New Frontiers in Well-Being Measurement : De retour de conférence

Le 04 mars dernier, l’OCDE a organisé une journée consacrée aux nouveaux enjeux de la mesure du bien-être subjectif. Elle s’inscrit dans la perspective d’une remise à jour en 2025 des Guidelines on measuring subjective wellbeing de 2013. Les enregistrements et supports sont disponibles (ou le seront bientôt) sur le site du centre WISE de l’OCDE. Les échanges, très riches, ont porté notamment sur l’évolution des mesures du bien-être émotionnel, sur une plus grande attention portée au sentiment de sens, sur la mesure du bien-êytre des enfants et adolescents, et sur l’intégration de perspectives non-occidentales dans les instruments de mesure. Nous listons ci-dessous quelques points saillants, avec des références que nous avons relevées au vol.

Sur le volet de l’affect, Arthur Stone a souligné l’intérêt qu’il y aurait à intégrer une évaluation subjective de la douleur ressentie, en particulier à la lumière de la crise des opioïdes aux États-Unis, qui met en lumière des inégalités croissantes dans l’exposition aux douleurs chroniques. L’opportunité, voire la nécessité de se doter de mesures publiques de la douleur, a constitué le cœur de l’intervention de Lucía Macchia.

Case, A., Deaton, A., & Stone, A. A. (2020). Decoding the mystery of American pain reveals a warning for the future. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 117(40), 24785‑24789. https://doi.org/10.1073/pnas.2012350117

Macchia, L. (2023). Governments should measure pain when assessing societal wellbeing. Nature Human Behaviour, 7(3), 303‑305. https://doi.org/10.1038/s41562-023-01539-3

Dans le même domaine Conal Smith a présenté des recherches récentes utilisant les mesures de bien-être émotionnel plutôt que de satisfaction dans la vie comme base de calcul d’un équivalent-revenu d’activités ponctuelles, comme une promenade dans la nature, dont l’impact sur la satisfaction dans la vie est difficile à isoler.

Krekel, C., & MacKerron, G. (2023). Back to Edgeworth? Estimating the value of time using hedonic experiences. CEP Discussion Papers, Article dp1932. https://ideas.repec.org//p/cep/cepdps/dp1932.html

Smith, C. (2023). Experienced wellbeing, income, and measurement of the value of non-market outcomes. [Thesis, Open Access Te Herenga Waka-Victoria University of Wellington]. https://doi.org/10.26686/wgtn.24240040

La session sur le sentiment de sens réunissait Carol Ryff, Carol Graham et Nancy Hey. Elles ont montré comment le sentiment de sens de ce qu’on fait dans sa vie est associé à une réduction générale des risques de maladie (physique et mentale) ainsi que de perte d’autonomie, y compris à des niveaux épigénétiques. Or, on observe aux US une polarisation croissante du sentiment de sens, au détriment des classes sociales déjà les moins favorisées. Ce constat rejoint largement les travaux de C. Graham, qui ont montré l’association forte entre l’espoir dans un avenir meilleur et les comportements d’investissement dans l’avenir : formation, éducation des enfants, activité physique et comportements alimentaires. Ces travaux rejoingnent également ceux sur la douleur, puisque l’écart en termes d’espoir frappe particulièrement aux États-Unis les populations pauvres blanches, qui fournissent de nombreux électeurs à D. Trump (un faible niveau d’espoir est aussi associé à une plus grande perméabilité aux fausses informations), mais beaucoup moins les populations noires, pourtant aussi mal voire plus mal loties matériellement. Sur le versant positif, l’espoir dans un avenir meilleur est une conviction susceptible d’être nourrie et cultivées par des interventions bien conçues, dont Nancy Hey a donné plusieurs exemples. Nous relevons en particulier que les interventions donnant aux personnes plus d’autonomie et de pouvoir de décision (et les ressources qui vont avec) sont susceptibles de favoriser le sentiment de sens même dans des professions déjà bien positionnées dans cette dimension, comme les métiers du soin ou de l’enseignement.

