Insatisfaction et défiance dans les grands ensembles

Dans le contexte des violences urbaines actuelles, il n’est peut-être pas inutile de dresser un rapide portrait du mal-être et de la défiance en fonction du type de quartier. Les grands ensembles en France se caractérisent par des niveaux de pauvreté, de précarité, d’insatisfaction dans la vie et de défiance plus élevés que les autres types de quartier. Si on regarde en fonction de l’âge, les jeunes ne sont pas plus touchés par l’insatisfaction : ce sont plutôt les personnes qui ont l’âge d’être leurs parents qui sont plus insatisfaits de leur vie qu’ailleurs.

Dans le contexte des violences urbaines actuelles, il n’est peut-être pas inutile de dresser un rapide portrait du mal-être et de la défiance en fonction du type de quartier. Les grands ensembles en France se caractérisent par des niveaux de pauvreté, de précarité, d’insatisfaction dans la vie et de défiance plus élevés que les autres types de quartier. Si on regarde en fonction de l’âge, les jeunes ne sont pas plus touchés par l’insatisfaction : ce sont plutôt les personnes qui ont l’âge d’être leurs parents qui sont plus insatisfaits de leur vie qu’ailleurs.

Précarité et pauvreté

Avant de montrer les indicateurs subjectifs, il faut sans doute rappeler la situation matérielle très dégradée des grands ensembles en France. Certes, les politiques de la ville (plans de rénovation urbaine) ou de l’éducation (zones d’éducation prioritaires) ont engagé des moyens importants dans ces quartiers, mais ceux-ci restent limités au regard de l’ampleur du problème et surtout – ce qui va beaucoup compter pour la dimension subjective – les contrastes avec les autres types d’habitat.

Ainsi, sur la base des vagues 2010 à 2020 de l’enquête SRCV, les grands ensembles affichent en moyenne un taux de pauvreté monétaire1 à 25%, contre 15% pour les immeubles de villes hors grands ensemble, et 10% pour les personnes habitant en maisons dispersées. L’indicateur de privation matérielle sévère2 ressort à 16% dans les grands ensembles, contre 6,5% dans les immeubles en ville et 2% dans les maisons dispersées. Si on combine ces deux indicateurs avec celui des ménages à très faible intensité de travail, on arrive à 33% de personnes en risque de pauvreté ou d’exclusion sociale3, soit un tiers des habitantes et habitants de ces quartiers, contre 21% dans les immeubles de vielle et 14% des habitants des maisons dispersées.

Il faut garder ici à l’esprit qu’il s’agit de moyennes à l’échelle nationale : localement, ces indicateurs peuvent être beaucoup plus élevés.

Insatisfaction

Sur le plan subjectif, le niveau moyen de satisfaction dans la vie est significativement moins élevé parmi les habitantes et habitants des grands ensembles. La satisfaction dans la vie dans les grands ensemble ressort à 6,7 sur une échelle de 0 à 10, contre 7,1 dans les immeubles en ville. Une partie de cet écart est liée à une part plus importante (11%) de personnes très insatisfaites de leur vie – une insatisfaction qui concerne un peu plus souvent les femmes que les hommes.

Le fait que les violences urbaines récentes aient été causées par la mort un adolescent lors d’un contrôle de police et qu’elles soient le fait de personnes jeunes pour la plupart mettent en lumière le grand mal-être d’une partie des jeunes habitantes et habitants de ces quartiers. L’enquête SRCV ne permet pas de bien cerner les publics adolescents et les très jeunes adultes. Chez les plus âgés, il semble que les écarts entre grands ensembles et autres types de quartiers s’inscrivent plutôt dans une dynamique de vie. Le niveau moyen de satisfaction déclarée est assez similaire partout, entre 7,5 et 7,7 chez les 20-25 ans. Il diminue beaucoup plus vite quand on progresse vers des générations plus âgées, avec un plateau au-dessus de 7,2 dans les maisons dispersées, qui contraste avec le creux au-dessous de 6,5 dans les grands ensembles.

