant sur l’Asie du sud-est que sur la tendance mondiale dans son ensemble.

Confiance sociale et filet de sécurité

Les auteurs du rapport consacrent une large part de leur chapitre initial à l’écart de confiance, envers les autres ainsi qu’envers les institutions, qui sépare les pays à haut niveau de bien-être des autres. Si leur démonstration est technique, ainsi que le veut le niveau général du rapport, le constat essentiel est que cet écart vient largement du plus faible nombre de personnes très peu satisfaites de leur vie dans les pays à haut niveau de confiance. Plus spécifiquement, les auteurs montrent que toutes choses égales par ailleurs, une personnes atteinte par un choc ou une fragilité (mauvaise santé, perte d’emploi, de revenu, d’un proche) perd moins en satisfaction de vie dans les pays à haut niveau de confiance que dans les pays où ce niveau est faible.

Pour certains événements (perte d’emploi, problème de santé), le niveau de protection élevé offert par les systèmes sociaux des pays à haut niveau de confiance joue certainement un rôle – la confiance dans les autres et les institutions constituant une condition d’acceptation de ces systèmes. Le résultat est toutefois plus général, puisque des événements comme la perte d’un conjoint sont également concernés, et que les pays à haut niveau de confiance offrent également des réseaux de soutien informels (famille, amis) plus importants.

Ce constat, particulièrement vrai pour l’Europe, a des conséquences politiques claires : si le bien-être de la population constitue un objectif de politique publique, des actions renforçant de manière générale la cohésion sociale peuvent être bien plus efficaces que des actions augmentant de manière générale les revenus. Ce qui rend d’autant plus urgent de disposer de meilleures recherches sur les politiques susceptibles de renforcer la confiance.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.