La session sur la mesure du bien-être des enfants et adolescents a souligné en premier lieu la capacité des enfants à répondre, dès un jeune âge, à des questions de bien-être adaptées. Toutefois, a insisté Sabrina Twilhaar, la comparabilité d’un pays à l’autre est très limitée en ce qui concerne le bien-être émotionnel, en partie à cause d’attente différentes selon les pays, en termes d’autonomie des enfants par exemple. Gwynther Rees a relevé que le classement des pays en fonction du bien-être des adolescents ne reflétait que très partiellement le classement selon le bien-être des adultes, un point que nous avions relevé en 2021 sur notre carnet dans le cas de l’Europe. Il a également relevé une corrélation assez faible entre la satisfaction d’ensemble des adolescents et celle portant sur des domaines spécifiques (écoles, familles, amis). Sur données françaises, nous observons de même un lien assez faible entre domaine et de chaque domaine à la satisfaction générale. Sur la base de l’enquête Health Behaviour in School-Aged Children, Oddrun Samdal a documenté des trajectoires de bien-être et d’estime de soi qui divergent selon le genre entre 11 et 15 ans, avec en particulier un écart de plus en plus marqué sur la déclarations de problèmes de santé multiples, plus fréquents chez les jeunes femmes. Enfin, Anna Viser a confirmé, sur la base de programmes en Irlande, l’existence d’effets de cicatrice de la pauvreté, une expérience même transitoire de la pauvreté conduisant à une estime de soi et une maîtrise émotionnelle plus faibles toutes choses égales par ailleurs. Elle a également insisté sur la nécessité de poser des question à hauteur d’enfant ou d’adolescent, afin d’avoir des réponses qui ont du sens. Ainsi, elle relève que la satisfaction quant à la relation avec les parents se dégrade en Irlande parmi les adolescents issus de milieux favorisés, mais pas chez ceux issus de milieux plus modestes, et que le temps passé à jouer aux jeux vidéos décroit depuis une décennie, obligeant à faire des distinctions plus fines dans l’allocation du temps passé par les adolescents devant des écrans.

De la session sur les indicateurs de bien-être par domaine, nous retenons l’intérêt partagé pour une approche en tableau de bord, la satisfaction dans la vie ne donnant qu’une image partielle. Nous en avons donné récemment une illustration en montrant que la relation avec l’âge est très différente selon l’aspect du bien-être considéré. Cela plaide pour l’inclusion d’une pluralité d’indicateurs dans une perspective du tableau de bord, à l’image du Report on equitable and sustainable well-being (Bes) italien, qui mériterait à notre sens un véritable équivalent en France (voire au niveau auropéen).

De la dernière session, dédiée aux approches non-occidentales du bien-être, nous retenons en particulier l’expérience néo-zélandaise. Dans le cadre d’un tabelau de bord du bien-être national, l’Institut statistique néo-zélandais a entamé un dialogue approfondi avec les communautés Māori sur leur manière d’évaluer leur bien-être. Un questionnaire dédé a été développé, avec par exemple une évaluation de la satisfaction à l’égard des relations avec le whānau, un concept de famille élargie non seulement aux collatéraux, mais aussi à la famille de coeur. Ce dialogue a conduit à l’introduction dans l’enquête générale de questions sur le même thème ainsi que sur la relation à l’environnement. De l’intervention de Shigehiro Oishi, nous retenons le constat de contrastes significatifs entre pays sur le niveau de bonheur jugé comme souhaitable. L’objectif de maximisation du bonheur individuel apparaît alors comme un marqueur des sociétés dites WEIRD (Western, educated, industrial, rich, and democratic), ce qui peut conduire à des biais de déclaration dans d’autres zones, comme l’Amérique du Sud ou l’Asie de l’Est.

