Intervention : De la croissance au bien-être

Sur une invitation de Michèle Debonneuil, Mathieu Perona a été invité à participer le 04 novembre 2021 à une table-ronde des Journées de l’économie intitulée « De la Croissance au bien-être ». Avec la participation de Marc Fleurbaey (PSE), Jean-Marc Germain (Insee) et Reza Lahidji, nous avons abordé la construction du PIB, des liens pas toujours évident entre sa croissance et le bien-être, et des manières de faire évoluer et de compléter cet indicateur pour mieux comprendre la croissance ressentie et les sentiers de croissance future.

Nous vous proposons ci-dessous la captation vidéo de la table ronde, ainsi que le texte préparé à cette occasion.

Captation vidéo de la conférence

Les indicateurs de bien-être comme outils de pilotage

Les interventions de Marc Fleurbaey et Jean-Marc Germain ont mis en évidence les limites du PIB comme instrument de mesure ainsi que les travaux pour créer des outils de mesure pour l’augmenter, le remplacer ou le compléter. Avec les métriques de bien-être subjectif, je m’inscris dans cette troisième optique, celle de faire du PIB élément parmi d’autres pour le pilotage de l’action publique. Comme l’a rappelé Marc, la Commission Stiglitz préconisait un tableau de bord de l’action publique à trois piliers : la production économique avec le PIB, le développement humain, avec un ensemble de métriques dont le bien-être subjectif, et la soutenabilité écologique. Il existe aujourd’hui des formalisations abouties de tels tableaux de bord, par exemple celui de l’OCDE, qui fait converger les mesures du développement humain et celles du développement durable.

Je m’intéresse ici particulièrement aux métriques de bien-être subjectif. De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’ensemble de questions développées le plus souvent dans les années 1950 au sein de laboratoires de psychologie, et qui consistent à interroger directement le ressenti des personnes. Ainsi, les quatre questions-clefs sont :

  1. Dans l’ensemble, dans quelle mesure êtes-vous satisfait de la vie que vous menez actuellement ? (dimension évaluative)
  2. Dans l’ensemble, dans quelle mesure êtes-vous satisfait de la vie que vous menez actuellement ? (dimension hédonique)
  3. Avez-vous le sentiment que ce que vous faites dans votre vie a du sens, de la valeur ? (dimension eudémonique)
  4. Dans quelle mesure êtes-vous satisfait de votre santé ?

Il est possible de décliner largement cette approche pour obtenir une vision plus fine du bien-être. Ainsi, pour notre Tableau de bord trimestriel, nous posons 20 questions de ce type. Leur caractéristique principale est évidemment de n’être pas normatives : nous ne donnons pas de définition de ce qu’est une vie bonne, de ce qui doit vous rendre heureux. C’est à chaque personne de le déterminer pour elle-même.

Est-il possible de piloter l’action publique par de telles métriques ? Nous pensons évidemment que la réponse est oui. Tout un champ de recherches montre que ces métriques apportent une information supplémentaire quant aux ressentis, représentation et comportements de personnes, couvrant des points aveugles des métriques objectives. En pratique, ils font partie intégrante du pilotage de l’action publique dans plusieurs pays. En Nouvelle-Zélande, une part du budget de l’État est réservée en priorité aux dispositifs qui ont le plus d’impact sur le bien-être. Dans le même temps, tous les ministères doivent fournir une évaluation de leur action en termes de bien-être à l’appui de leurs demandes de budget. Au Royaume-Uni, la satisfaction dans la vie fait partie des mesures de plein droit d’évaluation de l’action publique.

Quelles relations entre bien-être subjectif et croissance ?

Bien évidemment, les conditions matérielles jouent un rôle dans la croissance. Considérer des métriques de bien-être ne vas pas réduire la priorité d’un accès à la nourriture, au logement ou à des perspectives d’améliorer sa situation – au contraire. Ce qu’elles soulignent en revanche, c’est qu’au-delà d’un certain niveau de confort matériel, ce sont moins les gains absolus qui comptent que les gains relatifs. Il ne s’agit plus d’avoir une voiture pour se déplacer plus loin, mais d’avoir une plus grosse voiture que le voisin. Une course à l’échalote, en somme, qui conduit à une stagnation de la satisfaction de vie lorsque notre niveau de vie augmente en même temps que celui des personnes autour de nous((On peut estimer ce point d’inflexion de la relation entre bien-être et satisfaction de vie. D’après les travaux de l’Insee, il se situe en France aux alentours d’un niveau de vie de 40 000 € par an.)).

Au-delà de ce résultat, connu sous le nom de Paradoxe d’Easterlin, les recherches sur le bien-être subjectif dessinent d’autres lignes de force pour concevoir une politique de régulation de la croissance. Un élément central est ainsi que nous ressentons plus fortement une perte de revenu qu’un gain correspondant. En d’autre termes, il ne peut pas suffire de viser une croissance forte, sans s’intéreser à la fois à sa trajectoire – régulière ou alternance d’expansions et de récessions – et à la distribution de cette croissance – les gagnants et les perdants, en termes absolus mais aussi en termes relatifs.

Ces métriques mettent également en évidence l’importance de l’environnement naturel et humain dans le bien-être. Évidemment, cela interroge un modèle de croissance fondé sur l’extraction de ressources sans considérations de soutenabilité, et un urbanisme pensé autour des flux – vers le travail ou les loisirs – qui n’accommode pas, ou mal, les accès à la nature ou les relations sociales. Il faut également se rappeler que la croissance du XXe siècle, et c’est encore le cas dans les pays émergents, s’accompagne de déplacements massifs de populations, qui ont pour conséquence la rupture des réseaux de soutien social, qui ne se reconstruisent que lentement.

Quelle croissance pour le bien-être ?

Sur la croissance économique elle-même, l’intuition est donc que la plupart des gens préfèrent une trajectoire de gains réguliers avec peu de régressions, quitte à ce que le gain total soit plus faible. Cela doit conduire à privilégier les politiques et les régulations qui favorisent une croissance stable plutôt qu’une alternance de périodes de forte expansion et de récession – c’est précisément ce que la réglementation financière internationale a essayé de faire suite à la crise de 2008. Si on se projette plus loin, cela renforce l’intérêt de limiter les phénomènes climatiques extrêmes, générateurs de pertes fortes et brutales.

Sur l’environnement humain, il ne s’agit évidemment pas de dire que chacun.e doit rester sur son lieu de naissance, mais que la mobilité liée à des motifs économiques doit être choisie plus que subie, de manière à préserver le tissu de relations sociales qui constitue un support essentiel du bien-être. Au regard de cela, on a déjà des réflexions avancées sur un urbanisme plus inclusif, centré autour des personnes et des lieux de manière à favoriser les interactions sociales.

Évidemment, on pense à plus long terme à une évolution dans le domaine de l’éducation, sous deux angles. D’une part, savoir discerner ce qui nous rend heureux n’est pas une compétence innée. Il s’agit d’outils intellectuels qui peuvent, doivent selon moi, pouvoir être découverts et discutés à l’école, à la lumière des recherches en la matière. D’autre part, il faut faire le point sur les objectifs finaux de l’éducation. Le bien-être des enfants est pour moi une fin en soi, et il est trop souvent abordé comme un outil au service de la performance.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.