Satisfaction moyenne et part d’insatisfaits

En lisant notre récente Note sur la relation entre revenu et satisfaction au travail ((Mathieu Perona, « Plus qu’un travail », Note de l’Observatoire du Bine-être n°2023-09, Juin 2023.)), un journaliste m’a demandé comment mettre en perspective les valeurs moyennes calculées. Plus précisément, pourquoi pouvais-je dire qu’une satisfaction au travail moyenne de 6,8 (chez les ouvriers non qualifiés) était une valeur faible, et inquiétante ?

En lisant notre récente Note sur la relation entre revenu et satisfaction au travail1, un journaliste m’a demandé comment mettre en perspective les valeurs moyennes calculées. Plus précisément, pourquoi pouvais-je dire qu’une satisfaction au travail moyenne de 6,8 (chez les ouvriers non qualifiés) était une valeur faible, et inquiétante ?

Un élément de réponse est bibliographique. Un article de 20182, montre que la faible satisfaction au travail constitue un prédicteur efficace des décisions de démission, reflétant en particulier un sentiment d’injustice dans son travail.

Un autre élément de réponse est lié à la manière dont varient les distributions de réponses entre groupes. Dans mon expérience, les différences de moyennes reflètent souvent des différences dans la part des réponses les plus faibles. En d’autres termes, une moyenne plus faible révèle une part plus forte de personne en forte insatisfaction, autant dire en souffrance. C’est le cas ici. Ci-dessous, je redonne la Figure 2 de la Note, mettant en regard le revenu moyen net du ménage et la satisfaction au travail moyenne en fonction de la catégorie socio-professionnelle. Au-dessous, le même graphique en replaçant la moyenne par la part de réponses inférieures ou égales à 4, traduisant une forte insatisfaction vis-à-vis du travail.

Comme attendu, les deux graphiques sont essentiellement un miroir l’un de l’autre : la plus faible moyenne des ouvriers non qualifiés de l’industrie traduit une proportion de personnes très insatisfaites (11,5%) pratiquement double de la moyenne de l’échantillon.

On remarque cependant quelques catégories qui se distinguent, en particulier les petits indépendants (commerçants et artisans), qui ont une moyenne élevée mais aussi une part de très insatisfaits égale ou supérieure à la moyenne. Dans ce cas, c’est la part des très satisfaits qui est aussi nettement supérieure à ce qu’elle est dans les autres catégories, et qui tire la moyenne vers le haut.



Citer ce billet
Mathieu Perona (2023, 6 juillet). Satisfaction moyenne et part d’insatisfaits. Carnet de l'Observatoire du Bien-être du CEPREMAP. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sh64

  1. Mathieu Perona, « Plus qu’un travail », Note de l’Observatoire du Bine-être n°2023-09, Juin 2023. []
  2. Conchita D’Ambrosio, Andrew E. Clark, Marta Barazzetta, “Unfairness at work: Well-being and quits“, Labour Economics, Volume 51, 2018, Pages 307-316, ISSN 0927-5371, https://doi.org/10.1016/j.labeco.2018.02.007 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search