Les Français et la science : une mise à jour

Le 15 avril dernier, nous publiions une Note analysant les résultats d’une enquête internationale du Wellcome Trust réalisée en 2018 sur les perceptions de la science. Le 29 septembre dernier, le Pew Research Center publiait les résultats d’une enquête similaire conduite d’octobre 2019 à mars 2020. Le rapport du Pew est riche d’enseignements au niveau international. Dans ce billet, nous soulignons les éléments qui viennent mettre à jour, compléter et éclairer les constats présentés dans notre Note d’avril.

Cette mise à jour confirme que tout en étant en majorité confiants à l’égard des scientifiques, les Français sont plus sceptiques que leurs voisins à l’égard des sciences et du progrès technique, et particulièrement de l’intérêt de la recherche publique. Assez partagé par les deux pans du spectre politique, ce désintérêt des questions scientifiques – hors la question du changement climatique – explique sans doute la faible place de ces sujets dans les débats et programmes politiques.

Une confiance en demi-teinte

Comme dans l’enquête précédente, les scientifiques bénéficient d’un degré élevé de confiance. Pratiquement les deux tiers des répondants français estiment qu’on peut leur faire confiance pour agir en fonction du bien de la société française. Cela fait cependant un quart qui le leur fait pas confiance, là où la médiane de l’échantillon du Pew est de 17 %. Cela place la France au quatrième rang des pays les plus défiants sur les vingt pays de l’échantillon.

Contrairement à l’enquête que nous avions utilisée, celle du Pew ne distingue pas recherche publique et recherche privée. Nous avions vu que cette dernière était considérée avec beaucoup plus de réserves dans tous les pays, mais particulièrement en France.

Ce niveau de confiance peut être mis en regard avec celui dont bénéficient d’autres institutions. Généralement, seule l’armée jouit d’un niveau de confiance comparable dans les pays de l’enquête. La France fait d’ailleurs partie des pays, avec les États-Unis, la Russie, le Royaume-Uni et le Japon, où le niveau de confiance le plus élevé (« je fais entièrement confiance ») est plus fort envers l’armée qu’envers les scientifiques. Nos voisins européens (Espagne, Suède, Allemagne, Italie, Pays-Bas) sont dans la situation inverse.

Un défiance institutionnelle toujours forte

Cette défiance relative doit sans doute être mise en relation avec le sentiment d’être mal informés. Seuls 61 % des Français interrogés estiment que les médias couvrent correctement les sujets scientifiques (la médiane de l’échantillon est de 68 %, et les Espagnols sont les seuls Européens à avoir une opinion plus négative que celle des Français). L’enquête analyse ce sentiment comme la combinaison de trois éléments. Près de la moitié des Français interrogés pensent que les scientifiques exagèrent les conséquences de leurs découvertes (médiane 44 %), 57 % estiment que les journalistes font des simplifications abusives dans leur présentation de ces résultats (médiane 49 %) et les trois quarts (la médiane) estiment que le public n’a pas un niveau de formation suffisant pour comprendre les enjeux des travaux présentés dans les médias. De manière parallèle, les Français sont critiques à l’égard de l’enseignement en sciences et technologies. Seuls 20 % des répondants pensent que la formation scientifique au collège et au lycée est meilleure en France que dans la moyenne mondiale (médiane de l’échantillon 30 %), et 32 % dans le supérieur (médiane 42 %).

Ce sentiment d’insuffisance de la formation se combine probablement avec la défiance connue à l’égard des institutions publiques pour faire de la France le pays de l’échantillon le plus sceptique à l’égard de l’intérêt de la recherche publique. Seuls 61 % des Français interrogés pensent que l’investissement dans la recherche scientifique est le plus souvent utile, contre une médiane de l’échantillon à 81 %.

Sciences, médecine et technologies

Médecine

Dans ce contexte, les Français interrogés sont 58 % à penser que les traitements médicaux accessibles en France sont meilleurs que la moyenne, une proportion similaire à celle des pays comparables.

On retrouve en revanche le positionnement défavorable de la France en ce qui concerne les vaccins. Parmi les vingt pays couverts par l’enquête, la France arrive au 17e rang quand on mesure la part des répondants qui pensent que les vaccins apportent un bénéfice élevé (52 % de la population contre une médiane à 61 %), et au 5e rang (et dernier rang en Europe) sur les inquiétudes face aux effets secondaires : seuls 44 % pensent que ces effets sont faibles, contre une médiane à 55 %.

La question du changement climatique : inquiets, même s’ils ne se sentent pas directement concernés

Les trois quarts des Français interrogés estiment que le changement climatique est un problème sérieux, contre une médiane de l’échantillon à 47 %. La conscience française a fortement progressé au cours de la décennie, puisqu’elle n’était que de 46 % en 2010. Ils sont également 63 % à penser que le gouvernement n’agit pas assez pour lutter contre les effets du changement climatique.

