World Happiness Report 2018

Couverture du WHR 2018

Couverture du WHR 2018

L’édition 2018 du World Happiness Report vient de paraître. Ce rapport est publié annuellement sous l’égide du Sustainable Development Solutions Network (SDSN) (ONU) et mobilise largement le Gallup World Poll, sans équivalent en termes de couverture sur les questions de bien-être subjectif.

Géographie de la satisfaction de vie

C’est l’occasion de constituer un classement des pays selon leur niveau de bonheur, même si on connaît les limites des comparaisons d’un pays à l’autre. Sans surprise, la satisfaction de vie est fortement liée au niveau de vie du pays, et parmi les pays à fort niveau de vie, les pays nordiques se distinguent par des niveaux de vie particulièrement élevés.

Carte du mon de la satisfaction de vie

Source : World Happiness Report 2018, dernière observation disponible pour chaque pays

Carte de l'Europe de la satisfaction de vie

Source : World Happiness Report 2018, dernière observation disponible pour chaque pays

Migrations, migrants et hôtes

En lien fort avec l’actualité internationale, ce rapport consacre cinq de ses sept chapitres aux questions relatives aux migrations, qu’elles soient internationales ou internes (dans le sens campagnes → villes).

Pays d’accueil, pays d’origine

Le premier constat essentiel est que les immigrants sont en moyenne aussi heureux que les natifs de leur pays d’accueil.

Le bien-être des immigrants est ainsi essentiellement (à 75% en moyenne) corrélé avec le bien-être du pays d’accueil : plus le pays d’accueil est heureux en moyenne, plus les immigrants le sont. Les 25% restants de l’écart sont eux essentiellement expliqués par le pays d’origine du migrant : plus le pays d’origine est heureux, plus le migrant est heureux, quel que soit son pays d’accueil.

L’influence du niveau moyen de bonheur dans le pays d’accueil est renforcé lorsque celui-ci a une culture d’ouverture aux migrants, culture mesurée par les réponses à des questions du type « pensez-vous que l’immigration soit une bonne chose ». Inversement, les scores à ces questions sont d’excellents prédicteurs du bien-être d’un pays : les pays heureux sont des pays ouverts à l’immigration, et inversement.

Le gain de bien-être à la migration est donc substantiel (0.47 points en moyenne, correspondant à l’écart entre la France et l’Allemagne ou le Royaume-Uni), quand on le rapporte au bien-être de personnes comparables restées dans le pays d’origine.

Et à plus long terme ? Le bonheur des immigrés tend à se stabiliser au niveau moyen de leur pays d’accueil. Progressivement, leur situation matérielle s’améliore (ce qui les rend plus heureux), mais leur point de comparaison est de plus en plus la population locale, en moyenne plus riche (ce qui a un effet négatif). Cette dynamique s’étend à la deuxième génération.

Derrière ces effets moyens se cachent cependant de fortes disparités individuelles : si certains migrants voient leur bien-être augmenter considérablement, d’autres subissent une forte diminution, en particulier lorsqu’ils font face à de fortes discriminations dans le pays d’accueil.

Des campagnes vers les villes

Le mouvement de migration des campagnes vers les villes est à l’œuvre depuis l’introduction de l’agriculture mais s’est considérablement accéléré au niveau mondial dans le dernier demi-siècle. Contrairement aux migrants internationaux, les migrants internes sont moins heureux que ceux restés à la campagne, en dépit de revenus nettement plus élevés. Le phénomène en jeu ici semble être un changement de groupe de référence : les néo-urbains se comparent au reste de la population urbaine, nettement plus aisée. Ces néo-urbains affirment d’ailleurs qu’ils seraient très malheureux de devoir retourner à la campagne.

Les conclusions sont toutefois limitées ici, dans la mesure où l’essentiel de ces migrations ont lieu dans des pays à faible revenus, où la couverture par les enquêtes est faible.

Le cas de l’Amérique Latine

Dans ce paysage, l’Amérique Latine est un peu une exception. Les migrants venant de ces pays gagnent moins en bien-être que les autres migrants. D’une part, et contrairement au cas général, les migrants venant de ces pays sont en moyenne moins heureux que les personnes comparables restées dans leur pays, même s’ils sont en moyenne plus riches. Il s’agit donc de personnes en ascension sociale, mais qui ne peuvent plus progresser dans leur pays d’origine.

D’autre part, les pays d’Amérique Latine sont en moyenne plutôt heureux (pour leur niveau de revenu), ce qui diminue le gain à la migration. Le chapitre 6 du rapport tente de trouver dans la solidité et l’importance des rapports familiaux l’explication de cette spécificité latino-américaine.

La richesse et la santé

Le dernier chapitre du rapport revient sur le paradoxe d’Easterlin appliqué aux États-Unis : alors que les américains se sont pour la plupart enrichis, leur bien-être subjectif a diminué depuis les années 1970.

Les explications connues de ce paradoxe apparent reposent sur la très forte montée des inégalités (nous évaluons notre bien-être largement en comparaison avec les autres, et la présence d’ultra-riches très visibles dégrade la sensation que nous avons de notre situations) et une dégradation des institutions sociales (famille, confiance dans la vie politique, etc.). À ces explications, l’auteur du chapitre ajoute l’effet de la triple crise sanitaire que traversent les États-Unis : obésité, abus d’opioïdes et dépression. Or, comme le montre le récent ouvrage The Origins of Happiness, la santé, physique mais surtout mentale, constitue un déterminant essentiel du bien-être, déterminant que l’envolée du coût des soins médicaux aux États-Unis a rendu hors de portée d’une part croissante de la population.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *