Covid-19 et monde d’après : quelles ruptures dans les anticipations ?

Dès qu’une large part de la population française a pris la mesure du choc que représentait l’épidémie de Covid-19, nous avons lu et entendu nombre d’interventions sur ce que serait « le monde d’après ». Il fallait entendre les ruptures présentées comme nécessaires pour, selon les cas, éviter qu’une telle épidémie se reproduise, y rendre les sociétés résilientes ou se préparer aux conséquences du changement climatique.

Si ce type de discours a quelque peu reflué, il pose cependant une question de fond importante : est-ce que l’épidémie a profondément modifié, fût-ce de manière temporaire, l’évaluation que les Français font du présent et la manière dont ils envisagent l’avenir, en particulier l’avenir lointain ? Pour répondre à cette question, nous mobilisons ici les résultats de notre enquête trimestrielle sur le bien-être.

La préférence pour le présent

Ainsi que nous le rappelons régulièrement dans notre Tableau de Bord, lorsque nous demandons aux enquêtés à quelle période ils aimeraient vivre s’ils avaient le choix, autour de 29 % d’entre eux déclarent préférer le présent tant au passé qu’à l’avenir. Il s’agit de la modalité individuelle la plus choisie (ensemble, les périodes passées reçoivent les suffrages des deux tiers des répondants). On pourrait ainsi imaginer que les situations résultant de l’épidémie, en particulier le confinement, ont rendu cette option moins attractive.

Les rectangles grisés représentent les deux périodes de confinement. Nous avons mis en rouge les enquêtes réalisées en décembre. La ligne pointillée représente la moyenne depuis le début de notre enquête.

À y regarder de plus près toutefois, nous n’observons pas de rupture sur l’année passée. Les points bas de la série correspondent à des périodes de mouvements sociaux : décembre 2018, avec les Gilets jaunes, et décembre 2019, avec la contestation de la réforme des retraites. Parmi les quatre derniers points, seul celui de décembre, en plein confinement, est significativement différent de la moyenne. La situation sanitaire ne semble donc pas avoir profondément affecté le niveau de préférence pour la période présente.

On notera au passage que les réponses à cette question sont assez différentes de ce qu’on observe sur la satisfaction de vie. On ne voit pas sur cette dernière de point bas très marqué en décembre 2019, tandis que la préférence pour le présent n’a pas suivi de trajectoire en cloche entre décembre 2019 et décembre 2020. Nous pensons que l’écart entre ces deux dimensions indique que les répondants tiennent compte, quand ils choisissent le présent, d’un ensemble de critères plus large que leur seule situation individuelle.

Quelle envie d’avenir ?

Qu’en est-il de l’avenir ? Difficile de se prononcer a priori. D’un côté, l’attrait pour les mondes d’après a pu raviver l’idée de lendemains meilleurs. D’un autre côté, les incertitudes quant aux conséquences économiques de l’épidémie, à un monde soumis à des vagues régulières de nouvelles maladies ou encore durablement perturbé par les conséquences du changement climatique, ont de quoi inquiéter.

En pratique, la part des réponses qui se portent sur l’avenir comme période où on aimerait vivre n’a pas non plus beaucoup changé avec l’épidémie. Cette modalité reste choisie par une faible proportion des répondants, autour de 3 %. S’ils sont moins nombreux à choisir cette modalité en décembre dernier (2 %), on reste très proche de la moyenne sur les quatre dernières années. On ne peut donc pas vraiment parler d’une rupture.

De manière similaire, nous avons remarqué que les évaluations quant aux perspectives de la prochaine génération en Europe sont stables depuis un an et demi, à un niveau bas, mais sans ruptures aux tournants de la situation sanitaire.

Au-delà des discours programmatiques, il semble donc que l’épidémie de Covid-19 n’ait pas pour le moment significativement affecté la manière dont les Français comparent le présent et l’avenir, et jugent l’un et l’autre plus ou moins désirables.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.