Face à un choix entre lutte contre le changement climatique, 70 % des Français interrogés donnent la priorité à l’environnement, même au prix d’une croissance réduite et de moins d’emploi, et ils ne sont que 20 % à faire le choix contraire. Ce positionnement est proche de la médiane des pays de l’échantillon.

Les Français interrogés ne sont pourtant que 60 % à penser que le changement climatique va les affecter personnellement, contre une médiane de l’échantillon à 70 % et 86 % des Italiens et 84 % des Espagnols. Si dans ces deux derniers pays, plus de la moitié des personnes interrogées pensent que le changement climatique va avoir des conséquences lourdes à l’endroit où ils vivent, cette proportion est de 36 % en France, plus élevée que dans les pays du nord et de l’est de l’Europe. En d’autres termes, cette enquête montre qu’il existe en France une proportion relativement forte de personnes qui pensent qu’elles vont être très affectées, mais une proportion relativement faible de celles qui pensent qu’elles vont être modérément affectées. La perception des conséquences du changement climatique en France sont donc plus contrastées que dans les autres pays européens. L’enquête montre (nous y reviendrons plus loin) que ce clivage ne recoupe pas les lignes politiques.

Scepticisme à l’égard des nouvelles technologies

L’enquête a interrogé spécifiquement les participants sur leur opinion quant à deux technologies emblématiques des transformations en cours, l’intelligence artificielle et la robotisation. Les deux technologies sont similaires à bien des égards. La robotisation tend à remplacer le travail répétitif peu ou moyennement qualifié par des machines, et l’intelligence artificielle fait de même pour les tâches cognitives routinières qui étaient le marqueur des emplois de classe moyenne. Ces mêmes technologies contribuent dans le même temps à créer des emplois peu qualifiés, dont les chauffeurs et livreurs sont les plus visibles, et des emplois très qualifiés dans le développement de nouveaux services, tout en conduisant à une baisse des prix de nombreux biens et services.

Les Français sont parmi les plus sceptiques quant à l’arbitrage coût/bénéfices de ces technologies. La France de place au vingtième et dernier rang des opinions favorables quant à l’intelligence artificielle, et au dernier rang des pays européens quant aux opinions favorables à la robotisation.

L’enquête met en évidence que les hommes sont en moyenne plus favorable que les femmes dans ces deux domaines. Les différences d’âge et de diplôme jouent un rôle dans cet écart (sur l’ensemble de la population, les femmes sont sur-représentées dans les cohortes âgées, moins diplômées et plus sceptiques à l’égard de la science et des techniques), mais il n’explique pas en France d’intégralité de la différence entre hommes et femmes. À âge et qualifications similaires, la plus forte proportion d’hommes issus de formations scientifiques en France doit également jouer un rôle.

Un clivage politique limité aux extrêmes

L’enquête du Pew montre que dans de nombreux pays, la confiance dans la science constitue un clivage politique majeur. Les sympathisants de droite sont en général plus défiants, et les sympathisants de gauche plus confiants envers la science et les scientifiques. C’est évidemment le cas, de manière spectaculaire, aux États-Unis (20 % et 62 % de niveau élevé de confiance respectivement), mais aussi en Allemagne ou en Italie. En France, la part des très confiants est plus faible, autour de 35 %, mais identique entre sympathisants de gauche et de droite.

Cette absence de clivage gauche-droite en France s’étend à la quasi-totalité des sujets pour lesquels le Pew restitue des résultats, qu’il s’agisse du niveau de performance du système médical français, de la place à donner aux experts dans la prise de décision publique ou sur les impacts des sciences et technologies. Contrairement à ce qui s’observe pour la plupart des mouvements similaires en Europe, les sympathisants du Rassemblement national déclarent un niveau de confiance envers les scientifiques similaire à celui des autres Français interrogés.

La ligne de fracture politique entre le Rassemblement national et les autres partis est cependant forte dès qu’on passe aux applications. Les sympathisants du RN sont ainsi moins convaincus que le changement climatique est un problème majeur, et plus sceptiques à l’égard des vaccins. Ces derniers constats s’inscrivent naturellement dans le contexte général d’un niveau de défiance élevé parmi les sympathisants du Rassemblement national, constat régulièrement documenté dans nos travaux. Faute de disposer d’éléments comparables pour l’extrême gauche, nous ne pouvons pas savoir s’il s’agit essentiellement d’une expression de la défiance générale caractéristique de l’extrême-droite, ou si on observe un clivage semblable à l’autre extrémité du spectre politique.

L’absence d’un clivage entre partis principaux explique probablement pourquoi les sujets scientifiques et techniques, dont la politique de la recherche, sont peu présents dans le débat politique. Ils ne constituent pas un élément différenciant pour ces partis. De fait, 47 % des répondants français estiment qu’être à la pointe de la recherche mondiale est important pour le pays (médiane 51 %), et seuls 37 % pensent que la France fait mieux que la moyenne en matière scientifique.

Cite this article as: Mathieu Perona, "Les Français et la science : une mise à jour," in Carnet de l'Observatoire du Bien-être du CEPREMAP, 07/10/2020, https://obe.hypotheses.org/418.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.