Est-ce le bon moment pour épargner ?

En travaillant sur la relation que les Français entretiennent avec l’argent comme déterminant de leur bien-être, nous nous sommes demandés si des Français avaient une représentation de l’épargne différente de celles des autres Européens. Voici ce que nous avons trouvé.

Quand épargner ?

Dans la théorie économique du consommateur sous sa forme la plus simple, l’épargne a pour fonction de lisser la consommation dans le temps : on épargne quand les revenus sont importants, et on désépargne quand ils le sont moins. Cette description stylisée implique que les périodes d’embellie économique sont le bon moment pour épargner, et les périodes de crises celles où désépargner.

Si on part de la croissance du PIB en France pour identifier les périodes correspondantes, les bonne périodes pour épargner depuis 1985 étaient la première moitié des années 1980, la deuxième moitié des années 1990 et la période 2003 – 2005. Invsersement, les désépargnes devraient correspondre à aux épisodes de récession (croissance négative du PIB) : 1993, 2003 et 2008 – 2009.

En pratique, de nombreuses contraintes peuvent faire que nous n’épargons pas au moment où nous le souhaiterions. Pour nous abstraire en partie de ces contraintes, nous pouvons nous appuyer sur l’enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages (voir la sections Données) harmonisée au niveau européen. Celle-ci comprend une question : “Dans la situation économique actuelle, pensez-vous que ce soit le bon moment pour épargner ?”. La réponse des enquêté est déterminé par un solde. Plus celui-ci est positif, plus la proportion de personnes qui pensent que c’est le bon moment pour épargner est important.

Dans le cas de la France, cela donne le graphique ci-dessous. Deux remarques :

  • à des fins d’harmonisation, le calcul du solde a été modifié en janvier 2004, induisant la rupture dans la série matérialisée par une barre verticale noire.
  • Les zones grisées correspondent aux trimestres de récession (croissance négative du PIB). Si l’appréciation des enquêtés vis-à-vis de l’épargne correspondait au motif décrit ci-dessus, le solde devrait augmenter particulièrement dans les zones grises.

Au vu de ce graphique, deux constats s’imposent :

  • Le solde est pratiquement toujours positif, sur une période de plus de trente ans : les Français ont à l’idée qu’il est bon d’épargner en tout temps.
  • Le solde d’opinion sur cette question répond à la conjoncture de court terme, mais de manière assez limitée. On voit comment la plupart des récessions, crise de 2008 en tête, induisent des pics à la baisse du solde ou à tout le moinds une interruption de la tendance (crise de 1993). En revanche, les orientations à moyen terme procèdent d’autres facteurs, puisqu’elles s’écartent significativement des variations du PIB.

Comment cela se compare-t-il aux autres Européens ?

2 Les Français à l’image des autres Européens

L’évolution des soldes d’opinion au sein de l’Union Europénne sur cette question est assez dispersée, reflétant probablement l’influence de conditions économiques et sociales nationales. En première approximation, le comportement des Français semble assez homogène à celui des autres Européens, quoique plus volatil, même en tenant compte de la rupture de série (barre verticale).

Rentrons dans le détail : dans quelle mesure le solde d’opinion français évolue-t-il dans le même sens que celui des autres Européens ? Pour ce faire, nous calculons la corrélation du solde français avec celui de chaque pays. Une valeur de -1 signifie que lorsque le solde en France augmente de 1, celui du pays concerné diminue d’autant, et un solde de 1 signifie que les évolutions sont identiques à celles de la France.

Le groupe de pays présentant une corrélation négative avec la France est majoritairement composée de pays de l’Est de l’Europe (Irlande, Italie et Finlande exceptés). Si on se concentre sur les pays les plus proches, pour lesquels un historique long est disponible, on constate une corrélation négative avec l’Italie, faible avec le Royaume-Uni, et assez forte avec les autres voisins directs.

En allant plus loin, on peut remarquer que la corrélation forte avec l’Allemagne n’est pas particulièrement stable dans le temps (ainsi que le voudrait un couplage des opinions), mais qu’elle est une moyenne entre une période récente d’assez forte corrélation (bleu foncé ci-dessous), succédant à plusieurs décennies où le lien était beaucoup plus ténu. Dans le graphique ci-dessous, chaque point est une année, avec le solde d’opinion en France sur l’axe horizontal et en Allemagne sur l’axe vertical.

3 Et en niveaux ?

Comparés en niveaux, les soldes révèlent également la dispersion des opinions nationales, et l’importance des facteurs nationaux : Allemands et Italiens ont un solde assez élevé sur la période, et la crise a un un impact complètement différent sur cette question en Espagne qu’en Italie. Le solde aux Pays-Bas est remarquablement stable, tandis que celui des Britanniques est probablement celui qui correspond le mieux au comportement théorique.

4 Bilan

À la lumière de ces éléments, il ne semble pas y avoir de spécificité française qui nous distingue de tous les autres pays européens. Il apparaît plutôt que la réponse à cette question est largement guidée par des déterminants relatifs à chaque situation nationale

5 Données

Les enquêtes de conjoncture sont harmonisées au niveau européen. Pour chaque question, Eurostat met à disposition un solde d’opinion, corrigé des variations saisonnières. Les dates de disponibilité varient selon les pays. Pour les plus anciennement dans l’Union, les séries remonent à 1985, ce qui permet d’examiner la corrélation sur une trentaine d’années d’observations mensuelles.

Adresse de récupération des données, Adresse de la page. Date de récupération : 2017-11-23.

Attention, la question sur la France a été harmonisée en 2004, induisant une rupture dans les données à cette date.

Pour le PIB, nous avons utilisé la série de l’INSEE en base 2010.

Cite this article as: Mathieu Perona, "Est-ce le bon moment pour épargner ?," in Carnet de l'Observatoire du Bien-être du CEPREMAP, 04/12/2017, https://obe.hypotheses.org/48.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.