Krys, K., Kostoula, O., van Tilburg, W. A. P., Mosca, O., Lee, J. H., Maricchiolo, F., Kosiarczyk, A., Kocimska-Bortnowska, A., Torres, C., Hitokoto, H., Liew, K., Bond, M. H., Lun, V. M.-C., Vignoles, V. L., Zelenski, J. M., Haas, B. W., Park, J., Vauclair, C.-M., Kwiatkowska, A., … Uchida, Y. (2024). Happiness Maximization Is a WEIRD Way of Living. Perspectives on Psychological Scie

Mesurer le bien-être subjectif : Où en sommes-nous ?

En 2013, l’OCDE publiait des Guidelines for measuring subjective wellbeing, une synthèse richement informée destinée à harmoniser les enquêtes de bien-être au travers des pays de l’OCDE. Dix ans plus tard, un nouvel article vient faire le point sur la situation : où en sommes-nous, et quelles sont les évolutions à suivre ? Je relève ici les éléments saillants de cette dernière publication.

Continuer la lecture de « Mesurer le bien-être subjectif : Où en sommes-nous ? »

Satisfaction moyenne et part d’insatisfaits

En lisant notre récente Note sur la relation entre revenu et satisfaction au travail ((Mathieu Perona, « Plus qu’un travail », Note de l’Observatoire du Bine-être n°2023-09, Juin 2023.)), un journaliste m’a demandé comment mettre en perspective les valeurs moyennes calculées. Plus précisément, pourquoi pouvais-je dire qu’une satisfaction au travail moyenne de 6,8 (chez les ouvriers non qualifiés) était une valeur faible, et inquiétante ?

En lisant notre récente Note sur la relation entre revenu et satisfaction au travail1, un journaliste m’a demandé comment mettre en perspective les valeurs moyennes calculées. Plus précisément, pourquoi pouvais-je dire qu’une satisfaction au travail moyenne de 6,8 (chez les ouvriers non qualifiés) était une valeur faible, et inquiétante ?

Continuer la lecture de « Satisfaction moyenne et part d’insatisfaits »
  1. Mathieu Perona, « Plus qu’un travail », Note de l’Observatoire du Bine-être n°2023-09, Juin 2023. []

Insatisfaction et défiance dans les grands ensembles

Dans le contexte des violences urbaines actuelles, il n’est peut-être pas inutile de dresser un rapide portrait du mal-être et de la défiance en fonction du type de quartier. Les grands ensembles en France se caractérisent par des niveaux de pauvreté, de précarité, d’insatisfaction dans la vie et de défiance plus élevés que les autres types de quartier. Si on regarde en fonction de l’âge, les jeunes ne sont pas plus touchés par l’insatisfaction : ce sont plutôt les personnes qui ont l’âge d’être leurs parents qui sont plus insatisfaits de leur vie qu’ailleurs.

Dans le contexte des violences urbaines actuelles, il n’est peut-être pas inutile de dresser un rapide portrait du mal-être et de la défiance en fonction du type de quartier. Les grands ensembles en France se caractérisent par des niveaux de pauvreté, de précarité, d’insatisfaction dans la vie et de défiance plus élevés que les autres types de quartier. Si on regarde en fonction de l’âge, les jeunes ne sont pas plus touchés par l’insatisfaction : ce sont plutôt les personnes qui ont l’âge d’être leurs parents qui sont plus insatisfaits de leur vie qu’ailleurs.

Continuer la lecture de « Insatisfaction et défiance dans les grands ensembles »

Pessimisme en France et aux États-Unis

À l’aide de nos questions sur les perspectives de la prochaine génération et de celle « Si vous aviez le choix, à quelle période voudriez-vous vivre ? », nous avons souligné à plusieurs reprises le pessimisme des Français. Une récente étude du Pew Research Center montre qu’on observe largement la même chose chez les Américains.

Continuer la lecture de « Pessimisme en France et aux États-Unis »

Inégalités de santé ressentie

La contestation du report de l’âge de départ à la retraite a mis en évidence l’importance des inégalités d’espérance de vie en bonne santé, et de santé en général. Nous avions dans de précédents travaux rappelé que le passage à la retraite était l’occasion d’une ré-évaluation à la hausse de son état de santé, particulièrement pour les ménages modestes. La parution d’un graphique britannique sur la relation entre revenu, âge et santé subjective nous donne l’occasion de revenir sur ce sujet pour voir ce qu’il en est en France.