Évidemment, les types de quartier diffèrent par la composition de leur population. Toutefois, lorsque nous neutralisons un grand nombre de caractéristiques socio-démographiques (âge, niveau de diplôme, emploi ou non, composition des ménages, etc.), il apparaît que toutes choses égales par ailleurs, un personne résidant dans un grand ensemble déclare en moyenne une satisfaction de vie inférieure de 0,35 points à une personne résidant en maison isolée. Pour donner un ordre d’idées, 0,35 points de différence moyenne, c’est ce qui sépare (encore une fois, toutes choses égales par ailleurs), une personne appartenant aux 10% ayant les revenus les plus faibles d’une personne appartenant aux 70% – 80% ayant les revenus les plus élevés.

Défiance

Au-delà de la situation matérielle, la détresse et le sentiment de relégation de certains quartiers traduisent des niveaux de confiance plus faible dans les institutions, et aussi envers les autres membres de la société en général.

Contrairement à la satisfaction dans la vie, la confiance interpersonnelle n’est pas mesurée chaque année dans SRCV, et la formulation de la question a changé d’une enquête à l’autre. Je ne regarde donc que la vague de 2020, la plus récente. Là encore, on observe un niveau de confiance interpersonnelle significativement plus bas dans les grands ensembles (3,8 sur une échelle de 0 à 10), à partir d’un niveau absolu déjà faible en France en général (autour de 4,5).

Nous n’avons pas assez d’observations pour aller plus dans le détail, mais la vague de 2020 ne fait pas apparaître de différences visibles en fonction de l’âge sur cet indicateur – dont nous avions montré par ailleurs qu’il est assez fortement lié au niveau de diplôme4.

Des enseignements ?

Il serait présomptueux de vouloir tirer de ces quelques descriptions et analyses rapides des pistes de solution aux problèmes lourds et structurels auxquels font face les habitantes et habitants des grands ensembles. Toutefois, ces données suggèrent qu’il ne faut pas s’arrêter à une analyse en termes de problèmes des jeunes ou de la jeunesse, et à en appeler, voire en rejeter la responsabilité sur leurs parents : ces derniers sont en effet les plus concernés par l’insatisfaction et les difficultés matérielles.

Données

Enquête sur les Ressources et Conditions de Vie des ménages

Cette enquête Statistique sur les Ressources et Conditions de Vie des ménages est une enquête annuelle de l’Insee. 16 000 logements sont concernés, avec une enquête en face-face sur les revenus, la situation financière et les conditions de vie des ménages. Il s’agit d’une enquête en panel tournant, renouvelé par neuvième chaque année avant 2019, part quart depuis.

En raison de l’important travail statistique requis pour sa mise en forme et la détermination des pondérations, elle est habituellement disponible dans l’année suivant celle de la collecte.

Les vagues que nous utilisons sont diffusées par Quetelet-Progedo (2010 à 2020). doi:10.13144/lil-0747, doi:10.13144/lil-0826, doi:10.13144/lil-0901, doi:10.13144/lil-0988, doi:10.13144/lil-1090, doi:10.13144/lil-1180, doi:10.13144/lil-1224, doi:10.13144/lil-1304, doi:10.13144/lil-1374, doi:10.13144/lil-1441, doi:10.13144/lil-1524.



Citer ce billet
Mathieu Perona (2023, 3 juillet). Insatisfaction et défiance dans les grands ensembles. Carnet de l'Observatoire du Bien-être du CEPREMAP. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sh63

  1. Revenu net inférieur à 60% du revenu médian national. []
  2. Cet indicateur européen désigne les personnes en logement ordinaire ne pouvant pas couvrir les dépenses liées à au moins cinq éléments de la vie courante sur treize considérés comme souhaitables, voire nécessaires, pour avoir un niveau de vie acceptable. Définition complète. []
  3. Indicateur européen AROPE. []
  4. Note de l’Observatoire du Bien-être n°2018-06 : Diplôme, revenus et confiance []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search