Satisfaction dans la vie pendant et après le confinement

Avec le confinement, de nombreuses études ont été lancées pour connaître les conséquences du confinement sur le bien-être, et d’identifier les groupes les plus en risque de détresse matérielle ou psychologique. Plusieurs de ces initiatives nous apportent une vision inédite sur l’évolution des métriques de bien-être sur des temps très courts, avec évidemment les deux chocs majeurs qu’ont été le confinement et le déconfinement.

Ainsi, l’enquête CoviPrev de Santé Publique France nous montre que le déconfinement a entraîné une augmentation sensible de la satisfaction dans la vie mesurée dans leur échantillon((On peut aussi consulter l’entretien détaillé du le sociologue Patrick Peretti-Watel pour France Culture.)).

Santé Publique France.
Notes de lecture : Évolutions testées entre échantillons comparables en termes de sexe, âge, CSP, taille d’agglomération et région d’habitation. Lorsqu’une marque (rond) est pleine, la proportion est significativement différente de celle de la vague précédente, test de Wald ajusté, p<0,05. Lorsque la dernière proportion de la série (Vague 10) est associée à une étoile, cette proportion est significativement différente de celle du premier point de la série (Vague 1 ou 2 selon l’indicateur), test de Wald ajusté, * : p<0,05 ; ** : p<0,01 ; *** : p<0,001 ; lorsqu’elle est soulignée, cette proportion est significativement différente de celle de la première vague de la période postconfinement (Vague 7), test de Wald ajusté, p<0,05. HAD : Hospital Anxiety and Depression scale.

Nous nous sommes évidemment demandés comment ces évolutions se comparent avec notre tableau de bord du bien-être en France. Nous observons également une forte augmentation des métriques de bien-être subjectif. L’enquête CoviPrev nous indique que cette augmentation date sans doute du déconfinement. Afin de mettre en contexte les évolutions mesurées par Santé publique France, nous les comparons à nos propres observations.

Lignes verticales : confinement (17 mars) et déconfinement (11 mai)

Sur le moyen terme, les quatre ans de notre enquête trimestrielle, les variations observées par Santé Publique France sont importantes. Tant leur proportion minimale que maximale de réponses supérieures à 5 sont au-delà de nos propres extrema. Les Français auraient donc effectué des réévaluations importantes de leur situation dans un temps très court.

Si on ne regarde que les trois dernières vagues de notre enquête, c’est ce point initial de la vague du 23-25 mars qui s’écarte le plus fortement de notre observation de mars, prise immédiatement avant le confinement. Si nos données sont bien comparables, cela suppose que le confinement a constitué un choc particulièrement violent pour une part importante des Français.

Lignes verticales : confinement (17 mars) et déconfinement (11 mai)

Nous aurions ensuite assisté à une forme de retour à une sorte de normale. Au moment du déconfinement, nous aurions également eu un effet d’euphorie, qui était encore présent dans notre enquête de juin. La vague de septembre nous donnera plus d’élément sur la capacité de ces événements à affecter la satisfaction de vie dans la durée.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.