Continuer la lecture de « Inégalités de santé ressentie »

L’écueil du point de données : la satisfaction dans la vie en 2021

L’Insee vient de publier son tableau de bord des Indicateurs de richesse nationale pour 2021. Parmi ceux-ci, la satisfaction dans la vie, qui atteint son niveau le plus bas depuis 2010, à 6,8 sur une échelle de 0 à 10. Effectivement, 2021 a été une année pénible, mais notre enquête trimestrielle nous montre que ce point donne une vision trop pessimiste de la satisfaction des Français l’année dernière.

L’Insee vient de publier son tableau de bord des Indicateurs de richesse nationale pour 2021. Parmi ceux-ci, la satisfaction dans la vie, qui atteint son niveau le plus bas depuis 2010, à 6,8 sur une échelle de 0 à 10. Effectivement, 2021 a été une année pénible, mais notre enquête trimestrielle nous montre que ce point donne une vision trop pessimiste de la satisfaction des Français l’année dernière.

Continuer la lecture de « L’écueil du point de données : la satisfaction dans la vie en 2021 »

Représenter l’hétérogénéité

Quant nous représentons des données, nous faisons invariablement des choix. En ce sens, aucun graphique n’est neutre, au contraire : l’objectif d’un graphique bien conçu est de démontrer visuellement un message, une propriété des données. Nous sommes parfois formés à choisir la meilleure manière de le faire, mais plus rarement à repérer ce que ces choix laissent dans l’ombre.

Quand nous représentons des données, nous faisons invariablement des choix. En ce sens, aucun graphique n’est neutre, au contraire : l’objectif d’un graphique bien conçu est de démontrer visuellement un message, une propriété des données. Nous sommes parfois formés à choisir la meilleure manière de le faire, mais plus rarement à repérer ce que ces choix laissent dans l’ombre.

Continuer la lecture de « Représenter l’hétérogénéité »

2021 a été une année particulière

Sauf si vous avez vécu au sommet d’une montagne, vous vous souvenez que 2021, avec la pandémie et les confinements, a été une année très particulière. Avec le temps, ce souvenir va très probablement s’atténuer, avec des conséquences importantes pour la recherche : nous risquons d’oublier cette particularité, et de la traiter rétrospectivement comme une année normale. J’en donne ici une illustration.

Sauf si vous avez vécu au sommet d’une montagne, vous vous souvenez que 2021, avec la pandémie et les confinements, a été une année très particulière. Avec le temps, ce souvenir va très probablement s’atténuer, avec des conséquences importantes pour la recherche : nous risquons d’oublier cette particularité, et de la traiter rétrospectivement comme une année normale. J’en donne ici une illustration.

Continuer la lecture de « 2021 a été une année particulière »

Une comparaison entre la France et le Danemark

Quelques éléments de comparaison entre la France et le Danemark suite à un entretien sur ce sujet : que peut-on tirer des classements internationaux en termes de bien-être subjectif ?

Suite à la parution du World Happiness Report 2022 et de la Note de l’Observatoire France heureuse, France malheureuse, j’ai été interrogée par le quotidien danois Kristeligt Dagblad, équivalent de La Croix, au sujet de la comparaison en France et Danemark en termes de bien-être.

Quelles comparaisons ?

Le classement du World Happiness Report s’appuie sur le Gallup World Poll, qui pose dans chaque pays des questions sur le bien-être subjectif, avec des échantillons nationalement représentatifs. Le classement lui-même repose sur la question sur la satisfaction dans la vie :

Please imagine a ladder, with steps numbered from 0 at the bottom to 10 at the top. The top of the ladder represents the best possible life for you and the bottom of the ladder represents the worst possible life for you. On which step of the ladder would you say you personally feel you stand at this time?

