2021 a été une année particulière

Sauf si vous avez vécu au sommet d’une montagne, vous vous souvenez que 2021, avec la pandémie et les confinements, a été une année très particulière. Avec le temps, ce souvenir va très probablement s’atténuer, avec des conséquences importantes pour la recherche : nous risquons d’oublier cette particularité, et de la traiter rétrospectivement comme une année normale. J’en donne ici une illustration.

Sauf si vous avez vécu au sommet d’une montagne, vous vous souvenez que 2021, avec la pandémie et les confinements, a été une année très particulière. Avec le temps, ce souvenir va très probablement s’atténuer, avec des conséquences importantes pour la recherche : nous risquons d’oublier cette particularité, et de la traiter rétrospectivement comme une année normale. J’en donne ici une illustration.

Je tombe ainsi sur Mastodon (au passage, l’Observatoire du bien-être y a un compte) sur un graphique provenant du site Flowingdata et montrant, en utilisant l’enquête Emploi du temps américaine (American Time Use Survey) un profil assez original de la satisfaction dans al vie en fonction de l’âge.

https://flowingdata.com/2022/11/10/life-satisfaction-and-age/

Dans la plupart des enquêtes, la satisfaction dans la vie a plus ou moins une forme en U (nous en avions parlé en 2018 sur le cas de la France). Le point bas entre 20 et 30 ans m’a paru assez inédit, pour ne pas dire étonnant. Une partie de l’explication tient à un effet de sélection : l’enquête porte sur la personne de référence du ménage. Les jeunes adultes présents dans l’enquête sont donc ceux qui n’habitent plus chez leurs parents, et probablement peu d’étudiantes et étudiants, autrement dit seulement les jeunes actifs disposant d’un emploi suffisamment bien rémunéré pour avoir leur propre logement. Un profil assez particulier, donc.

Il y a toutefois, et de manière assez importante, un effet d’année : les données utilisées combinent les enquêtes de 2012, 2013 et 2021. Or, l’année 2021 a un profil très particulier :

On voit que le creux juste après les 20 ans est nettement plus prononcé en 2021, et que celui aux alentours de 50 ans l’est nettement moins. Ce profil est cohérent avec ce qu’on sait par ailleurs : les restrictions liées aux Covid ont été particulièrement pénibles pour les jeunes adultes, qui se sont retrouvés plus fortement isolés.

Le problème réside évidemment dans le fait que le graphique de FlowingData se fonde sur ce profil très particulier pour raconter une histoire générale sur la dynamique du bien-être dans le cycle de vie (j’évite ici de parler de l’effet cohorte). Avec le souvenir encore frais de la crise du Covid-19, on peut penser que ce genre de chose sera relevé. Mais je ne serais pas étonné de voir fleurir dans 10 ou 15 ans des versions plus élaborées de ce type de choses, avec des phénomènes dont l’identification tiendra uniquement à l’inclusion des années Covid dans les données utilisés.



Citer ce billet
Mathieu Perona (2022, 29 novembre). 2021 a été une année particulière. Carnet de l'Observatoire du Bien-être du CEPREMAP. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sh5y

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search