Mesure et corrélats de la confiance dans SRCV

De nombreuses Notes de l’Observatoires utilisent l’enquête Statistique sur les Revenu et les Conditions de Vie (SRCV) des ménages. De grande ampleur (15 000 ménages), cette enquête annuelle constitue un des fondements de la recherche sur le bien-être subjectif en France.

En 2013 puis en 2018, cette enquête a compris une question sur la confiance interpersonnelle. Toutefois, les deux enquêtes diffèrent dans la formulation utilisée, ce qui rend délicate la comparaison des réponses. Et de fait, l’image de 2018 est assez nettement différente de celle de 2013. Afin d’y voir plus clair, nous avons réalisé une analyse de la question, comprenant une revue de la littérature sur les effets de formulations de cette question et une analyse quantitative des distributions des réponses.

En raison du caractère technique du sujet, nous exposons nos résultats sous la forme d’un document de travail, déposé sur HAL-SHS :

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02987149

En quelques mots ici, la question de 2013 était :

Diriez-vous que l’on n’est jamais assez prudent quand on a affaire aux autres ou que l’on peut faire confiance à la plupart des gens ? 0 signifie « l’on n’est jamais assez prudent » et 10 « que l’on peut faire confiance aux gens »

Et celle de 2018 :

Sur une échelle allant de 0 à 10, dans quelle mesure faites-vous confiance aux gens ? 0 signifie que vous ne faites pas du tout confiance aux gens et 10 que vous faites totalement confiance aux gens.

La formulation de 2013 correspond à ce qui a longtemps été le standard dans le domaine. Elle a toutefois l’inconvénient de reposer sur l’opposition discutable entre la prudence et la confiance, ce qui interroge sa capacité à bien traduire cette dernière. De fait, des travaux menés au cours de ces dix dernières années sur d’autres enquêtes indiquent que cette formulation biaise les réponses en faveur des modalités basses, associées à la prudence et interprétées comme l’expression d’un défaut de confiance. De ce fait, l’OCDE recommande une formulation telle que celle employée en 2018.

La comparaison avec des enquêtes, comme l’European Social Survey qui utilisent au cours du temps une formulation proche de celle de 2013 montre que le niveau de confiance tel que mesuré par cette question n’a pas sensiblement varié en France entre 2013 et 2018. Nous en déduisons que les écarts sont essentiellement lié au changement de formulation.

Nonobstant cet effet, nous montrons que le changement de formulation ne modifie pas significativement les liens que nous avions précédemment mis en évidence entre les caractéristiques socio-démographiques et le niveau de confiance interpersonnelle. En particulier, le niveau de diplôme demeure un facteur central quelle que soit la formulation utilisée.


2 réflexions sur « Mesure et corrélats de la confiance dans SRCV »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.