Gallup World Poll Methodology and codebook

Imaginez une échelle avec des barreaux numérotés de 0 en bas à 10 en haut. Le barreeu du haut représente la meilleure vie possible pour vous et le barreau du bas représente la pire vie possible pour vous. Sur quel barreau de l’échelle vous situez-vous actuellement ?

Gallup World Poll Methodology and codebook , traduction de l’auteur de ce billet

Plusieurs travaux1 ont montré que cette question est comprise de manière suffisamment similaire d’un pays et d’une langue à l’autre pour permettre des comparaisons. Il convient toutefois d’avoir une certaine dose de prudence dans ce genre d’exercice.

Le Danemark et la France

Le Danemark est un habitué du haut de ce classement. En 2022, il occupe la deuxième place, avec une réponse moyenne à 7,636. La France intègre pour la première fois les 20 premiers du classement, avec un score de 6,687, soit un écart de 0,95 points avec le Danemark.

La satisfaction dans la vie a l’avantage de constituer une métrique synthétique du bien-être tel que se le représentent les répondants après avoir réfléchi, évalué leur situation par rapport à l’éventail des possibles (d’où l’image de l’échelle). C’est aussi son inconvénient : elle ne se décompose pas de manière évidente et univoque en sous-composantes.

Le World Happiness Report utilise une des décompositions possibles. En tirant parti des autres questions de l’enquête sur les comportements et de données externes, ils estiment par une régression la contribution d’une sélection de facteurs connus du bien-être, que la littérature a solidement identifiés comme des contributeurs à la satisfaction dans la vie :

  • La situation matérielle : PIB par habitant ;
  • L’état de santé général : Espérance de vie en bonne santé ;
  • Le degré de soutien social : Réponse à la question de savoir si, en cas de besoin, on aurait quelqu’un sur qui compter (oui ou non) ;
  • Le sentiment de contrôle de sa propre vie : Réponse à la question « À quel point êtes-vous satisfaits de la liberté de vous avez de choisir ce que vous faites de votre vie ? » ;
  • La générosité, avec les dons caritatifs ajustés pour le niveau de richesse moyen du pays ;
  • La confiance sociale, au travers de deux questions sur le degré de corruption, dans le secteur public et dans le privé.

Deux éléments viennent compléter ces facteurs,

  • Le score Dystopie, qui correspond à un pays fictif qui aurait le plus faible score du monde dans chacune des dimensions. Cet artifice permet que la contribution de chaque facteur soit positive pour tous les pays.
  • Le résidu de la régression.

Il doit être donc clair qu’il s’agit d’une décomposition modélisée, avec des poids qui reflètent ce qui, à l’échelle nationale, semble avoir une relation avec la satisfaction dans la vie.

Au total, voici ce que cela donne pour le Danemark et la France :

Les différences en termes de richesse, de soutien social et d’espérance de vie sont peu significatives. De manière un peu frustrante pour la compréhension, la plus grosse contribution à l’écart entre le Danemark et la France provient du résidu de la régression, en d’autres termes des autres facteurs de la satisfaction que ceux présents. Dans ce domaine, les facteurs présents expliquent assez bien le score de la France, d’où un résidu faible, mais moins bien ceux du Danemark. Il semble donc y avoir une dimension supplémentaire présence dans ce pays et plus faible en France qui conduit à un niveau de satisfaction plus élevé.

La deuxième contribution à l’écart provient de la perception de la corruption, nettement plus élevée en France qu’au Danemark. Ce dernier pays partage avec la Suède et la Norvège une réputation de très faible tolérance envers les conflits d’intérêt et la corruption politique.

La troisième contribution est liée au sentiment d’avoir un contrôle sur sa vie. Il s’agit là aussi d’une évaluation complexe. On peut toutefois la mettre en relation par exemple avec le fait que la France est le deuxième pays de l’OCDE où le milieu social d’origine influence le plus les résultats scolaires2, alors qu’au Danemark cette influence est plus faible que dans la moyenne de l’OCDE. Dans le même ordre d’idée, le Danemark est en tête du Global Social Mobility Index construit par le Forum Économique Mondial3, la France arrivant en 12e position. On peut donc penser que la perception révélée par cette question reflète bien une plus grande mobilité de la société danoise.

La dernière contribution significative procède de la mesure de la générosité. De nombreuses recherches montrent que le don caritatif s’accompagne d’un bénéfice en termes de bien-être. Cette question est probablement l’une des plus difficiles à analyser4. La propension à donner peut en effet dépendre du traitement fiscal des dons caritatifs, de la place des associations caritatives dans la prise en charge des plus pauvres – le tiers secteur occupe une place relativement plus importante au Danemark qu’en France ou au ressenti par rapport à la contribution officielle du pays à l’aide internationale.

De l’insatisfaction en France

Il y a quelques années, ce type de décomposition mettait en évidence une forme de déficit de satisfaction en France. La satisfaction observée était plus faible que ce que voudraient les différents facteurs. Cette spécificité semble s’être érodée au fil du temps, avec un résidu qui est maintenant proche de zéro.

Comme nous le montrons dans la Note « France heureuse, France malheureuse », l’insatisfaction en France connaît de multiples dimensions. Il n’y a pas un groupe de Françaises et de Français insatisfaits dans toutes les dimensions de leur vies, mais une multiplicité de contrastes en termes de genre, d’âge et de niveau de revenu.

  1. On peut se référer à la synthèse de l’OCDE Guidelines for Measuring Subjective Wellbeing, Paris: OCDE, 2013. []
  2. OCDE (2011), « Le milieu social d’origine a-t-il une influence sur la performance des élèves ? », dans Education at a Glance 2011 : Highlights, Éditions OCDE, Paris.
    DOI: https://doi.org/10.1787/eag_highlights-2011-38-fr []
  3. The Global Social Mobility Report 2020 – Equality, Opportunity and a New Economic Imperative, World Economic Forum, janvier 2020. []
  4. Le système social danois est connu pour être un système généreux, reposant largement sur l’impôt, avec une assiette large (tous les revenus sont taxés) et des taux élevés. En contrepartie, les prestations sont généreuses et pratiquement universelles. Ce modèle s’oppose à un système Français où l’assiette est plus étroite, repose sur des contributions sociales et des taxes dédiées, et s’applique différemment selon le secteur (public ou privé), la branche ou les accords d’entreprise. []

World Happiness Report 2022 : grandes lignes et remarques

Plutôt que de me lancer dans un examen détaillé de l’édition 2022 du World happiness Report – une tâche que je n’aurais probablement pas le temps de finir, je consigne ici les grandes lignes et quelques remarques au fil de la lecture.

Couverture du World Happiness Report 2022

L’édition 2022 du World Happiness Report marque les dix ans de cette publication, réalisée sous l’égide des Nations Unies. L’objectif de cette publication est de donner la plus grande visibilité possible à la mesure du bien-être subjectifs et aux recherches qui en analyse la construction et les moyens de le favoriser. Le WHR s’appuie principalement sur les données du Gallup World Poll, qui administre un même questionnaire dans plus de 150 pays et constitue une des principales sources de référence pour les comparaisons entre pays. Le classement des pays en fonction de leur satisfaction dans la vie moyenne constitue probablement l’élément le plus connu et le plus repris médiatiquement, mais chaque édition comprend une sélection de focus thématiques reflétant l’état des connaissances.

Continuer la lecture de « World Happiness Report 2022 : grandes lignes et remarques »

Intervention : De la croissance au bien-être

Sur une invitation de Michèle Debonneuil, Mathieu Perona a été invité à participer le 04 novembre 2021 à une table-ronde des Journées de l’économie intitulée « De la Croissance au bien-être ». Avec la participation de Marc Fleurbaey (PSE), Jean-Marc Germain (Insee) et Reza Lahidji, nous avons abordé la construction du PIB, des liens pas toujours évident entre sa croissance et le bien-être, et des manières de faire évoluer et de compléter cet indicateur pour mieux comprendre la croissance ressentie et les sentiers de croissance future.

Nous vous proposons ci-dessous la captation vidéo de la table ronde, ainsi que le texte préparé à cette occasion.

Captation vidéo de la conférence
Continuer la lecture de « Intervention : De la croissance au bien-être »

Printemps de l’économie 2021 : Économie du bien-être, quels enseignements pour la période post-Covid ?

À l’initiative d’Anne-Célia Disdier (PSE), le Printemps de l’économie a accueilli le 15 octobre 2021((En raison de l’épidémie, le Printemps de l’économie a eu lieu à l’automne.)) une session consacrée à ce que l’économie du bien-être peut nous dire pour la période post-Covid. Sont intervenus à cette occasion Sandra Hoibian (Crédoc), Rémy Pawin (laboratoire BONHEURS) et Mathieu Perona (Observatoire du bien-être) dans une table ronde animée par Dominique Rousset, bien connue des auditeurs de France Culture.

À l’initiative d’Anne-Célia Disdier (PSE), le Printemps de l’économie a accueilli le 15 octobre 2021((En raison de l’épidémie, le Printemps de l’économie a eu lieu à l’automne.)) une session consacrée à ce que l’économie du bien-être peut nous dire pour la période post-Covid. Sont intervenus à cette occasion Sandra Hoibian (Crédoc), Rémy Pawin (laboratoire BONHEURS) et Mathieu Perona (Observatoire du bien-être) dans une table ronde animée par Dominique Rousset, bien connue des auditeurs de France Culture.

Cette table ronde a été l’occasion de revenir et de mettre à jour plusieurs sections importantes de notre Rapport 2020 sur le bien-être en France. Vous trouverez ci-dessous l’enregistrement de la conférence.

Captation vidéo de la table ronde

Nous remercions chaleureusement le Printemps de l’économie et Anne-Célia Disdier pour l’invitation, et Dominique Rousset pour l’animation de la table ronde.

Intervention : bien-être des enseignants, avant et après la retraite

Intervention le lundi 25 octobre 2021 pour la journée « Faire de la France une société de pleine activité » organisée par la chaire Transitions démographiques, transitions économiques, dont l’Observatoire est partenaire.

Intervention le lundi 25 octobre 2021 pour la journée « Faire de la France une société de pleine activité » organisée par la chaire Transitions démographiques, transitions économiques, dont l’Observatoire est partenaire.

La chaire TDTE et l’Observatoire ont, pour le compte de l’Union Mutualiste retraite, conçu et analysé une enquête auprès des sociétaires de l’UMR – enseignants dans leur très grande majorité. Cette enquête a porté sur le bien-être et la participation aux activités socialisées parmi les sociétaires âgés de plus de 55 ans, avec un focus particulier sur les personnes proches de la retraite, dans un sens ou dans l’autre. Dans cette enquête, nous avons inclus les 20 questions de notre Tableau de bord trimestriel.

Les résultats de cette enquête feront prochainement l’objet d’une Note de l’Observatoire, mais j’ai présenté lors de cette journée certains résultats-clefs, que vous pouvez découvrir en avant-première dans la vidéo ci-dessous.

Captation vidéo de l’intervention

Satisfaction dans la vie des adultes et des adolescents

Dans notre Note sur la relation entre performances scolaires et bien-être, nous avons montré que la satisfaction de vie des adolescents français déclarée dans l’enquête PISA est comparable à celle déclarée par les répondants de 16 à 20 ans dans l’enquête de référence en France, SRCV. Dans les deux cas, la distribution des réponses des adolescents et jeunes adultes sont assez significativement différentes de celles des adultes plus âgées. Les plus jeunes choisissent nettement mois souvent la modalité 8, qui est la plus utilisée par les plus de 20 ans, mais se disent beaucoup plus souvent très satisfaits (modalités 9 ou 10). L’écart sur la modalité 10 est considérable, puisqu’il y a 10 points de pourcentage d’écart entre la part de 16-20 ans et la part d’adultes plus âgés qui choisissent cette modalité.

Continuer la lecture de « Satisfaction dans la vie des adultes et des adolescents »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search